Accueil
Voici les derniers messages de ce forum :

La fin de Versailles...


De DelaNuit, le 25 mars 2013 à 18:32
Note du film : 6/6

Toute oeuvre romanesque retraçant la vie privée de personnages historiques est une fiction, il ne faut pas l'oublier. Qu'en est-il du saphisme de la reine ? Il faudrait avoir vécu à ses côtés dans ses boudoirs pour le savoir… Et encore le film montre-t-il une Marie-Antoinette entichée de sa dame de compagnie sans préciser s'il s'agit de sentiments platoniques ou s'il y a eu "passage à l'acte" !

En tout cas, on en parlait à l'époque, si c'est une invention elle n'est pas récente. Il s'agit donc d'une hypothèse ni plus ni moins respectable qu'une autre. Curieusement, lorsqu'on prête dans les films ou les romans une aventure consommée à Marie-Antoinette avec le bel Axel de Fersen, on n'assiste pas aux mêmes réactions de mise en garde contre l'imagination des scénaristes ou des écrivains. Pourtant, il s'agit tout autant de romanesque et de fiction car on ne sait pas historiquement ce qui s'est réellement passé entre eux…


Répondre

De Impétueux, le 20 mars 2013 à 19:22

Pour moi qui pense que Versailles est le plus beau palais du monde, l'expression parfaite du génie français, j'ai regardé avec intérêt cette exploration des splendeurs et des coulisses de notre trésor national. Et c'est filmé avec goût, justesse, qualité, ça montre assez bien ce qu'on pourrait appeler la tuyauterie du château, cette espèce de grand décor de théâtre qu'avait voulu Louis XIV pour y retenir (autant dire pour y emprisonner), la folle noblesse du Royaume, dont il avait eu si peur et qu'il avait tant détestée durant la Fronde.

En poursuivant la politique du grand Richelieu, qui avait fait décapiter les châteaux de l'arrogante aristocratie, il enchaînait durablement des gens dont le rôle social s'était achevé. Et qui lui en voulaient d’ailleurs terriblement (lire Saint-Simon pour être édifié sur ce point). En tout cas, à la fin de l'Ancien régime, ça marchait encore : ainsi ce qui est dit du vieux marquis de La Chesnaye (Serge Renko) à un moment du film Il a un superbe château, mais il préfère vivre ici, dans une soupente, pour être près du Roi !. C'est exactement ce qu'avait voulu le Grand Roi.

J'ai écrit sur d'autres fils, notamment sur celui du Marie Antoinette de Sofia Coppola, mais aussi sur celui de Marie-Antoinette, reine de France de Jean Delannoy tout ce que je pense de la Reine assassinée. La raison de sa présence en France, l'épouvantable lourdeur de la charge que cette jeune femme devait supporter, la fatigue qu'elle pouvait en éprouver, ce qu'elle pouvait représenter dans la partie de cartes géopolitique qui se déroulait en Europe. J'ai aussi dit quelle honte nous devrions éprouver, nous Français, de cette exécution qui n'a aucune raison, aucune justification, sinon celle des haines les plus basses et les plus immondes. À l'heure où notre pays est continuellement appelé à la repentance pour tout et n'importe quoi, j'attends encore une parole de contrition sur la mort de la Reine ou sur le génocide vendéen.

L'intrigue du film est ingénieuse et appropriée, même si la légende du saphisme de Marie-Antoinette est une invention des buveurs de sang de la Terreur. En tout cas Diane Kruger et Virginie Ledoyen sont bien séduisantes et Léa Seydoux excellente actrice. Mais ce n'est pas de l'Histoire, cela…


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.013 s. - 6 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter