Accueil
Voici les derniers messages de ce forum :

Thriller haletant


De Steve Mcqueen, le 3 juin 2015 à 15:08
Note du film : 5/6

L'un des polars les plus marquants de récente mémoire.

Denis Villeneuve arrive à créer une sensation de malaise palpable, d'insécurité rampante. Le danger semble rôder dans ces rues sans âme, dans la lumière blafarde qui enveloppe les personnages. Le Mal est partout, dans cette cave où Jake Gyllenhall trouve un cadavre en état de décomposition avancé, sur le visage blême d'un suspect potentiel.

Le cinéaste joue avec les nerfs du spectateur avec maestria lors de séquences aux lisières du fantastique, telle l'arrestation du suspect dont la camionnette paraît être une créature maléfique, monstre de tôles et d'acier, le tout sous une pluies battante, scène magistrale que l'éclat des lampes torches arrache à une obscurité poisseuse. La découverte de dizaines de valises renfermant des serpents, plus tard dans le film, est l'occasion d'une nouvelle séquence marquante, les reptiles se déployant dans la pièce comme une pandémie.

Face à la disparition de deux fillettes, le film met en parallèle deux enquêtes, l'une officielle menée par un inspecteur (Jake Gyllenhall), avec ce que cela implique de fausses pistes, de suspects présumés et de tâtonnements. L'autre est menée en secret par le père de l'une des fillettes (''Hugh Jackman''), qui applique une justice toute personnelle en séquestrant et torturant le principal suspect, un simple d'esprit dont la camionnette a été vue dans le quartier où a eu lieu l'enlèvement.

Ici tous les personnages portent leur croix, rongés par la culpabilité, l'angoisse, et surtout le doute, le doute insidieux qui s'immisce sous l'épiderme comme autant de métastases.

Une plongée vertigineuse dans les méandres de l'âme humaine, une réflexion sur la banalisation du Mal, une interrogation sur les limites morales d'individus ordinaires face à l’innommable.


Répondre

De JIPI, le 20 août 2014 à 17:28
Note du film : 5/6

La lente et irrémédiable descente aux enfers d'un père destabilisé par ses pulsions dans un déferlement de violences mêlées de repentir, ne faisant qu'accentuer le besoin d'un écorché vif d'entretenir en permanence un équilibre d'acharnement et d'effondrement à l'aide de ses propres diagnostics.

L'entretien en vrille d'un comportement uniquement basé sur la cible que l'on kidnappe et martyrise en cachette, sans se soucier un seul instant de la dominance outrancière d'une perception.

On s'acharne en détruisant en parallèle l'autre et soi, pendant qu'une police peau de chagrin, uniquement basé sur la détermination d'un élément, tente avec difficulté de maintenir une procédure de travail basé sur de l'investigation.

Dans une joute livide entre l'aveuglement et la lucidité sur un site épuré triste et pluvieux.

Un opus d'atmosphère captivant, long et éprouvant ne fléchissant jamais dans le contenu de son message.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.029 s. - 6 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter