Accueil
Voici les derniers messages de ce forum :

Avis


De Gaulhenrix, le 11 août 2007 à 00:07
Note du film : 4/6

Longtemps le film déroule son récit sans que l'on sache très bien où le réalisateur nous conduit. On pense, d'abord, à un portrait de jeunes d'aujourd'hui issus d'un milieu défavorisé (véritables caricatures conjuguant le verbe fuck tous les trois mots prononcés ou se touchant les poings plusieurs fois par scène), sans autre repère que leur amitié célébrée à la bière, à la drogue et au machisme, dont la vie va à vau-l'eau, dans toute l'irresponsabilité des promesses non tenues. Puis, s'impose une image métissée de la société américaine, et de sa violence sous-jacente ; de sa cohabitation difficile avec son voisin mexicain. Jusqu'à ce que la fin nous explose à la figure.

Alors, la boucle se referme : les images de cauchemar de l'ancien combattant de la guerre du Golfe, qui ouvrent le film, expliquent le délire final et l'issue poignante. Il faut exécuter celui qui a été contaminé par les ordres de guerre, qui est devenu une machine instable à tuer – bien qu'il puisse servir encore -pour que la vie puisse continuer. Christian Bale fait un numéro assez impressionnant.


Répondre

De PM Jarriq, le 2 juillet 2007 à 18:02
Note du film : 4/6

Un film intéressant, oscillant entre plusieurs genres, et brossant le portrait d'un vétéran de la guerre du Golfe, revenu aux U.S.A. totalement calciné. D'abord montré en glandeur infantile, ivrogne, crétin, Christian Bale (qui ressemble de plus en plus à James Brolin jeune) se révèle peu à peu comme une véritable bombe à retardement. Et l'idée même que le gouvernement enrôle ses "conseillers" parmi les psychopathes les plus incontrôlables, fait froid dans le dos. L'acteur tient le film sur ses épaules, par une composition saisissante, imprévisible, jamais sentimentale. Son personnage est inquiétant, dangereux, met carrément mal à l'aise. A ses côtés, l'excellent Rodriguez (celui de Six feet under) campe un brave type paumé et idiot, mais attachant, et Eva Longoria joue les utilités dans un rôle agaçant. Assez lent, Harsh times parvient à créer une tension, en laissant filtrer une constante impression d'explosion imminente. Et quand ça pète enfin, c'est traumatisant.

En fait, ce qui commence comme un polar, un mélange de Training day et Colors, se révèle être un efficace plaidoyer anti-guerre.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.013 s. - 6 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter