Accueil
Voici les derniers messages de ce forum :

Vive le tisseur


De Arca1943, le 28 octobre 2006 à 16:06

Ah bon? Alors Daredevil et Catwoman sont mieux que Spider-Man ? Ah, tiens. J'aurais peut-être dû m'efforcer de regarder les deux premiers jusqu'au bout…


Répondre

De snake 36, le 28 octobre 2006 à 13:50

salut pour moi spider man n' est pas le meilleur MARVEL adapter en film.

EXEMPLE:DARDEVIL ,CATWOMAN ect.

c'est vrai qu' il est bien mais voila quoi.


Répondre
Avis


De droudrou, le 30 septembre 2006 à 21:47

Pourquoi ? Tu aimes les toiles d'araignée ?

Dans le fond, ce n'est pas mal le cinéma : nous avons spiderman – catwoman – la mouche – superman –  – la chatte sur un toit brûlant !… -


Répondre

De romesitali, le 5 juin 2006 à 11:48

j'adore spider-man!!! il est trop beau et Sexi et ca pourait etre mon mec?


Répondre
Critique


De dumbledore

Il y a le pire et le meilleur dans Spider-Man. Le meilleur se trouve dans la première partie du film qui se passe dans la petite ville, le pire arrive quand on débarque à New-York.

La réussite de Sam Raimi, c'est d'avoir axé le début de son film sur l'adolescence de Peter Parker, et d'avoir joué sur le fantasme des plus jouissifs qui consiste à s'imaginer avec des super-pouvoirs, alors qu'on est un jeune boutonneux, mal dans sa peau, gauche.

Ce fantasme devient bien sûr réalité pour Peter Parker et quand il casse la gueule à son rival, on ne peut s'empêcher de s'en féliciter. Les super-pouvoirs pour un adolescent doivent évidemment servir à deux choses : épater les filles et s'amuser (ici, obtenir une voiture). Jusque là, tout va bien, c'est plaisant, c'est jouissif. C'est original aussi !

Seulement, la morale hollywoodienne bien-pensante ne tarde pas à débarquer. Peter a un geste égoïste. A un moment donné, il n'utilise pas ses pouvoirs pour le Bien (la majuscule pour « le bien » est toujours de circonstance dans le cinéma hollywoodien), du coup, son oncle meurt.

Dès lors, Peter n'utilisera ses pouvoirs que pour faire le Bien, car « à grands pouvoirs, grandes responsabilités ».

Là, on arrive à la partie New-York et le film sombre dans le cliché. Toutes les scènes auxquelles on assiste ont déjà été vues et revues dans les adaptations de Superman notamment : la présence d'une forme indistincte qui hante les nuits de la ville, le directeur du journal survolté et caricatural qui demande une photo/interview, le doute populaire quant à savoir si le super-héros est gentil ou non, l'affrontement ensuite avec le méchant qui rassure finalement la population. Pas très passionnant tout ça !

Pour compléter le tableau, il faut rajouter des effets speciaux d'une laideur numérique. C'est du niveau de Deep Blue Sea, c'est dire ! C'est même à un tel point que chaque fois que l'on passe à ces scènes, on a l'impression d'avoir quitté un film traditionnel pour être dans un dessin animé pas très réussi.

Et puis, il y a aussi le méchant qui est totalement ridicule. Willem Dafoe surjoue dans les scènes de possession tout à la fois grotesques et incrédibles. Et quand il apparaît déguisé, c'est encore pire.

Dommage : le film démarre dans un certain réalisme, mais glisse peu à peu dans le cartoonesque sans grand intérêt. Il restera toutefois du film la performance de Tobey Maguire et l'image de Kirsten Dunst en tee-shirt mouillé !


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.025 s. - 6 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter