Accueil
Voici les derniers messages de ce forum :

A beaucoup vieilli


De verdun, le 8 novembre 2015 à 15:34
Note du film : 3/6

On ne devrait pas revoir les films qu'on a aimé jeune…

Celui-ci me fit forte impression durant mon adolescence. Et de fait, le pessimisme de la deuxième heure est toujours là, notamment dans la description d'une ambiance apocalyptique et l'absence surprenante de happy-end. Certains effets spéciaux tiennent toujours le coup même si Hollywood a fait beaucoup de progrès dans le domaine (le seul où Hollywood ait fait des progrès ?).

Mais auparavant il faut subir 50 minutes de feuilleton du style Santa Barbara en cinémascope. On assiste aux tourments caricaturaux des personnages avant la catastrophe. Il faut vraiment des acteurs qu'on aime pour essayer de nous faire avaler tout ça: couple en dispute, flic au bout du rouleau, etc…

La deuxième heure est donc plus passionnante mais a forcément vieilli et on sourira devant détails assez datés, ainsi la coiffure afro de Victoria Principal ou la scène franchement ratée de l'ascenseur meurtrier.

On peut toujours regarder ce film avec un plaisir nostalgique mais Mark Robson a fait beaucoup mieux. Les années 70 sont une décennie curieuse où alternent des titres d'une modernité stupéfiante et des oeuvres comme celles-ci plus datées que celles des années 50-60.


Répondre

De DelaNuit, le 2 septembre 2008 à 22:47
Note du film : 4/6

A bien non, Geneviève Bujold n'est pas la seule qui soit sympa dans ce film (et je ne parle pas de la présence de Victoria Principal, future héroïne de Dallas), alors que nous avons droit dans ce film catastrophe à la présence d'Ava Gardner !

Et cette présence n'est pas anodine car elle donne tout son sens au film. Ainsi, Ava tout au long de sa carrière, n'a cessé d'interprêter des rôles inspirés (de près ou de loin) de la Mythologie… et de déesses incarnant des forces de la Nature… depuis Un caprice de Venus ou Pandora dans sa jeunesse à The Devil's widow de Tam Lin

N'a t'on pas écrit à son sujet qu'elle excellait à interpréter "les mythes chancelants et autres déesses en rupture d'Olympe" ?

Eh bien justement nous y voici : regardez bien comment ce film est construit : il commence et finit avec Ava Gardner : elle est malheureuse, se rend malade de désespoir et de jalousie et.. la terre tremble !

A la fin, elle retourne aux profondeurs et emporte avec elle vers le royaume des morts son mari volage, dans les flots noirs d'une rivière souterraine, version moderne du Styx… et la Nature, enfin apaisée, retrouve son calme.

Alors qu'importe qu'elle soit bouffie par l'alcool et tellement impossible à diriger qu'on ne la filme que sur des plans courts… Même dans ce (mauvais état), cette éternelle femme fatale continue à déchaîner des cataclysmes malgré elle ! ! !


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.030 s. - 6 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter