Accueil
Voici les derniers messages de ce forum :

Une vie...ou une malédiction ?


De Impétueux, le 28 octobre 2014 à 15:30
Note du film : 4/6

En ouvrant ce fil, il y a déjà près de dix ans, je me demandais quelle malédiction avait pu frapper son réalisateur et ses interprètes pour que, alors qu'ils paraissaient tous promis à une carrière brillante, ils aient à peu près disparus dans le grand tourbillon des modes et des désaffections. Je n'ai pas plus aujourd'hui la réponse que je ne l'avais jadis, mais j'ai revu le film hier soir, dont je n'avais guère qu'un souvenir presque cinquantenaire et qui est passé à petit bruit sur TV5 Monde.

Je ne puis dire que j'ai été déçu, mais je n'ai pas retrouvé, d'assez loin, l'impression qu'il m'avait fait, sans doute parce que, depuis lors, j'ai lu et relu le roman de Guy de Maupassant, qui est bien plus noir, bien plus ample et bien plus désespérant. Et qui donc impressionne bien davantage.

Car dans la Normandie d'Alexandre Astruc, grasse, molle et prospère l'accent est mis avant tout sur la catastrophique union de Jeanne Dandieu (Maria Schell) et de Julien de Lamare (Christian Marquand), sur les frasques et la veulerie d'un Julien bestial, sombre, sanguin, vineux et la naïveté de sa femme. Et le film s'achève sur la mort de Julien, assassiné par son ami Fourcheville (Ivan Desny), mari trompé et cocu violent. La vie de Jeanne paraît alors reprendre un cours paisible et confiné. Le roman se poursuit sur de nombreuses années suivantes, sur les frasques et les débauches de Paul, l'enfant si aimé, qui va peu à peu ruiner sa mère. En d'autres termes, il n'y a ni répit, ni douceur. Du vrai Maupassant, donc.

Alexandre Astruc et son co-scénariste, Roland Laudenbach ont donc largement coupé ; peut-être parce qu'en 1958 le pessimisme excessif n'était pas trop praticable et qu'il fallait une sorte de happy end, même de façon parcimonieuse. La distribution était, en revanche, extrêmement réussie : Maria Schell a un joli visage fragile de victime-née et Christian Marquand, viveur, botté, sauvage, possède dans sa dégaine un zeste de la veulerie brutale qui va jusqu'à la haine de soi, ce qui est parfaite illustration du personnage ; Antonella Lualdi, qui mourra avec son amant Julien est, en femme mariée, exactement comme elle était la jeune fille Mathilde de La Môle dans Le Rouge et le Noir d'Autant-Lara : et j'ai la faiblesse de citer ce que j'ai naguère écrit pour la caractériser : exaltée, pleine d'esprit et pétillante d'intelligence, audacieuse, téméraire, altière, écervelée, masochiste.

C'est donc bien, mais ça manque un peu de profondeur ; les paysages sont ventés et pluvieux à souhait, mais les scènes en studio sont trop visibles, les personnages secondaires (la servante Rosalie/Pascale Petit, le père de Jeanne/Louis Arbessier, sa mère/Marie-Hélène Dasté) manquent de substance et il manque, donc, l'effrayant pessimisme intrinsèque de Maupassant. Pour autant, ça vaut d'être vu… Surtout de l’avoir été.


Répondre
VOTE
De arthemise, le 25 janvier 2007 à 22:51
Note du film : 6/6

Un des grands films lyriques français, qui faisait penser à certains films américains (Vidor…),loin du cinéma littéraire de l'époque et précurseur de la nouvelle vague. Oui je veux revoir ce film dans une bonne copie (ce n'était déjà plus le cas au cinéma il y a 20 ans); Je veux revoir en image DVD Maria Schell dévaler les coteaux normands vers la mer dont la retirera un faux Charlton Heston qui lui pourrira cependant la vie. Vivement l'édition DVD!


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.017 s. - 6 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter