Accueil
Voici les derniers messages de ce forum :

Très grand spectacle picaresque


De vincentp, le 26 mars à 15:58
Note du film : Chef-d'Oeuvre


Revu via l'édition blu-ray qui vient d'être publiée par Wild Side (image et son parfaits). Je revois mon avis antérieur à la hausse, concernant la qualité artistique de cette oeuvre. Sur la durée des 138 minutes, La forteresse cachée s'impose comme une oeuvre grandiose. Quel talent chez Kurosawa ! La qualité des images et des aspects sonores, la beauté des paysages, l'intégration des décors extérieurs dans l'action (avec un aspect véridique de bout en bout), la sophistication du scénario (avec les digressions coutumières et souvent surprenantes de Kurosawa, qui décrit finement la psychologie des personnages, y compris secondaires) : tout concourt à une certaine forme de perfection.

Les quinze dernières minutes sont exceptionnellement réussies à tout point de vue, avec une utilisation parfaite des possibilités offertes par le cinemascope japonais. Pour apprécier cette oeuvre, le spectateur contemporain devra accepter, outre le noir et blanc, des péripéties qui donnent l'impression au début de tourner en rond. Il vaut mieux être reposé et disponible ! Au final, le spectateur qui aura fait l'effort de s'investir, pourra avoir le ressenti d'un divertissement brillant qui décrypte finement les règles de fonctionnement de l'humanité, et propose sans y avoir l'air des règles de bonne conduite en société.


Répondre

De Arca1943, le 8 octobre 2007 à 18:30
Note du film : 6/6

Du très grand spectacle picaresque comme je l'aime! Les deux paysans occupent le devant de la scène pendant une bonne partie du film, et voir "par en bas", à travers leurs yeux, tous ces grands seigneurs et ces guerres de clan a quelque chose de très rafraîchissant. Le personnage de la jeune princesse 'tomboy' (comme on dit en Amérique pour 'garçon manqué') est tout à fait croquignolet. Le décor pierreux et escarpé de la fameuse forteresse est formidable. Grandes scènes de foule, notamment la fête du feu qui nous procure un intermède musical de bonne venue. Bien sûr, Toshirô Mifune en fidèle samouraï-général domine aisément la distribution et les scènes d'action sont au rendez-vous, avec au programme un sacré combat de lances, une poursuite à cheval échevelée. Mais l'humour garde toujours ses droits et au bout du compte, ce sont vraiment les paysans qui sont les protagonistes – pour une fois ! Bref, un Kurosawa qui a un côté Monicelli… Voilà qui n'est pas pour me déplaire.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.034 s. - 6 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter