Accueil
Voici les derniers messages de ce forum :

Palme dort...


De Viator, le 21 mai à 21:42
Note du film : Chef-d'Oeuvre

"Haine de soi, pour Haneke, comme pour Elfriede Jelinek, dont il a adapté La pianiste : frustration, violence intime, automutilations – physiques ou mentales -, détestation de l'environnement sociétal, climats malsains, dépérissement de toute chaleur humaine… ce n'est sans doute pas spectaculaire, mais c'est terriblement vrai."

Michael Haneke a écrit son scénario de toute pièce. Pour son film "Das Weiße Band". Celui-ci ne semble pas tiré d’un fait divers allemand.

En visionnant dernièrement et successivement le film "Le Ruban Blanc" puis la série documentaire en cinq épisodes "Gregory, La Malédiction de la Vologne" (1), on ne peut que constater certaines similitudes entre la fiction du long-métrage et la réalité des faits passés dans cette région des Vosges : les silences, les incestes, les suicides, les haines ancestrales, les secrets de famille, les bâtards. Tout y est.

Si le réalisateur autrichien situe son action à la veille de la première guerre mondiale, l’affaire Grégory Villemin reste très proche de nous (début des années 80) et terriblement vraie également.

Il semble que Michael Haneke n'est point exagéré les choses comme je le pensais de prime abord, à la sortie du film, voila dix ans.

(1) https://www.youtube.com/watch?v=mtJp502_gMY


Répondre

De Impétueux, le 15 mars 2012 à 22:19
Note du film : 6/6

Des institutions où les pauvres se font rares ? Comme si les pauvres étaient innocents ! Les institutions, si imparfaites qu'elles sont, protègent l'individu de la malfaisance intrinsèque de l'Homme..

Mais c'est un débat lointain. Le ruban blanc est un film admirable et accablant…


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.0024 s. - 6 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter