Accueil
Voici les derniers messages de ce forum :

Pensées et sentiments, formes et couleurs


De vincentp, le 11 janvier à 22:36
Note du film : Chef-d'Oeuvre


Revu sur grand écran, copie numérique restaurée, avec une présentation par Béatrice Romand, finement interrogée par le maître des lieux. Ci-dessous mes impressions du jour de spectateur lambda, forcément subjectives, d'autant qu'il s'agit de mon film préféré, y retrouvant sans doute des aspects personnels (mes grand-parents maternels se sont installés à Veyrier du lac en 1960, et ma famille y habite toujours).

1- Le genou de Claire, près de 50 ans après sa réalisation, reste très moderne. Il n'a pas pris une ride, ce qui est loin d'être chose courante pour un film de 1970. On peut supposer maintenant que ce film va passer l'épreuve du temps sans problème, pour une période qui s'annonce longue. Il s'adresse à un public érudit, en mesure d'assimiler des dialogues sophistiqués sur une base de marivaudage, avec de nombreux thèmes existentiels en arrière-plan. Le spectateur en herbe n'accrochera probablement pas. Cette oeuvre est bien sûr une oeuvre emblématique du cinéma d'auteur français de qualité, et un des sommets de l'oeuvre de Rohmer, avec quelques autres.


2- La nature est omniprésente, exubérante, foisonnante. Fleurs, herbes, eau, en mouvement, poussés par le vent, éclairés par une lumière changeante. La photographie de Nestor Almendros est à la fois d'une qualité plastique éblouissante, et totalement intégrée dans la dramaturgie. Mais les paysages restent ceux d'un monde de fiction, imaginaire, très éloignés de la réalité observable, par le choix des prises de vue.


3- Qualité exceptionnelle de la direction d'acteurs. Laurence de Monaghan en une dizaine de séquences gagne le droit d'incarner sans doute pour l'éternité un des personnages les plus emblématiques de la bourgeoisie féminine française du XX° siècle. Alors que Brialy -dans son meilleur rôle ?- serait son pendant masculin.

4- Influence sur ce récit à mon sens de Bergman (Monika, Sourires d'une nuit d'été). A vous de voir pourquoi et comment.

5- A titre anecdotique, on remarque la carrière de Bredannaz en activité -fumante- qui a été fermée en 1999. Les prises de vue extérieures, scrutées de près, acquièrent une valeur documentaire.


Répondre

De titou92, le 16 février 2011 à 10:39

Bonjour, en effet, Laurence de Monaghan est devenue avocate. Je suis tombé sur son site www.de-monaghan-avocat.fr www.de-monaghan-avocat.fr Très beau film en tout cas !


Répondre
Critique


De JIPI, le 28 septembre 2006 à 10:44
Note du film : 6/6

Jérôme jeune attaché d'ambassade en vacances en Juillet au bord du lac d'Annecy se marie dans un mois. Ce sont les dernières cartouches de la séduction avant la normalisation.

Aurora lui présente Laura jeune lycéenne de 16 ans intellectuellement très avancée mais instable dans la décision finale remettant en question chaque attaque sentimentale de Jérôme elle déstabilise celui-ci qui lassé jette son dévolu sur la sublime beauté architecturale que représente Claire sœur de Laura.

Cette apparition de rêve cache un cœur sans passion, léger volatile et stable se satisfaisant de l'air du temps que représentent ces jours de Juillet s'égrènant sans surprises et qu'ils faut meubler par des procédures standards rythmées de petits déjeuners au bord du lac et de parties banales de volley Ball.

Indifférente à l'extase d'un regard subjugué elle se contente d'un relationnel basique amoureux avec Gilles

Jérôme anéanti par ce modèle architectural hors du commun fait le pari avec Aurora de posséder symboliquement ce corps élaboré par la perfection divine en attribuant au genou de Claire le nom de Pole magnétique du désir. Il n'a qu'un seul but le caresser.

Cette œuvre est vivifiante, presque intolérante par son magnétisme. Les paysages sont somptueux, l'air est bon, les promenades de Laura et Jérôme dans la montagne sont une cure de jouvence, la parole et la tendresse communie avec une nature offerte à la contemplation. Les gestes contraints à la retenue valorisent les mots, la philosophie l'emporte sur la détermination d'un baiser furtif avorté.

Le contact des mains est une frontière délimitant le refus de l'autre. Impossible d'aller plus loin, les corps sont moraux et tremblent uniquement par le propos.

La lumière pureté première de ce site privilégié sublime la démarche somptueuse de Claire ondulant majestueusement le long du lac.

Claire est une œuvre d'art qu'il ne faut qu'effleurer. La possession de son corps ne sera que la longue caresse d'un genou offert temporairement sous une pluie de fin d'après-midi.

Jérôme satisfait s'en va. Les faiblesses sentimentales temporaires de Claire dues à son jeune age lui interdisent la perception d'un tel geste que seul Jérôme ressent dans une plénitude apaisée


Répondre

De Gaulhenrix, le 30 juin 2003 à 18:33
Note du film : 5/6

Une analyse très intéressante, Dumbledore.

On pourrait signaler aussi l'importance du décor. Comme dans "Ma Nuit chez Maud" (cercle de collines enneigées qui dominent Clermont-ferrand), on retrouve le même amphithéâtre naturel (montagnes qui encerclent le lac d'Annecy). Et du mouvement qu'il induit, du bas vers le haut pour le regard de Béatrice vers Jérôme et la scène du baiser ; ou, à l'inverse, le bras de Jérôme vers le genou de Claire. Sans doute le décor exprime-t-il un sentiment de protection, et les regards le mouvement même du désir vers l'objet du désir – perçu comme inaccessible (contre-plongée) ou facile à obtenir (plongée).

On pourrait insister, d'autre part, sur l'importance de la parole qui permet aux personnages de se découvrir, de s'affirmer, voire de méditer. Mais à l'inverse, la parole peut servir à dissimuler ses propres insuffisances et sa difficulté à exister (cf. Jérôme). Plus généralement, les paroles des personnages, chez Rohmer, ne sont-elles pas ce "divertissement pascalien" destiné à masquer la vacuité du temps qui s'écoule ?…


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.023 s. - 6 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter