Accueil
Voici les derniers messages de ce forum :

Beau film grave...


De Impétueux, le 1er février 2016 à 13:16
Note du film : 5/6

Peut-être une toute petite déception lorsque le film s'achève, vite effacée parce que quelques heures et quelques jours plus tard, la magie des images revient et le talent exceptionnel des interprètes principaux comme la capacité d'Henri Colpi de capter l'atmosphère de ce début du mois d'août à Puteaux (ou plutôt à Issy ?) où, juste en face, sur le fleuve, les usines Renault de l'Île Seguin se sont vidées…

Immense succès de Trois petites notes de musique, la chanson écrite par Georges Delerue sur des paroles de Colpi lui-même et interprétée par la grande Cora Vaucaire, la voix de La complainte de la butte dans le French cancan de Jean Renoir, Trois petites notes de musique sur quoi dansent Thérèse Langlois (Alida Valli) et celui qui fut peut-être – sans doute ? – son mari (Georges Wilson). La mélodie, les paroles sont profondément à l'image du film : mesurées, tristes, nostalgiques, sans attente, mais sans désespoir.

Il ne se passe rien, dans le café de Thérèse, d'abord parce qu'il ne s'y passe jamais rien, puis parce que c'est l'été qui pèse. Il y a quinze ans que le mari de Thérèse a disparu dans les horreurs de la fin de la guerre ; elle s'y est presque habituée, a, de ci, de là, des amants de passage ; en ce moment, c'est Pierre (Jacques Harden), un camionneur qui voudrait bien que leur aventure aille plus loin et s'installe dans la durée. Mais un clochard aux yeux tristes passe désormais devant le bistrot et Thérèse imagine que c'est son mari disparu, ou le reconnaît, ou on ne sait quoi.

Intrigue minimale. Que veut Thérèse, en fait ? Elle a sans doute envie de s'évader de sa vie calme, tranquille, chaque matin répétée : vivre une histoire, revenir dans le passé, faire en sorte que sa paisible existence d'aujourd'hui se donne l'apparence de que qu'elle aurait pu être si… Si Albert Langlois, son mari disparu revenait ; si c'était lui, vraiment, le clochard, que ne reconnaissent pourtant pas les gens de la famille appelés en secours ; et surtout si quinze ans n'avaient pas passé, irrémédiables et définitifs. Ce clochard aux yeux doux mais qui est si loin du monde et qui ne veut surtout pas y revenir va-t-il ouvrir la porte de ses secrets lorsque Thérèse lui donne ce fromage rare qu'il aimait, fait jouer les airs d'opéra qu'il chantait ? Rien du tout : il est parti, il n'est déjà plus là, il est sur l'autre rive.

C'est Marguerite Duras qui a écrit et dialogué le film, qui est ensuite allée chercher Colpi pour le réaliser : on y trouvera ses tics, ses pontifiances de langage, son goût pour la lenteur et l'ennui. C'est sûrement trop écrit, de façon moins insupportable que dans Moderato cantabile ou dans L'année dernière à Marienbad et quelquefois trop désarticulée, mais il y a des ambiances qui marquent et qui, quelquefois donnent juste ce qu'il faut de tristesse irréparable.


Répondre

De verdun, le 13 novembre 2015 à 19:20
Note du film : 5/6

SNC vient de l'éditer en dvd, dans une copie magnifiquement restaurée qui rend pleinement justice à l'oeuvre.

Et c'est un très beau film, tant dans son histoire très émouvante (la plus belle contribution de Marguerite Duras au cinéma ?) que dans sa forme. On peut observer quelques longueurs, inévitables eu égard au sujet, l'attente de la principale protagoniste. La photo est belle, le cinémascope utilisé au mieux de ses possibilités. La chanson de Georges Delerue, "trois petites notes de musique" reprise un an plus tard par Montand a marqué les esprits à juste titre. Mais ce qui emporte l'adhésion est sans doute ce montage atypique, domaine où Henri Colpi s'était bâti une réputation avant de passer à la mise en scène.

Le couple Georges Wilson- Alida Valli est lui aussi parfait de sobriété et d'émotion.

Un film atypique dans le paysage cinématographique français de 1961, ni vraiment typique de la qualité française, ni vraiment typique de la nouvelle vague. Un film inclassable primé, admiré, oublié avant de renaître à présent, en celà comparable à Les dimanches de Ville-d'Avray, sorti à la même époque.

Une admiration méritée tant ce film est une réussite cinématographique.


Répondre
Georges Wilson est mort...


De Gilou40, le 6 février 2010 à 20:35

Gaulliste ? Ah ! Mon Papa tant regretté se serait fait tuer pour lui… Mais c'est vrai que nous avons beaucoup digréssé sur la mort de Pierre Vaneck. Stop .


Répondre

De Impétueux, le 6 février 2010 à 19:26
Note du film : 5/6

Gilou40, si vous m'aviez lu depuis plus longtemps, vous sauriez que je suis un fervent gaulliste ; et donc en aucun cas le président Sarkozy.

Pour le reste, je trouverais un peu niais de me présenter en SDF qui n'a pas eu de chance dans sa vie… Ce n'est pas un délit, que je sache, tout au moins jusqu'à une improbable victoire de M. Besancenot et de ses thuriféraires à de prochaines élections…


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.0049 s. - 6 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter