Accueil
Voici les derniers messages de ce forum :

Avis


De Steve Mcqueen, le 15 novembre 2007 à 08:04

Après le choc que j'ai subi en regardant "Salvador", j'ai regardé Platoon dans la foulée, et comme il n'y a pas encore de message sur DVDTOILE je laisse mon avis. Pour Stone la guerre est une laide et il na va pas par quatre chemin pour nous le montrer. Contrairement à Apocalypse Now ( où le Vietnam n'est à mon avis qu'un contexte pour un voyage au bout de la folie) et Deer Hunter ( film qui enregistre les séquelles de la guerre sur une petite comunauté), Stone colle aux basques d'un simple fantassin : le film commence au Vietnam avec l'arrivée des recrues idéalistes, et se clôt au Vietnam, par un plan sur le visage décomposé de Chris . Entre les deux, on a droit à un film dur, réaliste, d'une extrême violence tout en évitant le piège de la complaisance.

Le film a pour principal protagoniste Chris, un jeune homme de bonne famille, engagé volontaire et comptant bien servir son pays au mieux. Au cours du film Chris va abandonner toutes ses illusions. Mais Chris n'existe que parce qu'il est confronté à deux hommes: Elias, un baroudeur dont l'expérience n' a pas annihilé la sensibilité et Barnes, une machine de guerre froide et impitoyable, au visage parcouru de cicatrices, ravagé de tics et perpétuellement sous l'effet des drogues. Barnes/ Elias s'affrontent violemment sous les yeux de Chris, tour à tour séduit par Elias et fasciné par Barnes.

Mais Barnes/Elias sont les deux faces d'une même réalité, qui seraient sûrement amis dans le civil. Simplement la guerre fait ressortir les pulsions autodestructices de Barnes, tandis qu'Elias conserve son instinct de survie. A la fin Elias devient un martyre, une figure quasiment christique: / abattu de 2 balles en pleine poitrine, il tente de rejoindre les hélico dans un geste désespéré, filmé au ralenti sous le regard terrifié de ses amis, avant de tomber sous les balles du vietcong. Barnes, lui, va au bout de sa logique meurtrière : grièvement blessé au cours d'un combat de trop, il reçoit la mort des mains de Chris comme une délivrance. Chris, lui, en quelques mois, aura perdu toutes ses illusions. C'est un homme brisé, qui a assisté à la lutte à mort de deux hommes qu'il admire : comme le clame l'affiche, "la première victime de la guerre est l'innocence"

Mais Stone montre surtout que lorsque l'homme est en guerre contre l'autre, il est avant tout en guerre contre lui-même : les vietcongs sont simplement une menace, qui font ressortir les pulsions du soldat américain . Dans "Platoon", la violence est psychologique avant d'être physique,comme le montre la séquence traumatisante de la mise à sac du village vietnamien par les GI's : ce comportement inommable n'est que le résultat du désoeuvrement, de la haine de soi camouflée derrière l'alibi de la vengeance.

Car Stone évite tout manichéisme : Chris, qui joue le rôle de l'identifiant pour le spectateur, cède à ses pulsions lors de l'attaque du village, en faisant "danser" un jeune viet sous ses balles. Le spectateur peut-il encore s'identifier à Chris lors de cette séquence ? Stone met le spectateur mal à l'aise, il le bouscule dans ses certitudes. De même il humanise Barnes, en enregistrant son regards dégouté à la mort d'un de ses hommes.

Stone a fait le Vietnam, et comme d'habitude il réalise un film viscéral, filmé avec ses tripes. Il ne démontre rien, simplement il donne à voir comment la guerre transforme l'homme en machine froide et meurtrière. Sheen comme Berenger (impressionante masse corporelle, remarquable charisme) trouvent là leur meilleur rôle. Ce serait également la cas de Dafoe, s'il n'était pas également excellent dans la plupart de ses rôles.

Il n'a pas de fil dircteur dans le film, simplement une suite de séquences qui s'enrichissent l'une l'autre. C'est du très grand cinéma américain, adulte, intelligent sans oublier d'être spectaculaire.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version haut débit

Page générée en 0.043 s. - 6 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter