Accueil
Voici les derniers messages de ce forum :

Reporté ?


De vincentp, le 28 février 2007 à 23:29
Note du film : 6/6

Excellent ! Le narrateur Benshi nippon, en grande forme et très inspiré, qui a animé la projection de ce film (lors de l'intégrale Ozu en ce mois de mars 2007, à la Maison de la culture du Japon, située à Paris), commentant et parlant à la place des personnages (*), a insufflé un réalisme stupéfiant à ce superbe récit, lui donnant une nouvelle jeunesse.

Gosses de Tokyo établit un parallèle amusant entre le monde des enfants de 7-8 ans ("le général", "le lieutenant", "le caïd") et celui des adultes. Les premiers font preuve de maturité, développent leur propre code d'honneur digne de celui des yakusas alors que les seconds font les pitres et se comportent comme des enfants.

Et comme toujours chez Ozu une réflexion -brillante- sous-jacente (et qui émerge progressivement au fil des développements du récit) sur la façon dont s'articulent les relations humaines au sein du monde du travail et de la cellule familiale (ce quel que soit leur contexte géographique ou temporel). Avec le narrateur et l'orchestre qui l'accompagnait, un très beau moment de cinéma. Le muet projeté dans de telles conditions possède un impact fort. In mémoriam !

(*) : son texte, particulièrement brillant, vivant, entrainant, plein d'humour, était heureusement sous-titré en français sous l'image.


Répondre

De spontex, le 2 novembre 2003 à 23:02

Je confirme le report de 3 mois…


Répondre
Beauté d'un film


De cormega, le 29 novembre 2006 à 16:38
Note du film : Chef-d'Oeuvre

Gosses De Tokyo est vraiment un très grand film, très atypique parmi les autres "muets" d'Ozu que j'ai pu voir (Où Sont Les Rêves de jeunesse, Histoire d'herbes flottantes…). Ici, Ozu multiplie les mouvements de caméra, en travelling principalement, insufflant une grande force réaliste au récit et qui je pense a un peu inspiré les auteurs néo-réalistes Italiens (c'est du moins le sentiment que j'ai eu en regardant ce film). Les cadrages sont spectaculaires, les gosses occupent souvent entièrement le cadre et la caméra reste à leur hauteur, les adultes apparraissant plutôt comme de lointains personnages, moins actifs que leurs enfants.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.019 s. - 6 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter