Forum - Sur un arbre perché - Fufu
Accueil
Forum : Sur un arbre perché

Sujet : Fufu


De Harry Luck, le 12 avril 2003 à 22:50

Prendre l'acteur le plus agité de l'histoire du cinéma et le coincer dans une bagnole en équilibre sur un arbre. Si De Funès ne peut plus gesticuler, frapper ses voisins, trépigner et claquer les portes, que lui reste-t-il ? C'est vraiment ce qu'on appelle une fausse bonne idée.


Répondre

De Arca1943, le 15 juin 2009 à 23:53
Note du film : 4/6

Ah, mais non ! Voici une comédie relativement originale, sorte de huis-clos en plein air, qui comme toujours – voir la discussion sur L'Homme orchestre – est un film véhicule (désolé du jeu de mots) pour sa vedette, qui en fait comme toujours des tonnes. Entre deux Saura, la très versatile Géraldine Chaplin affronte bravement la bête et ne se laisse pas bouffer l'écran. Je me suis bien amusé, et je n'en demandais pas plus.


Répondre

De fretyl, le 8 août 2010 à 22:16
Note du film : 4/6

Décidément, c'est bel et bien avec Serge Korber que Louis De Funés a tourné les deux films les plus intéressants de sa carrière. Le saviez vous ? Au départ Sur un arbre perché devait s'intituler L'accident, ne devait rien avoir de comique et devait être interprété par Yves Montand ! Problème de budget, difficultés de production…
Finalement le projet tomba à l'eau, et c'est De Funés qui après avoir lu le scénario original eu la bonne idée de demander sa modification pour en faire une comédie. Et on le ressent bien tout de même en voyant Sur un arbre perché que le scenario aurait pu être grave.
Plusieurs passages sont assez sombres, délirants mais inquiétants, d'où se dégage une espèce de noirceur ; lorsque les protagonistes commencent à perdre la tète à bord de cette voiture en plein soleil.

Lorsque De Funés rêve qu'il se fait étrangler ou hallucine en s'imaginant en plein désert saharien.
Cependant Sur un arbre perché est très drôle ; Paul Preboist en reporter toqué et excessif ; le curé qui se saoule après avoir apporté l'absolution à De Funés ; De Funés qui veut manger le chien de Géraldine Chaplin… Des grands moments de drôlerie aussi lorsque les personnages au fur et à mesure de leurs attentes suivent au journal télé, la continuité des événements et entendent ce que l'on dit d'eux ; les journalistes imaginant les scénarios les plus extravagants (Louis Roubier (De Funés) cacherait son idylle avec Géraldine Chaplin et c'est au retour d'une partouze en état d'ivresse qu'il aurait quitté la route) ou rendant un hommage ridicule à l'homme politique sans scrupule qu'incarne De Funés.

Alors contrairement à sa réputation souvent mauvaise qui peut parfois laisser penser que Sur un arbre perché ne serait pas bon, il ne faut à l'évidence pas rater ce De Funes, qui apparait comme assez différent de l'ensemble des films dans lesquels il a tourné.

Seule question, s'il y en a qui l'ont vu : à quoi sert donc la scène ou De Funés regarde à la télévision un effroyable film de vampire ?


Répondre

De Gilou40, le 9 août 2010 à 20:55
Note du film : 3/6

Je crois que, avant qu'il ne visionne ce film d'épouvante, on annonce l'évasion d'un dangereux gangster. Et la soif aidant, dans le rétroviseur, il imagine son passager avec des canines de vampires…( de mémoire incertaine)

Par contre, vous m'apprenez que c'est Montand qui devait faire ce film, dans un genre angoissant, et maintenant que vous le dites, c'est vrai qu'il y avait matière. Mais il aurait fallu un sacré metteur en scène pour "tenir" le huis-clos pendant une heure trente…Les deux plus grands huis-clos de l'histoire du cinéma Français restent Le trou et Marie-Octobre, mais n'est pas Becker ou Duvivier qui veut…Mais ce Sur un arbre perché est assez reussi, oui, malgré quelques longueurs.


Répondre

De fretyl, le 9 août 2010 à 23:42
Note du film : 4/6

Je crois que, avant qu'il ne visionne ce film d'épouvante, on annonce l'évasion d'un dangereux gangster. Et la soif aidant, dans le rétroviseur, il imagine son passager avec des canines de vampires…( de mémoire incertaine)

Oui, mais cette scène n'est ni drôle et n'a apparemment pas comme but de l'être. J'avoue que je me demande à chaque visionnage ce que vient faire ce surprenant passage dans cette comédie.

Par contre, vous m'apprenez que c'est Montand qui devait faire ce film, dans un genre angoissant, et maintenant que vous le dites, c'est vrai qu'il y avait matière. Mais il aurait fallu un sacré metteur en scène pour "tenir" le huis-clos pendant une heure trente…

Le cinéma français des années 70 ne manquait pas de réalisateurs talentueux. Verneuil, Corneau, Boisset, Enrico ou Deray auraient pu faire des merveilles avec ce sujet.

A savoir que le film s'inspire d'un évènement parait-il réel.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.010 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter