Accueil
Voici les derniers messages de ce forum :

Je plaide coupable !!


De verdun, le 22 mars à 20:28
Note du film : 3/6

Note artistique: 1/6. Note plaisir: 5/6.

C'est un film d'une nullité artistique flagrante. Il n'y a absolument rien de cinématographique dans Deux grandes filles dans un pyjama. Jean Girault s'est sont contenté, avec la collaboration de Jacques Vilfrid, de filmer platement leur pièce de théâtre "SOS homme seul !" créée en 1969 et retransmis dans le cadre de la fameuse émission Au théâtre ce soir.

Et c'est du très mauvais théâtre de boulevard. On est à des années lumières de l'excellent Jo du même Jean Girault. Le résumé de notre site indique bien la teneur de l'ensemble: Deux hommes mariés, Jérôme et Lionel, se retrouvent seuls, dans leurs appartements parisiens, pendant les vacances de Pâques. L'un drague et l'autre pas. Après une virée, l'infidèle ramène chez lui deux jeunes étrangères. Mais sa femme revient à l'improviste et c'est la panique générale ! Il est obligé de loger la Suédoise et l'Anglaise chez son ami…

C'est une version "beauf" d'une thématique vue de nombreuses fois au cinéma de Paris au mois d'août à Sept ans de réflexion en passant par Mariti in citta… Les hommes succombent à la tentation quand les dames sont parties en vacances. Aucune des ficelles les plus éculées du "boulevard" ne nous est épargnée : amants ou maîtresses dans le placard, quiproquos, portes qui claquent, bouche-à-bouche utilisé pour ranimer une jolie femme…

La plupart des acteurs jouent de façon caricaturale, comme s'ils étaient sur les planches. Galabru m'a rarement paru aussi peu concerné, ce qui n'est pas peu dire. Il est assez triste de voir Philippe Nicaud, acteur paré de nombreuses qualités (voix, prestance, humour) trouver ici son dernier rôle principal alors qu'il avait triomphé peu de temps auparavant dans L'île mystérieuse. Seule la grande Micheline Presle s'en tire sans dommages.

Un bilan un peu démoralisant… On peut à la rigueur sauver la musique de Claude Bolling et la beauté de Marcha Grant et de Charlotte Kinberg.

Et pourtant il y a quelque chose ici qui me fascine sans que je ne sache trop pourquoi, moi qui n'aime pas me farcir des "nanars" à tout prix. La vie est trop courte pour laisser la médiocrité nous submerger.

Est-ce l'esthétique kitsch des années 70 (cf le pull orange de Jérôme) ? Il y a d'autres films de meilleure qualité où on peut la contempler.

Est-ce un soupçon d'érotisme à la mode apporté par les deux grandes filles (souvent dévêtues) du titre ? Pas de quoi se réveiller la nuit.

Est-ce l'ahurissement de voir un spectacle aussi rigard,primaire et candide ? Non, je ne recherche pas le nanar à tout prix comme je viens de le dire.

Est-ce le fait, moi qui aime les raretés de voir en DVD (merci M6 !) un film inconnu au bataillon ? Non car il y a des dizaines voire des centaines de films de bien meilleure qualité -nous l'avons vu avec Brèves vacances- qui méritent amplement une restauration et une réédition.

Est-ce le parfum de la France encore heureuse de 1974 ? Peut-être…mais je ne suis pas sûr.

Deux grandes filles dans un pyjama est donc un des mes plaisirs coupables…


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.0024 s. - 6 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter