Accueil
Voici les derniers messages de ce forum :

Avis


De Gaulhenrix, le 23 juin 2007 à 10:30
Note du film : 4/6

Comme PM Jarriq', ce film m'a paru intéressant à la fois par la conduite de l'enquête de Doug et par l'histoire d'amour à travers le temps qu'il propose.

Je défendrais même la scène dans l'appartement incriminée par Arca1943. On peut, me semble-t-il, en montrer le bien-fondé pour trois raisons : du point de vue de Doug Carlin, cette séquence doit « durer » puisqu'il revit, fasciné, ce qu'il a « déjà vu », et qu'il découvre à ce souvenir une autre signification ; du point de vue de Claire Kuchever, ce moment est la découverte sensuelle du corps de Doug et la naissance d'une attirance amoureuse pour celui qui vient de la sauver. On peut, enfin, justifier la durée de cette scène par le regard du spectateur dans la mesure où elle s'accorde à ce qu'il espérait depuis la découverte du corps de la jeune femme, au tout début du film, et la révélation du procédé d'investigation temporel.

La limite du film, à mon sens, se trouve dans le traitement de ce thème (la personne aimée retrouvée, alors qu'on la croyait disparue) qui manque de consistance – surtout si l'on songe à Sueurs froides, à Obsession et à L'Armée des 12 singes qui développent ce thème de façon autrement plus émouvante. J'en voudrais pour preuve la pirouette verbale finale qui expédie Déjà vu dans l'humour plutôt que dans l'émotion.


Répondre

De PM Jarriq, le 6 mai 2007 à 10:10
Note du film : 4/6

Indulgent ? C'est bien possible… Mais il faut dire que je m'attendais à tellement pire, après Domino ! Ce Déjà vu, en comparaison, est quasi bressonien.

Je suis assez d'accord pour Denzel. Il est toujours très bien, mais non seulement il ne se renouvelle guère, mais en plus il ajoute de nouveaux tics à sa panoplie : dernier en date, un rire curieux, déjà entendu (déjà vu ?) dans Inside man.


Répondre
Avis


De PM Jarriq, le 29 avril 2007 à 12:10
Note du film : 4/6

Déjà, soyons reconnaissants à Scott d'être revenu à une mise en scène plus "normale", après les excès de Domino, qui avaient mené son cinéma aux limites de l'abstraction. Déjà vu est un thriller brillamment exécuté, mené à un train d'enfer, et bourré d'idées, même si la surabondance de justifications pseudo-scientifiques a tendance à soûler. Le passage d'une dimension temporelle à une autre est un peu ridicule, et renvoie aux vieilles séries genre Time tunnel ou Star Trek, mais le reste fonctionne à merveille, et il n'est pas difficile de retrouver les prémisces de Laura, à la sauce futuriste (le flic qui tombe amoureux d'une "morte"). On retrouve aussi l'obsession de Scott pour les surveillances (Ennemi d'état), mais il la détourne ici de façon malicieuse. Washington est excellent, entouré de bons seconds rôles, parmi lesquels un Kilmer étonnamment effacé et bouffi, et Caviezel qui fait décidément tout pour faire oublier son Jésus gibsonnien. Déjà vu est plein de petites incohérences (alors qu'ils n'ont même pas une heure pour agir, les héros font une loooongue pause sanitaire dans l'appartement de la fille), de paradoxes temporels dont on perd parfois le fil, mais Tony Scott sait mener un film d'action, et c'est un plaisir de le retrouver (presque) sobre.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.022 s. - 6 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter