Accueil
Voici les derniers messages de ce forum :

Critique


De dumbledore, le 13 janvier 2003 à 00:00

Le film repose sur un canevas qui a fait ses preuves dans les comédies américaines : une femme moderne se voit contrainte de prendre en charge un bouseux décalé et finit par tomber amoureuse de sa pureté. C'est le cas de Monsieur Smith au sénat à Superman en passant par Un Roi à New-York ou bien encore récemment Sweet Home Alabama. Ici, le bouseux n'est ni un type d'Alabama, ni un musicien aimé de ses potes campagnards ou bien un superhéros refoulé, mais un noble du 19ème siècle parachuté dans le New York de nos jours.

Evidemment l'opération de parachutage est tirée par les cheveux, comme bon nombre de procédés du scénario (la manière dont l'ex petit ami disparaît pendant tout le film parce qu'il est scénaristiquement génant par exemple), mais cela au fond, on s'en moque car ce que l'on attend de ce genre de film est moins un scénario dramatiquement béton que des scènes réussies de comédie et de romantisme.

Or la comédie ne fonctionne pas vraiment, de par un manque de détermination des personnages et des situations qui n'exploitent pas suffisamment le principe de départ. Quant au romantisme, il n'est pas au rendez-vous non plus. Le couple est improbable certes, mais il y manque surtout d'un élément dramatique qui les empêche d'être ensemble. Ici, rien ne les sépare et du coup rien ne rend leur histoire merveilleuse et palpitante.

Pour finir, une déception : Meg Ryan. Son âge lui court après et le refuge qu'elle a trouvé dans une clinique de chirurgie esthétique n'a pas pu la sauver. Loin de là, même, puisque les (rares) gros plans d'elle sont assez rudes. Du coup, on a bien du mal à la trouver crédible dans son sempiternel rôle de jeune femme romantique…


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version haut débit

Page générée en 0.022 s. - 6 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter