Forum - La Fiancée de Frankenstein - N'écoute pas les idoles !
Accueil
Forum : La Fiancée de Frankenstein

Sujet : N'écoute pas les idoles !


De Impétueux, le 5 juillet à 20:50
Note du film : 3/6

Il n'est pas nécessaire, pour aimer le cinéma, d'être féru de ses origines. On a tout à fait le droit de négliger les 35 années qui séparent son invention (1895) de l'introduction du parlant (1927-28) et de tenir même ces premières années pour quasi archéologiques. De fait, je ne suis pas persuadé que les générations actuelles, a fortiori celles qui vont nous succéder éprouveront le moindre intérêt à regarder des films anciens, porteurs d'idées qui apparaissent aujourd'hui antédiluviennes, techniquement limités et absolument datés. La plupart des arts paraissent ainsi disqualifiés au bout de quelques décennies par d'autres manières de penser la vie et de la décrire que celles qui les avaient suscitées : qu'on le veuille ou non, on ne lit plus, on ne peint plus, on ne chante plus comme au Moyen-Âge ou à la Renaissance ; c'est comme ça.

Si emberlificotée qu'est ma pensée, je veux dire qu'il n'y a pas de honte à avoir de ne pas connaître ce qu'il est convenu d'appeler les chefs-d'œuvre du Muet ou des premiers temps du cinéma parlant. Seulement si on a l'âme vagabonde et le goût de retrouver les prémisses du cinéma que l'on aime on appréciera des films qui, si on les projetait aujourd'hui à un public non amateur ou non averti feraient sourire. Ce n'est pas le cas de toutes les œuvres anciennes, assurément et, d'ailleurs, dans le genre horrifique, à quoi nous allons venir, je tiens Freaks ou Les chasses du comte Zaroff, l'un et l'autre de 1932, pour des réussites telles qu'on peut parfaitement les montrer à des adolescents de maintenant pour les initier à l'histoire du 7ème art.

Je suis beaucoup moins certain de cela pour La fiancée de Frankenstein qui date de 1935 et qui est la suite directe du Frankenstein de 1931, du même James Whale qui avait remporté un si grand succès que les producteurs ont voulu le perpétuer. Il faut bien que j'avoue n'avoir pas vu le premier opus (ou, si je l'ai vu, je l'ai complétement oublié) mais tous les spécialistes vous diront que le numéro 2 est supérieur au numéro 1, ce qui m'ôte tout scrupule. Toujours est-il que, si j'ai pris un certain plaisir à regarder le film, c'est en tant que cinéphage compulsif, toujours prêt à repérer ici et là des orientations et des points de vue qui m'ouvriront des perspectives sur la superbe évolution du cinéma.

De ce point de vue là, le film est extrêmement intéressant : James Whale trace pour l'avenir une sorte de grammaire cinématographique qui sera utilisée ensuite par tous les grands maîtres de l'épouvante de toutes les provenances, de Mario Bava à Terence Fisher et bien d'autres. Tourmentes, orages déchaînés, pluies battantes, eaux dormantes, torches dans la nuit, cavalcades effrénées, châteaux austères à voûtes rogues et à couloirs rébarbatifs, flammes des. bûchers et toute la séquelle. Le meilleur du film est évidemment là, dans ces images de feuilles arrachées et d'éclairs luisants. D'autant que tout cela est accompagné d'une musique plutôt très appropriée aux situations qu'elle accompagne, qui scande et met en valeur les péripéties.

Elle a d'ailleurs bien du mérite, car ces péripéties sont tout de même très minimales et d'une grande banalité. Mary Shelley (Elsa Lanchester), provoquée, un soir d'orage, par Lord Byron (Gavin Gordon), qui ne se contente pas du seul récit initial, en invente une suite. Finalement tout le monde est sorti indemne du premier épisode, où, en principe, chacun devait avoir trouvé la mort. Le démiurge Henry Frankenstein (Colin Clive) qui se prenait pour l'égal du Créateur, rescapé de l'incendie du moulin où il était censé périr avec sa Créature (Boris Karloff) épouse sa charmante fiancée Elizabeth (Valerie Hobson) à qui il jure bien qu'on ne l'y reprendrait plus. Manque de pot, survient à ce moment là le démoniaque Docteur Pretorius (Ernest Thesiger) qui, par une autre voie scientifique, a fabriqué plusieurs homoncules (voilà une scène assez ridicule, au demeurant). Pretorius parvient à convaincre le baron de repiquer au truc et d'élaborer une sorte de composite. Pourquoi ne pas élaborer une femme qui serait la parfaite compagne du malheureux Monstre qui erre entre forêts et villages en terrifiant une couarde population à qui, pourtant, il ne veut pas de mal ?

Voilà posés les termes du sujet : la bienveillante Créature qui ne rêve que d'amour et les villageois terrifiés et repoussé par sa hideur. On se croirait dans un moderne sujet de baccalauréat consacré au harcèlement et au respect de la différence. Tout cela est assez niais. Et il y a même des points exaspérants comme l'omniprésence glapissante de la chambrière de la baronne Frankenstein, qui s'appelle Minnie (Una O'Connor), qui est un des personnages les plus ridicules et pénibles du cinéma de tous les temps.

Mais à la fin, un moment de grâce absolue : le surgissement de ses bandelettes de la fiancée du Monstre (interprétée, comme Mary Shelley, la conteuse, par Elsa Lanchester) : une allure, un maintien, une maladresse de toute beauté. Rien que pour les quelques minutes où la jeune femme reconstituée elle aussi à partir de cadavres, découvre le monde et hurle de terreur devant celui qui lui était promis, le film de James Whale mérite de demeurer dans les mémoires de ceux qui aiment le cinéma.


Répondre

De Nadine Mouk, le 8 juillet à 16:10

Mon cher Impétueux, j'ai attendu quelques temps avant de répondre (?) à votre trés brillant exposé. J'ai attendu pour deux raisons : Primo, c'est que je ne voulais pas marcher dans la neige la première, la deuxième c'est que je ne trouvais pas les mots . Et je ne les ai toujours pas pas trouvé …Je serais donc brève. Votre pensée n'est pas emberlificotée, c'est simplement qu'elle ne vous ressemble pas . Elle ne vous ressemble pas au vu des nombreux messages que vous avez posté sur ce site, bien sûr. Je ne prétends pas vous connaitre. C'est le premier paragraphe qui m'étonne. Il n'est pas nécessaire, pour aimer le cinéma, d'être féru de ses origines . Certes ! Il n'est pas non plus nécessaire, pour une trés légère intervention chirurgicale avec anesthésie de quelques minutes, de se rappeler ce que ressentaient les grognards de l'empereur quand on les amputait sans même un verre de rhum, un soir à Waterloo sous la lune . Mais je suis trés étonnée que vous, le mineur de fond du cinéma, vous qui creusez sans cesse dans le passé noir et blanc avec le joli dessein de redonner vie à des oeuvres qui s'apprêtaient à mourir, étonnée dis-je que vous sembliez penser qu'après tout, on peut se passer d'une période que vous nommez antédiluvienne et archéologique. Nous devrions donc pouffer en entendant Mozart alors que le Rap est à la mode ?

Vous savez, car vous le savez, que dans cette période trés reculée, peuvent se cacher des perles absolument magistrales . techniquement limités et absolument datés , oui, certainement. Mais magistrales. L'année dernière, à Palerme en Sicile, j'ai eu l'occasion de voir en salle un Cyrano de Bergerac muet de 1925 de toute beauté, avec un acteur Français dont j'ai oublié le nom. Bien sûr, j'ai apprécié connaissant trés bien l'oeuvre de Rostand. Mais n'importe qui ignorant l'oeuvre aurait été subjugué par ce cinéma qui semblait sortir de la tombe…La richesse du cinéma muet est immense et il rayonne encore à travers les œuvres d’aujourd’hui. Mais non, vous semblez "renoncer" à savoir…C'est ça qui est étonnant.

D'autre part, vous prétendez que l'on pourrait aujourd'hui présenter Freaks à des adolescents de maintenant pour les initier à l'histoire du 7ème art. D'abord, vous ne pensez pas qu'on pourrait commencer par Hôtel du Nord ou La belle équipe ? Voire La règle du jeu. Présenter Freaks à des ados ? Mais vous allez vous faire traiter de pervers, de tordu, par toute la clique bien pensante qui aseptise cette société qui lave plus blanc que blanc. Les ados vont adorer, certes. Massacre à la tronçonneuse les a déjà éduqués, et ce n'est pas un cul de jatte, des soeurs siamoises, des nains, deux lilliputiens et un gros vert de terre noir qui va les faire frémir. Mais je plains l'éducateur ! "Ah le salaud !". Bref, j'espère ne pas vous avoir trop ennuyé et m'être fait comprendre . A peu près….

Celà étant posé, toute la seconde partie de votre critique sur La Fiancée de Frankenstein est un régal, sans flagornerie idiote. Pensez vous que dans cinquante ans , les gens qui passeront dans le coin trouveront-ils que c'est une critique antédiluvienne et archéologique ou y trouveront-ils matière à regarder ce film ? Ah …………..


Répondre

De Impétueux, le 8 juillet à 16:15
Note du film : 3/6

Votre philippique me fait du bien parce qu'elle me permet de préciser ma pensée qui était effectivement extrêmement embrumée. L'âge qui ramollit le cerveau ? L'excès de whisky ? La canicule récente qui n'a pas arrangé les choses ? Allez savoir !

Bien entendu, vous avez tout à fait raison et je me suis mal exprimé. Il est hors de question de rejeter, au fur et à mesure qu'ils s'enfoncent dans le temps, les films les plus anciens du patrimoine. Je prépare pour dans peu de temps un message sur le Nosferatu de Murnau, grande oeuvre muette. Et Le cuirassé Potemkine doit être évidemment vu et revu.

Mais j'aurais pu écrire deux choses plus précises : d'une part que, plus les films sont anciens, plus ils demandent une connaissance – qui n'est pas spontanée – des codes et des manières de faire des cinéastes d'antan ; de la même façon que vous ne lisez pas un mémorialiste d'aujourd'hui (si médiocre qu'il peut être) comme vous lisez Saint-Simon pour qui vous avez besoin d"éclairages, de notes de bas de page, etc. Faites l'expérience si vous ne partagez pas ce point de vue : lisez dix lettres de Mme de Sévigné sans avoir à vous reporter aux indications précieuses qui vous sont données par le présentateur de votre édition.

Deuxième observation : je tiens que certains films – Freaks, par exemple ont beaucoup moins besoin d'intercesseurs que d'autres parce que leur propos nous est plus proche et, si je puis dire, plus familier…

Je pense que vous me comprendrez mieux (si ça vaut la peine) après cela.


Répondre

De fretyl, le 9 juillet à 14:08
Note du film : 6/6

A Nadine Mouk.

L'origine du cinéma c'était ça :


Ce petit nanar n'était déjà pas si mal, il y était déjà question de divertir et de faire rire…


Répondre

De Nadine Mouk, le 9 juillet à 19:30

Grand merci , Frétyl ! (Vous n'avez pas un prénom ?). J'ai revu La lune se prenant une fusée dans l'oeil, l'entrée du train en gare de La Ciotat ou la sortie des usines Lumiere mais j'avais un peu occulté L'arroseur arrosé


Répondre

De fretyl, le 9 juillet à 20:05
Note du film : 6/6

J'ai prospecté et apparemment il y'a trois versions de L'arroseur arrosé, celle que j'ai publié date de 1896 la plus récents de 1898. J'ignore si elles sont toutes de la même nationalité…

Sinon il faut voir Der assassin sur les débuts du cinéma avec Bourdon, Campan et Legitimus qui est un inestimable trésor cinéphilique !


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.016 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter