Accueil
Voici les derniers messages de ce forum :

Tourne, tourne, papillon...


De verdun, le 10 octobre à 23:44
Note du film : 4/6

Antoinette dans les Cévennes se pare de qualités incontestables. Les acteurs sont parfaits, notamment Laure Calamy, comédienne solaire et charismatique qui prouve ici qu'elle mérite largement les premiers rôles.

Il s'agit un film plus futé que la moyenne, qui multiplie les références culturelles plus ou moins pointues: Antoinette apprend à ses élèves la chanson Amoureuse de Véronique Sanson; elle a pour nom de famille Lapouge, comme un (bon) écrivain aventurier récemment disparu; la chanson du générique de fin est "My pony, my rifle and me", issue de Rio Bravo et, bien évidemment, le film tout entier constitue un hommage au Voyage avec un âne dans les Cévennes de Stevenson, récit de voyage très apprécié des amateurs de littérature, mais moins connu du grand public que les immortels Dr. Jekyll and Mr. Hyde et L'île au trésor du même auteur.

L'autre très bonne surprise de Antoinette dans les Cévennes, c'est la bonne tenue de la réalisation, signée par la trop rare Caroline Vignal, qui, multiplie les choix de plan judicieux, insuffle régulièrement un dynamisme tout à fait louable, et réussit à mettre en valeur les superbes paysages cévenols.

On peut effectivement regretter que Caroline Vignal n'ait pas musclé davantage son scénario et que la faiblesse des enjeux dramatiques soit aussi patente par moments. L'ennui est évité de justesse grâce à l'abattage de l'actrice principale, à la maîtrise de la réalisation et à sa durée de 90 minutes.

Par conséquent, je suis d'accord avec Impétueux pour conclure que Antoinette dans les Cévennes n'est pas le film du siècle. Malgré ce que la photo ci-contre semble indiquer, l'ensemble ne se hisse pas au niveau de L'homme de la plaine, loin s'en faut. En d'autres temps, je lui aurait accordé un 3/6. Seulement voilà il faut tenir compte du contexte. Or nous sommes en 2020, époque où la comédie française grand public, c'est Kev Adams, Dubosc, Les Tuche et autres… âneries totales issues de la télévision. Antoinette dans les Cévennes a au moins l'immense mérite de ne pas prendre les spectateurs pour des imbéciles et constitue donc à ce titre une vraie bouffée d'oxygène dans le paysage morose de l'humour cinématographique hexagonale.

Et rien que pour ça un 4/6 est, à mon humble avis, amplement mérité.


Répondre

De Commissaire Juve, le 24 septembre à 05:22

A voir les photos, la dame n'a apparemment pas appris qu'un âne "se poussait" et "ne se tirait pas" !


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 1.34 s. - 6 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter