Accueil
Voici les derniers messages de ce forum :

Les trois feront la paire !


De Nadine Mouk, le 7 août à 18:18

Michel Constantin parlait quelques mots d'anglais. Et c'est sa voix que l'on entend pour de très courtes phrases . Mais j'ai bien l'impression que c'est Billy Kearns qui le double, comme c'était Jess Hahn qui le doublait dans Un nommé la Rocca.


Répondre

De Frydman Charles, le 7 août à 15:24
Note du film : 5/6

Michel Constantin joue le rôle d’un américain, Cicero , il parle l'anglais américain sans accent français semble-t-il (selon mon oreille française) . Était – il doublé  ? L’acteur parlait parfaitement l'anglais d'après sa biographie et il m'a semblé que c'était bien sa voix !


Répondre
Ah ! quelle déception !


De Impétueux, le 10 février 2007 à 17:12
Note du film : 2/6

Il ne faudrait pas me pousser beaucoup pour me faire écrire que Maigret voit rouge marque la fin de la seconde époque de la carrière de Jean Gabin, celle commencée après la guerre, à compter de Martin Roumagnac et qui est ponctuée par des films immenses que je ne vais pas citer parce que tout le monde les connaît (de Touchez pas au grisbi au Cave se rebiffe en passant par La traversée de Paris)

En 1963, il y a l'excellent Mélodie en sous-sol, puis ce troisième Maigret, postérieur de quatre ans à L'affaire Saint-Fiacre et tourné non plus par Delannoy, mais par Grangier ; puis le trou : six ans sans film notable, jusqu'au Clan des Siciliens ; en 1969, ça revient : il y aura encore La Horse, Le chat, et même Deux hommes dans la ville : l'homme mûr de la deuxième époque est devenu le vieillard de la troisième et colle à nouveau à ses personnages…

Ce que j'écris est sûrement très parcellaire et abusif…mais en regardant Maigret voit rouge que je n'avais pas vu depuis sa sortie, j'ai été terriblement déçu : Maigret n'est plus ce policier las qui porte sur les épaules tout le scepticisme du monde, comme dans Maigret tend un piège, mais un honnête Commissaire de police sans éclat, faisant certes travailler avec subtilité et bonhomie ses subordonnés, mais dépourvu de cette part d'humanité qui caractérise le héros de Simenon.

Je n'ai pas lu le roman dont le film est issu (Maigret, Lognon et les gangsters) et ne peux donc juger de la fidélité de l'adaptation ; si celle-ci est fidèle, je crains qu'on n'ait pas choisi la meilleure des substances pour clôturer les incarnations de Gabin dans le rôle : l'anecdote est d'une grande banalité et surtout, surtout n'y apparaît pas ce qui était le plus passionnant dans les deux premiers films : l'approche singulière d'un milieu, de secrets dissimulés, du misérable petit tas de secrets qui est le substrat de toute réalité.

Ce n'est certainement pas un hasard si le public n'a pas accueilli ce troisième opus avec la même faveur que les deux premiers : c'était là vraiment du travail à la chaîne d'un Gabin qui devait encore vieillir pour endosser d'autres rôles…


Répondre
VOTE
De NINE, le 5 novembre 2005 à 19:12
Note du film : 6/6

S'il vous plait,rééditez ce film que j'attends de voir depuis des années .

merci


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.019 s. - 6 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter