Accueil
Voici les derniers messages de ce forum :

Dis donc, René !!


De Commissaire Juve, le 8 janvier 2016 à 22:42

Dans la série des Léon Ménard, il faudrait que tu voies Le cœur sur la main. Il reprend le principe de Pas si bête, mais dans l'univers des bals musette et des cabarets. Je l'ai trouvé plus abouti.


Répondre

De Nadine Mouk, le 8 janvier 2016 à 18:01
Note du film : 3/6

Je pensais , aujourd'hui, faire un commentaire sur les misérables avec Gino Cervi offert par le cinéma de minuit il y a quelques jours et que j'ai mis en boite. Envie à laquelle je renonce chaque jour parce que, d'une part, j'ai trouvé ça fort mauvais et que d'autre part, j'avoue ne pas savoir comment m'y prendre bien pour vous conter ce film. Mais ça va venir. Alors je me rabat sur un petit coffret reçu à Noel , coffret contenant trois films de Bourvil : Pas si bête , Blanc comme neige et Fortunat. Si je connaissais bien le dernier cité, en revanche, les deux premiers m'étaient inconnus. Je les ai avalés hier au soir tout en pensant qu'il allait être bien difficile d'intellectualiser la chose sur ce site. En effet, au vu des dernières interventions sur le forum, comment , me demandais-je, parler de ces films simples, voire simplets mais tellement sympathiques. je ne fais grief à personne de donner dans la théorie compétente, entendez moi bien, mais se pointer avec les premières benoîteries de Bourvil derrière le cinéma italien, ça donne à réfléchir. Mais à mon grand étonnement , je m'aperçois que celà à été fait et fort bien fait sans toutes les retenues imbéciles qui me taquinaient. Oui, parce qu'ils font aussi partie de l'histoire du cinéma, ces films là . Et si nous sommes bien loin du Bourvil de La grande vadrouille ou du le cercle rouge, c'est quand même bien agréable de découvrir ce que furent les prémices d'un grand talent que la traversée de paris propulsa au rang de vedette. Des films sans grande importance, dont on aurait peut-être pu se passer, certes. Mais si reposants, si tendres. Des films il faut un commencement à tout sans prise de tête, simplement accompagnés de la compassion que nous éprouvons pour ce paysan benêt qui attend son heure. Des moments sans histoires et sans histoire réelle qui nous rappellent, comme le souligne le contributeur Gilou qu'un soir, des amoureux sont partis un samedi voir "ça" (sur le fil de blanc comme neige ) … Voilà une formule qui me plait bien. Parce que si les aventures (!) de Bourvil ne crèvent ni l'écran ni notre mémoire, elles auront servi d'alibi à des amoureux friants d'obscurité. Et c'est Pas si bête


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.031 s. - 6 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter