Forum - Les Zozos - Un regard tendre et si précis...
Accueil
Forum : Les Zozos

Sujet : Un regard tendre et si précis...

VOTE
De Impétueux, le 30 septembre 2004 à 18:23
Note du film : 5/6

J'aimerais pouvoir voter pour l'édition DVD des trois films de Pascal Thomas, Les zozos, Pleure pas la bouche pleine et Le chaud lapin ; dans l'atmosphère déjà désuète du début des années 70, cette trilogie-là donnait un regard tendre, souvent chaleureux, narquois, mais rarement acerbe sur la vie des Français… Les garçons dans Les Zozos (mauvais titre, mais qu'y faire ?), les filles dans Pleure pas la bouche pleine, les jeunes adultes dans Le chaud lapin.

Et Bernard Menez, qui ne se prenait pas encore pour la victime d'un complot de la bureaucratie et n'imaginait pas qu'il pût y avoir des ambitions politiques apportait (dans les deux derniers films) une façon de jouer décalée et tellement coincée qu'elle rayonne encore…


Répondre

De tibert, le 6 février 2005 à 16:04
Note du film : 6/6

Les "zozos" est un film magnifique sur la vie de la jeunesse de province des années 60, de la vie tout court à cette époque d'une province encore rurale.Pascal Thomas a su rendre à la perfection cette atmosphère ou la vie s'écoule doucement et notamment dans le jeu des acteurs.

Le personnage de Duru est remarquablement joué et mis en scène.

Je ne comprends pas qu'un éditeur de DVD digne de ce nom n'ai pas songé à reéditer ce film.


Répondre

De Impétueux, le 6 février 2005 à 17:25
Note du film : 5/6

Plus on vote et plus on fait voter, plus les éditeurs comprendront qu'il y a un marché pour ce genre de films et sortiront des éditions DVD !


Répondre

De Iza, le 25 décembre 2006 à 22:41
Note du film : 6/6

" Frédéric, François. Qu'avez-vous fait de votre jeunesse". La question qui marque , à la fin du film. Pour Frédéric Duru, magnifique zozo, je ne sais pas. François, quant à lui, a suivi de brillantes études et est maître de conférence, à Stendhal. Je le sais de source sûre, car François-Edmond Raillard, est mon prof.


Répondre

De jeanpierre, le 19 septembre 2007 à 14:41

bonjour j'ai joué dans ce film et je n'ai malheureusement pas trouvé où me le procurer avez vous une idée? merci pour votre aide

Jean-Pierre caucase@wanadoo.fr


Répondre

De pasfor, le 18 décembre 2007 à 13:14
Note du film : 5/6

Il passe en ce moment sur ciné cinéma, une des chaines du satellite et du cable. il vous faut, si vous n'avez pas ces chaines trouver un ami qui peut vous l'enregister…


Répondre

De coutain, le 10 juillet 2008 à 10:10

Frédéric Duru a tourné quelques films (dont Pleure pas la bouche pleine) et il est, maintenant, décorateur de cinéma. on a pu le revoir jouer un rôle de flic dans Mercredi, folle journée ! du même Pascal Thomas.

Comme tous les participants à ce forum, je suis atterré de constater que les premiers films de Pascal Thomas ne sont pas édités en DVD, alors qu'il y a tant de navets sur le marché.


Répondre

De Impétueux, le 19 septembre 2008 à 18:26
Note du film : 5/6

Un coffret comprenant Les zozos, Confidences pour confidences et Mercredi, folle journée! est annoncé pour le 14 octobre ! Gaudeamus igitur !

Toutefois, il me semble que Pleure pas la bouche pleine et Le chaud lapin y auraient dû trouver leur place ! Peut-être plus tard ?


Répondre

De Impétueux, le 27 février 2009 à 19:31
Note du film : 5/6

Un film où il ne se passe presque rien et qui est pourtant une merveille de tendresse intelligente et d'observation fine sur un monde enfoui, celui des jeunes gens et jeunes filles d'avant la pétaudière de Mai 68…

Car ça se passe en 1962 (à preuve la bagarre entre les deux lycéens, l'un partisan de l'Algérie française, l'autre de la fin de la guerre) savoureusement interrompue par le Surveillant général (qui doit s'appeler désormais Conseiller principal d'éducation : on n'est plus là pour surveiller !), Jacques Debary qui rappelle aux protagonistes, à grands coups d'heures de colle, que La politique, il faut laisser ça aux grandes personnes, ce qu'ils ne sont pas, précisément. Les adultes sont dans leur rôle et les futurs bacheliers aussi, qui se posent en s'opposant, qui s'affirment dans les éternelles manigances secrètes de leur Prison/Royaume, comme les galopins de Zéro de conduite ou des Disparus de Saint-Agil

Qui n'a pas vécu ces années du baby boom, qui n'a pas eu, à cette époque, ses 16 ou 17 ans, cet âge où la sève est la plus vive en soi, en ces années où les garçons voulaient pousser les filles à aller plus loin qu'elles ne le voulaient, peut n'être pas sensible au charme extrême des Zozos, à cette sorte de fascination qu'exerçait la Suède, sorte de Terre promise des filles libérées où toutes les vantardises de préaux et de cour de récréation trouvaient – ou pouvaient trouver – une vraie concrétisation…

Frédéric (Frédéric Duru) et François (Edmond Raillard) ont de bien charmantes amies, Martine (Virginie Thévenet) et Élisabeth (Annie Colé) – sans d'ailleurs être les uns et les autres bien assurés de leur inclinaison – ; la sœur de Martine, Nelly (Caroline Cartier), plus dessalée ferait, d'ailleurs, tout aussi bien l'affaire, mais dans ce printemps qui commence, dans l'émoi général des sensualités, encore faut-il être là à la bonne heure, ne pas se faire devancer par un autre candidat, avoir l'audace nécessaire, ne pas commettre la gaffe majuscule…

Tandis qu'en Suède ! Sous le ciel immuablement gris, on baise avec simplicité, et même avec ennui, presque, comme on avalerait avec régularité sa cuillère d'huile de foie de morue : hygiénisme sans grandes manœuvres… C'est glaçant et c'est si pitoyablement drôle…

Tous les gestes des Zozos sont justes, toutes les incertitudes de l'époque sont captées, de cet âge-charnière où les chemins se dessinent… Les acteurs sont remarquables de naturel, les jeunes et les autres (très bonne composition de Daniel Ceccaldi en oncle complice, paillard et rigoleur), où les villages paisibles, leur ennui et leur sérénité sont filmés sans outrance et avec gentillesse…

Le lycée, les blagues idiotes, les vantardises, les rêveries sur les formes girondes de l'Intendante ou les amours supposées des profs, les souffre-douleur persécutés, les photos retouchées des Folies de Paris-Hollywood, les bons élèves, l'obsession des filles… Le parfum des Zozos demeure aussi intense, 35 ans après sa sortie…


Répondre

De vincentp, le 17 novembre 2012 à 23:31
Note du film : 4/6

3,6/6. Si Tamatoa a été séduit par Denise Darcel dans Convoi de femmes, je suis pour ma part tombé sous le charme de Caroline Cartier en regardant Du côté d'Orouët. Ceci m'a donné l'envie de découvrir d'autres films dans lesquels a tourné cette actrice. C'est ainsi que j'ai découvert ce Les zozos de Pascal Thomas. Thomas : jusqu'à il y a trois semaines, je n'en avais jamais entendu parlé…

Les zozos (réalisé en 1973, il y a donc presque 40 ans de cela) est intéressant car il décrit relativement bien la vie au quotidien des adolescents des années soixante (ou début des années 70 ? -> le film prétend peut-être tirer quelques enseignements en 1973 de la vie dix ans auparavant, car le récit est censé se dérouler en 1962). La vie à la campagne n'a visiblement pas trop changé depuis cette époque, les relations filles-garçons ont en revanche considérablement évolué. Il n'existe plus de mur de Berlin entre les deux sexes, aussi le franchir sous les mitraillettes des vopos ne relève plus de l'exploit. Les dortoirs inconfortables ont cédé la place dans beaucoup de lycées à des espaces mieux conçus et plus confortables, et on y commet sans doute moins d'âneries de potaches qu'auparavant. La gestion de l'autorité éducative a évolué aussi.

Cinématographiquement parlant, je dirais que Les zozos est un film plutôt modeste. Il ne peut prétendre aujourd'hui au statut de classique, contrairement à Adieu Philippine ou à plusieurs des films de Louis Malle des années 60-70. Il manque un peu de tension dramatique à ce récit, et de profondeur aux thèmes abordés. Par moments, ce film de Thomas fait l'effet d'un téléfilm. Il me parait aujourd'hui plutôt destiné aujourd'hui à ceux qui ont passé leur adolescence dans les années 1960. Par rapport au commentaire de Impétueux ("un regard tendre et si précis"), je dirais plutôt ceci :"un regard sur une génération, aujourd'hui plutôt daté". L'intérêt de Les zozos aujourd'hui est à mon avis plus sociologique que cinématographique. Un intérêt historique également, car il montre combien une société peut évoluer en profondeur dans ses comportements en finalement très peu de temps.

Les points les plus intéressants sur un plan cinématographique (de mon point de vue) : le principe de la liberté de ton, certains aspects visuels (la campagne est bien photographiée), et le jeu de Virginie Thévenet et Caroline Cartier, spontané et moderne.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.043 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter