Accueil
Voici les derniers messages de ce forum :

Ca fait tout de même beaucoup...


De Nicoco, le 18 février 2013 à 20:42
Note du film : 5/6

Je ne suis pas d'accord avec vous sur le dénouement. Il eut été au contraire bien trop facile de laisser le petit garçon se noyer, c'était le drame humain que le spectateur attendait fébrilement le film avançant. J'avais moi même imaginé une mort, en lien avec Ali, soit en victime anonyme tombant sous les coups d'un vulgaire manouche, soit au contraire en bête meurtrière prise d'un accès de rage… Après tout, une bête écervelée mériterait-elle un destin plus glorieux ? La fin du film est donc pour moi une heureuse surprise, à la hauteur de la bouleversante scène de la la noyade qui l'accompagne (il y a une sorte de suspens car durant toute l'action, à aucun moment, il n'est possible de savoir si le petit garçon va s'en sortir, si Ali va réussir à briser la glace).

J'ai été touché par ce film. Par Matthias Schoenaerts tout d'abord qui n'est pas une révélation car je l'avais déjà croisé dans Bullhead dans lequel il crevait déjà l'écran. Il campe d'aileurs grosso modo le même personnage en moins bestial peut-être. Marion Cotillard aussi que je ne porte vraiment pas dans mon coeur mais qui réussit la prouesse d'effacer l'antipathie qu'elle suscite habituellement chez moi. C'est que, outre ses interviews d'ordinaires insipides qui mettrent rarement en valeur son intelligence, je la connais davantage dans ses compositions hollywoodiennes et je ne l'avais encore jamais vu dans un tel registre dans un film français. Et je dois ainsi dire que, pour moi, le plus pathétique dans son accident est presque les secondes qui le précédent où on la voit…danser… au milieu des orques…à Marineland sur une musique de…Katy Perry. Elle est banale, heureuse, innocente et elle le joue bien, bien mieux que son rôle de femme fatale dans le dernier Batman de Christopher Nolan !

Comme l'a dit justement Impétueux, ce film explore avec sobriété les méandres de l'âme humaine et force à nous interroger sur nos faiblesse, nos fragiles existences. Les personnages sont constamment sur le fil du rasoir (Stéphanie sur son lit d'hôpital surprise par une infirmière une lame à la main, Ali qui violente son fils, encore Stéphanie qui agresse un client dans un bar, le beau-frère d'Ali qui le menace d'une arme à feu, les bagarres qui manquent de dégénérer…) et que se passerait-il s'ils se décidaient à franchir la ligne jaune et pourquoi ne la franchissent-ils pas ? Le drame annoncé n'est jamais loin…mais il ne vient finalement pas, du moins si l'on considère que l'accident de Marion n'en n'est pas un, ou si l'on admet que ces quelques destins misérables n'en sont pas non plus.


Répondre

De Torgnole, le 20 juin 2012 à 11:39
Note du film : 5/6

Assez d'accord avec Impétueux sur l'impertinence du "happy-end", mais quelle beau symbole ! Ali, incapable de s'exprimer autrement que par son corps va briser se dernier pour casser la couche de glace qui le sépare de son fils…

Sur la base d'un scénario improbable, une puissance dramatique émerge en toute crédibilité, Audiard prouve encore qu'il est un grand directeur d'acteur en saisissant le naturel de chacun (Matthias Schoenaerts en tête) et un excellent réalisateur en nous embarquant pendant deux heures, sans ennui, dans cette fable moderne glauque qui m'a tout de même laissé sur une étrange sensation de frustration, comme s'il manquait quelque chose… Une signification profonde m'aurait-elle échappé ?

P.S : Chapeau aux effets spéciaux, les "non-jambes" de Marion Cotillard sont bluffantes !


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.020 s. - 6 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter