Accueil
Voici les derniers messages de ce forum :

L'un des chefs-d'oeuvre de Terence Fisher


De verdun, le 28 novembre à 09:11
Note du film : 6/6

Cette version du célèbre roman de Robert Louis Stevenson est d'abord remarquable par son originalité. Elle inverse le postulat imaginé par l'écrivain: le docteur Jekyll (Paul Massie) est un personnage laid, terne et fait cocu par son épouse (Dawn Addams). Mr Hyde est au contraire un jeune homme aussi beau que pervers, qui ressemble beaucoup au Dorian Gray d'Oscar Wilde. Cette idée sera reprise avec talent par Jerry Lewis dans Dr Jerry et Mr Love.

Une bonne partie du film se concentre sur le couple formé par l'épouse adultère de Jekyll et Paul Allen, "ami" du docteur qui pique l'épouse mais aussi l'argent de ce dernier. Paul Allen est joué par un Christopher Lee toujours aussi convaincant dans un rôle moins secondaire qu'il n'y paraît. Les acteurs font donc de leur mieux mais dans cette histoire il n'y a aucun personnage attachant, ce qui rend ce film moins accessible que les oeuvres plus connues de Terence Fisher.

Sur le plan de la réalisation, le film représente l'apogée du style Hammer et du classicisme "fisherien": beauté des décors et des costumes, photo somptueuse de Jack Asher, montage inspiré: on retrouve le style flamboyant de l'ouverture du chien des Baskerville. Le spectateur aura l'impression de voir une production fastueuse alors qu'il s'agit d'un petit budget.

C'est de mon point de vue une éblouissante réussite aussi bien sur le plan visuel que sur le plan dramatique mais elle ne plaira pas à tout le monde. Les éléments fantastiques et horrifiques sont ici réduits à leur plus simple expression. Nous sommes en présence d'un drame psychologique qui peut décevoir les admirateurs du Cauchemar de Dracula ou de Frankenstein s'est échappé.

La noirceur des personnages et l'accent mis sur la psychologie en font un film moins accessible que d'autres et expliquent sans doute pourquoi Les deux visages du dr jekyll fut exploité en France dix ans après sa sortie et dans la plus grande discrétion. C'est pourtant un film qui montre un autre visage de Terence Fisher, celui d'un admirateur de John Ford et de Borzage. Le réalisateur aura l'occasion de developper ultérieurement cet aspect mélodramatique avec des oeuvres comme La gorgone ou La nuit du Loup-garou.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.046 s. - 6 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter