Accueil
Voici les derniers messages de ce forum :

Avis


De jipi, le 30 novembre 2006 à 09:20

Les théories universelles géocentriques de Ptolémée et Aristote déjà entamées par l'approche nouvelle héliocentrique de Copernic sont définitivement remises en causes par Galiléo Galilei (Claude Rich).

L'astronome doit s'en expliquer lors d'un procès retentissant qui l'oppose à l'immobilisme religieux représentés par deux clans ne s'appréciant guerre, les jésuites et les dominicains. Les débats sont menés par le grand inquisiteur (Daniel Prévost) redoutable esprit déstabilisant.

La polémique a débutée en 1630 suite à la rédaction de son livre « Dialogue sur les deux grands systèmes du monde » mettant en scène trois personnages, Simplicio défenseur du géocentrisme d'Aristote contestée par Galilée dans lequel l'église décèle une caricature idiote et réactionnaire du pape, Salviati aux idées nouvelles dont les propos sont sans aucun doute ceux de Galilée embusqué derrière ce personnage argumentant avec passion sur l'héliocentrisme novateur, Sagredo sensibilise une neutralité en optant lors de l'avancement du dialogue pour les théories de Salviati.

L'église dont les bases géocentriques sont positionnées sur un verset de la bible ou Josué arrête la course du soleil s'acharne sur cet homme usé par l'étude. Le procès est éprouvant, Galilée malmené sans aucun respect pour son age avancé doit rester debout malgré sa fatigue, aidé par l'un de ses élèves, il effectue devant ses inquisiteurs une expérience troublante : deux objets de poids différents lâchés à la même hauteur touche le sol en même temps. Les hommes d'église malgré leurs aveuglements sont troublés par cette prestation.

Le procès avance, Galilée déclare que l'amour de Dieu est le seul ingrédient de ses recherches. La polémique se situe sur la perception intellectuelle de l'univers. La science doit évoluer Aristote tout grand philosophe qu'il soit s'est trompé, Copernic déterminé mais frileux à l'idée de publier ses écrits l'avait déjà perçu quelques décennies auparavant.

La nature ayant horreur du vide, l'homme devant le silence de l'éternel à le devoir d'élaborer ses propres théories.

La renaissance est la fin de l'étude en commun que les écoles grecques préconisaient. L'art et la science ne s'expriment que par des découvertes d'hommes seuls cloîtrés dans des pièces sombres, déterminés à faire triompher un individualisme pur et dur. L'ambition personnelle vient de naître. L'hypothèse pour ces nouvelles générations de découvreurs arrivistes est inadmissible.

Galilée au même titre que ses confrères ne supporte aucune contestation sur ses travaux. C'est une époque nouvelle, les mathématiciens carriéristes joutent contre des théologiens déterminés à conserver leurs privilèges basés sur des fondations obscurantistes

La lutte est acharnée, l'église sur la défensive n'accepte aucune concession scientifique, l'invention de la lunette astronomique est magique, elle trouble les sens de perceptions, l'image est déformée, la méditation dans ces conditions est impossible.

Urbain VIII (Jean-Pierre Marielle) soutien de la première heure est soupçonné de favoriser les idées nouvelles, abandonné et craignant la sentence finale, Galilée se rétracte.

Condamné à vivre en résidence surveillée pour le restant de ses jours, à moitié aveugle, il s'éteint doucement en publiant un dernier ouvrage très important "Discours et démonstrations mathématiques concernant deux sciences nouvelles".

Les plus anciens se souviendront de cette merveilleuse série « En votre âme et conscience » qui offrait des dramatiques de qualités. Galilée ou l'amour de Dieu assure la continuité de ce concept hélas disparu, le récit est remarquable, passionnant de bout en bout, un homme impose ses idées par l'expérience et l'observation à des accusateurs certes intéressés mais subordonnés à un verset biblique implacable.

De nos jours les soi disants « physiciens » (Les jumeaux infernaux par exemple) sont des produits télévisuels parlant à l'aide du numérique. Relookés par des tronches hors du commun, leurs propos que je considère comme des canulars scientifiques ne sont plus que des espaces ventes. Galilée lui démontre visuellement dans une pièce à l'aide d'objets bien réels que toutes les connaissances de son époque sont à reconsidérées.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version haut débit

Page générée en 0.017 s. - 6 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter