Accueil
Voici les derniers messages de ce forum :

Comment montrer Shakespeare


De Impétueux, le 14 août 2006 à 11:57
Note du film : 5/6

Le théâtre filmé a été, à l'origine, une tentation pour le cinéma, et trop souvent et trop longtemps, les metteurs en scène (le nom même est caractéristique !) se sont contentés de cadrer une situation à la manière du théâtre, ce qui était déjà, grâce à quelques gros plans et à la position frontale de la caméra, un progrès, par rapport aux salles où la vision est distordue selon où l'on est placé !

Mais quelques créateurs se sont pourtant immédiatement avisés que le mouvement pouvait être dynamique, et ça a donné une nouvelle forme d'expression artistique, le cinéma.

Ce préalable confondant d'originalité étant posé, la question de la transposition à l'écran des grandes œuvres du passé revêt toujours la même acuité et se débat entre la retranscription trop fidèle et figée et la trahison pure et simple, si profonde que l'auteur de jadis ne reconnaîtrait pas un iota de son oeuvre.

Eh bien, il me semble que Kenneth Branagh ne se débrouille pas mal du tout avec son excellent compatriote William Shakespeare ! Auteur d'un assez remarquable Henry V, longue adaptation historique que j'ai bien été obligé d'admirer quoiqu'elle relate notre triste et inattendue déconfiture d'Azincourt (1415, pour les ignares ; mais c'est la dernière victoire importante des Godons ! Jeanne d'Arc va arriver !), d'un Othello et d'un Hamlet (que je n'ai pas vus), il a réalisé avec cet enchanté Beaucoup de bruit pour rien une sorte de chef-d’œuvre ravissant, où tourbillonne toute la gaieté du monde.

Il fallait être délicieusement gonflé pour confier le rôle du Prince, Don Pedro d'Aragon à un (remarquable) acteur noir, Denzel Washington, et lui donner comme méchant demi-frère Keanu Reeves, au détriment de tout réalisme, mais avec un grand bonheur d'expression.

La caméra virevolte, court dans les escaliers, se promène dans les jardins d'une demeure toscane comme on rêverait d'y passer ses jours ; il y a dans ce film un mouvement extraordinaire, soutenu par une formidable musique de Patrick Doyle, qui n'est jamais envahissante, mais qui sait souligner tous les moments, graves ou gais.

L'anecdote est un de ces multiples jeux de l'amour et du hasard qui émaillent tout le théâtre spirituel de l'Occident, et qui sont prétextes à exposer les intermittences du cœur et la fragilité des apparences ; elle n'a d'autre intérêt que de donner à Emma Thompson, alors femme de Branagh dans la vie, un de ses rôles les plus séduisants…

Branagh a d'ailleurs récidivé, un peu plus tard, d'une façon plus hardie encore, dans l'adaptation d'une comédie de Shakespeare, avec Peines d'amour perdues transposée en comédie musicale et qui mérite aussi que j'en dise grand bien !


Répondre
VOTE
De Gbleue31, le 26 août 2005 à 12:34
Note du film : 6/6

Film d'après l'Oeuvre de Shakespeare, avec un Kenneth Brannagh époustouflant et une Emma Thompson rayonnante l'histoire somme toute banale de deux personnes qui cherchent l'ame soeur et se protègent en restant sur leur garde, est inventif et sublimé par les dialogues du Grand Maitre. Kenneth, lui, producteur et acteur de cette version donne à Emma un role qui la rend tour à tour Mutine et grave, Malicieuse et fragile, Joueuse et pourtant influençable. En amour seulement. Car toute l'histoire repose sur le fait que leurs familles se joueront d'eux par un quiproquo pour les amener à s'aimer. Leur faire croire à chacun que l'autre l'aime en secret. Voilà le Stratagème posé par William SHAKESPEARE et magistralement réalisé par K. BRANNAGH. Et ces . deux amoureux de l'amour qui se découvriront amoureux de l'autre et s'adouciront au contact de cette idéeIl ne m'en faudra pas plus pour adorer cette nouvelle "mégère apprivoisée" que joue la Belle Emma THOMPSON


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.033 s. - 6 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter