Accueil
Voici les derniers messages de ce forum :

Norman Bates


De spontex, le 28 mars 2014 à 09:22
Note du film : 6/6

Formidable ! Plus que n'importe quelle suite de Psychose, ce Bates Motel, prequel sous forme de série, s'inscrit admirablement dans l'univers du film. La relation maternelle fusionnelle est extrêmement bien rendue.

Après la mort mystérieuse de son mari, Norma Bates décide de refaire sa vie loin de l'Arizona, dans la petite ville de White Pine Bay dans l'Oregon, et emmène avec elle son fils de 17 ans, Norman. Elle rachète là-bas un vieux motel abandonné depuis de nombreuses années, ainsi que le manoir qui trône majestueusement quelques mètres plus loin. La mère et le fils partagent depuis toujours une relation complexe, presque incestueuse. Des événements tragiques vont les pousser à se rapprocher encore davantage. Ils partagent désormais de lourds secrets…

Si besoin était, la série confirme le statut de chef d’œuvre du film. On se surprend, des années après sa vision, à parfaitement reconnaître les lieux : la maison et son intérieur, le motel en contrebas, l'agencement des chambres, les baignoires. Le moindre élément du film est exploité pour nourrir l'intrigue : la taxidermie, le contournement autoroutier…

Norman Bates est idéal, comme serial killer en devenir (on pense bien sûr à Dexter). Le potentiel du personnage (dont un contributeur de DvdToile a repris le nom !), ici incarné par Freddie Highmore, est exploité. La série a l'intelligence de nous montrer de temps en temps les choses de son point de vue, détestant celles qui auraient le malheur de l'éconduire, ceux qui séduiraient sa mère ou s'en prendraient à elle.

Norma Bates est, elle aussi, castée sur mesure – Vera Farmiga en mante-religieuse !

Ajoutez à cela un contexte particulier, l'économie locale reposant sur la culture du cannabis, une intrigue policière particulièrement glauque – on pense à Top of the lake. Un pari osé consiste à avoir situé les événements à l'époque actuelle. Armé d'un iPhone et d'internet, Norman Bates peut pousser encore plus loin ses coups tordus ! Amusant de constater que de nombreux éléments (costume, décors, objets, voitures) restent "coincés" dans les années 1930 à 1970, comme pour accentuer le décalage entre la famille Bates et le reste du monde.

Norma parviendra-t-elle à rendre Norman normal ? Difficile, elle refuse de voir ses problèmes en face. Quand elle l'emmène chez le psy, ce dernier prescrit le rendez-vous suivant à la mère autant qu'au fils ! C'est plutôt au grand frère, équilibré malgré une apparence rebelle, que reviendra cette lourde charge.

Vivement la saison 2, en cours de diffusion aux États-Unis…


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.017 s. - 6 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter