Accueil
Voici les derniers messages de ce forum :

Épouvantable et divertissant


De Pianiste , le 30 décembre 2014 à 17:02

Jurassic Park a vraiment marqué l'année 1993. Il a d'ailleurs été repris en version 3D en 2013, afin de fêter ses 20 ans. Ce film est une réussite grandiose. Les dinosaures sont frappants de réalisme et la morale de l'histoire ne manque pas d'intérêt, on ne peut pas obliger un organisme à vivre dans un environnement qui ne lui est pas destiné. Imaginons ce que nous apporterait la résurrection de ces monstres de nos jours, ce serait un réel fiasco. Revenons à la réalisation parfaite des créatures préhistoriques. Le meilleur souvenir est bien la poursuite nocturne de la jeep par le tyrannosaure. L'animal semble plus vrai que nature et prouve que de nos jours, le cinéma fait des merveilles. Il est à noter que j'ai relevé certains détails qui montrent que Steven Spielberg en a fait un peu à sa tête et s'est permis quelques originalités. Comme pour les vélociraptors qui sont en fait des deinonychus. Le vélociraptor était assez petit et on le soupçonne même d'avoir été recouvert de plumes, alors que le deinonychus était d'une taille bien plus grande. Idem pour le dilophosaure, il lui a été attribué une collerette, à la manière de certains lézards et le fait qu'il crachait du venin comme un cobra. En réalité, c'était juste un reptile bien plus grand avec la tête surmontée de deux petites crêtes. Tout cela n'a pas vraiment d'importance, mais montre que le réalisateur a eu envie d'apporter du piment à ses spécimens. Par contre, le brachiosaure et le tricératops sont très fidèles à la réalité. Et la scène où le tyrannosaure chasse le troupeau de gallimimus est mémorable. D'ailleurs, la science n'arrêtera jamais ses suppositions car on prétend justement que ce terrible prédateur avait lui aussi des plumes. Il est vrai que l'image des dinosaures a bien changé par rapport aux années où on pensait qu'il s'agissait d'animaux très lents et pour certains incapables de se déplacer hors de l'eau. Ayant revu ce grand moment de cinéma, je me surprends à le trouver encore plus passionnant à chaque fois, le vol de ptéranodons du final me laissant toujours rêveur.

Il me reste juste à vous souhaiter la bienvenue à Jurassic Park…


Répondre

De Impétueux, le 21 novembre 2005 à 18:14

Ce que vous écrivez est très juste, très pertinent : nous savons cela intuitivement depuis toujours, et Spielberg s'adressant à des publics très divers en âge et en références parvient à réussir un très bon spectacle.

L'amateur (mesuré) de films d'épouvante que je suis depuis longtemps (à onze ans, je béais d'admiration devant les photos du Cauchemar de Dracula) a levé le sourcil devant l'irruption des premiers films gore (du type Zombie) dans les années 80. Mais rapidement, les chairs déchirées, les éventrations, les kilomètres de boyaux dévidés, les hectolitres de sang et de matières putrides m'ont lassé, sans trop me faire rire. (Une exception : Cannibal holocaust ; mais c'est la roublardise et la perversité absolue du propos qui m'ont séduit).

Et puis, il y a quelques années, Le projet Blair witch ; je retrouvais l'allusif, l'économie de moyens, la suggestion…

Le cinéma, ça peut être les moyens déployés par Spielberg ; mais ça peut être fait aussi avec trois francs, six sous…


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.026 s. - 6 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter