Accueil
Voici les derniers messages de ce forum :

Un Fuller atypique


De verdun, le 23 mars à 22:11
Note du film : 4/6

4,5/5.

Le kimono pourpre est un bon film, bien joué, bien photographié, bien réalisé. Et surtout un film assez surprenant.

La séquence d'ouverture semble indiquer que le spectateur va assister à un polar haletant: une strip-teaseuse court dans les rues du quartier japonais de Los Angeles pour échapper -vainement- à un tueur.

Mais très vite, Fuller délaisse l'enquête policière pour pour se concentrer quasi-essentiellement sur un triangle amoureux. Deux détéctives, l'un Américain (Glenn Corbett), l'autre Japonais (James Shigeta), qui enquêtent sur le meurtre de la strip-teaseuse, tombent amoureux de la même femme, une artiste-peintre (Victoria Shaw). Leur amitié ne s'en relèvera pas…

L'histoire d'amour interraciale, très audacieuse pour 1959, est filmée avec sensibilité. Le kimono pourpre possède une tonalité intimiste et sentimentale qui détonne dans l'oeuvre habituellement survoltée et incandescente de Fuller. Ce n'est pas son film le plus puissant mais peut-être l'un des plus attachants.

Le regard respectueux du réalisateur envers la culture japonaise, déjà entrevu dans La maison de bambou, tranche avec la condescendance que le cinéma américain peut avoir pour les moeurs étrangères. Pour cela aussi Le kimono pourpre est un film très précieux.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.0023 s. - 6 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter