Accueil
Voici les derniers messages de ce forum :

Heaven


De speedy, le 28 juin 2005 à 11:22
Note du film : 2/6

Une déception eut égard au sujet et au casting du film.

L'intransigeance du bon peuple américain dans les années 50 face à l'homosexualité (DENNIS QUAID parfait à contre emploi) ou l'amitié entre blancs et noirs. Le parti choisi de filmer classiquement cette histoire n'est pas un mauvais choix en lui-même mais son traitement jusqueboutiste rend l'ensemble kitch et plien d'une mièvrerie confondante. Le pire est sans aucun doute la prauvre JULIANE MOORE affublée d'une choucroute sur la têtê et d'une jupe à soufflet certes d'époque mais qui nous empêche de profiter de sa prestation d'actrice et sa beauté de femme.


Répondre

De dumbledore, le 27 avril 2003 à 00:00

Bienvenue dans le mélo le plus pathétique qui soit. Pathétique non pas qu'il fasse pleurer ou émouvoir, mais parce que le film se plante lamentablement.

Le film s'ouvre sur un long générique ennuyeux accompagné par une musique très années 50, les premières images montrent un joli arbre en fleurs. Un long mouvement de grue nous rapproche de cette petite vie de banlieue. L'idée est plutôt bonne : démarrer sur les images cliché des années 50, jouant même à faire une mise en scène années 50.

Seulement, une fois que l'histoire se développe, le film en voulant critiquer les clichés des mentalités, sombre lui-même dans le cliché : le père homosexuel qui boit, torturé par ses pulsions qu'il ne comprend pas, et qui finit par exploser en larmes et avouer qu'il connaît enfin l'amour ! Ou bien encore le black veuf avec sa petite fille qui va aux expositions d'art morderne, car oui, Monsieur, on peut être Noir et avoir bon goût et culture.

Bref, tout au long du film, clichés et compagnie se succèdent pour aboutir à une morale pathétique : finalement, aux Etats-Unis des années 50, il vaut mieux être homosexuel (au moins on a une chance de trouver sa place) que Noir.

Finalement, on plaindra Julianne Moore qui se fourvoie dans ce film et dans ce personnage insipide. Mais le plus à plaindre, reste Dennis Quaid qui minaude de bout en bout et qui est lui aussi… pathétique.


Répondre
Julianne


De Jicop, le 24 février 2003 à 12:05

Je ne sais pas ce que vaut ce film, mais il faut reconnaître que Julianne Moore se plante rarement dans ses choix et pourtant, elle tourne beaucoup. Elle est en train de se faire une filmo d'enfer et ne cesse de s'améliorer.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.035 s. - 6 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter