Accueil
Voici les derniers messages de ce forum :

Sept petits nègres


De Impétueux, le 17 août à 17:13
Note du film : 1/6

Week-end de terreur se situe au confluent de plusieurs riches veines romanesques et cinématographiques. Celle de l'élimination graduelle des protagonistes par une mystérieuse main assassine, dévoilée seulement à la toute fin de l'ouvrage. Mais aussi celle des adolescents fêtards du Nouveau Monde qui sont invités par une condisciple à passer un bon moment dans une très belle propriété isolée. Et encore celle de la gémellité et de la folie. Et on pourrait ajouter par dessus le marché celle des doubles retournements (je ne puis en dire plus sur ce dernier point sauf à dévoiler trop crûment l'astuce terminale).

Donc un beau jour de printemps, veille du 1er avril, jour universel des farces et mystifications, s'embarque pour gagner une île de Colombie britannique, au Canada, une joyeuse troupe de jeunes gens et jeunes filles, invités par leur richissime copine Muffy (Deborah Foreman) à passer le week-end dans la belle maison qu'elle va hériter de son père et qui est la seule habitation de l'île. Il y a là Harvey, Nikki, Rob, Skip, Kit, Arch qui sont des camarades de collège et, un peu différente, Nan (Leah Pinsent) qui a connu Muffy dans un cours de théâtre et fait figure de fille sage alors que les autres adolescentes semblent beaucoup, beaucoup plus délurées ; et il y a même un garçon, Chaz (Clayton Rohner) qui est même un véritable obsédé sexuel.

En arrivant sur l'île à la suite d'une plaisanterie idiote et d'une maladresse Buck (Griffin O'Neal), un des matelots qui conduisait le ferry est grièvement blessé, défiguré ; le rapide canot automobile de Muffy est réquisitionnée par le shérif Potter (Tom Heaton). Les fêtards sont désormais isolés, coupés du continent.

Tout ce petit monde s'installe. Et chacun est victime d'une surprise, d'une farce ; ça peut être anodin, comme le coussin péteur, le verre baveur, le cigare explosif ou le lavabo qui asperge celui qui entend s'en servir ; ça peut être plus inquiétant, surtout dans les placards et tiroirs des chambres : des coupures de presse relatant des meurtres et disparitions angoissantes, un magnétophone dissimulé où sont enregistrés des gémissements d'enfant, un attirail de drogué sado-masochiste…

On imagine aisément la suite. Le premier, Skip (Griffin O'Neal) disparaît alors qu'il se promène dans la nuit, du côté du garage à bateaux vide. On ne retrouve que son couteau brisé. Puis, pendant qu'ils s'apprêtent à faire l'amour dans une sorte de baraque, Kit (Amy Steel) et Rob (Ken Olandt) aperçoivent sous les planches à claire-voie le cadavre noyé de leur ami… Arch (Thomas F. Wilson) et Nan disparaissent aussi. Depuis le matin, Muffy, l'hôtesse, paraît un peu bizarre à tous… L'eau courante fait défaut… En allant en chercher, Nikki (Deborah Goodrich) tombe dans le vieux puits… et se retrouve au milieu de têtes coupées et d'un cadavre…

Les jeunes gens ayant pris l'élémentaire précaution, dans un film de terreur, de se disperser soigneusement, sont donc assassinés un par un jusqu'à ce que…

Tout ça ne serait pas mauvais si les personnages avaient un peu de substance et si les éliminations successives permettaient au spectateur d'entrer dans le délicieux état de trouille qu'il cherche ; mais rien de cela dans le film de Fred Walton qui mène très mollement son affaire. Ilt parvient même, sur un aussi joli thème, à devenir vaguement ennuyeux et en tout cas très prévisible malgré le double retournement final sus-évoqué que je ne dévoilerai pas, tout en orientant les tordus dans mon genre qui voudraient savoir la fin de l'histoire vers l'assez complet article de notre vieille amie Wikipédia.

Le titre que je donne à mon avis est naturellement inspiré du roman d'Agatha Christie. Ô Agatha, pourquoi ton grand talent a-t-il inspiré tant d'indignes fadaises !!


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.011 s. - 6 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter