Accueil
Voici les derniers messages de ce forum :

Avis


De Frydman Charles, le 6 avril 2015 à 16:26

En 1966 les Français ne connaissent qu'une Brigitte…Bardot ! Deux Brigitte dans ce film mais pas de Bardot. Si l'intrigue est plus que légère , le film est un bon témoignage du Paris de l'époque , avant mai 68 …Le quartier latin, Nanterre , le quartier latin … Des étudiants bien sages en attendant les grandes contestations


Répondre

De jipi, le 5 novembre 2007 à 17:22
Note du film : 5/6

« J'aurais aimée être moche car je n'ai pas l'impression que c'est moi qu'on aime »

Après une telle phrase on peut être rassuré sur le contenu de cette agréable comédie fleuron d'un cinéma vérité ou métros, bus et billets de banques usagers reprennent vie.

Les monuments Parisiens sont notés par deux jeunes provinciales en miroir. Les questionnaires cinématographiques s'exécutent sous l'affiche de « Zorba le Grec ». Dans une Sorbonne suintante les cours sont pratiquement inaudibles, on révise comme on peut avec des antisèches dissimulées dans des endroits insolites.

La célèbre élection présidentielle de mille neuf cent soixante cinq permet de se remémorer l'identité de tous les candidats dans un imposant brassage de bulletins s'éparpillant dans les quatre points cardinaux d'un isoloir.

Le contenu s'essouffle un peu quand il prend la clé des champs mais le message reste fort en annonçant par des dictions novatrices abondantes de futures barricades et jets de pavés d'une jeunesse encore positionnée dans la genèse du discours révolutionnaire.

Le mouvement hippie s'anticipe par ses bains dans des cuvettes en pleine grange, les bienfaits d'une nourriture bio et un lait de vache coulant en abondance. Brigitte la blonde et Brigitte la brune sont le potentiel démonstratif de nos futures transformations existentielles.

Luc Moulet par la fraîcheur d'âme de son travail redonne envies et volontés à des sexagénaires du troisième millénaire de redémarrer une époque d'insouciances, de jeux et de découvertes en ville comme dans les prés en élaborant grâce à la spontanéité des dialectiques d'un jeune age les procédures d'un changement de comportement.

Et puis voir Claude Chabrol succulent de lubricité, ça vaut vraiment le détour.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version haut débit

Page générée en 0.0018 s. - 6 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter