Accueil
Voici les derniers messages de ce forum :

Le grand noir


De Impétueux, le 23 juillet 2017 à 19:42
Note du film : 6/6

Marcel Aymé avait d'autant plus de mérite à avouer qu'il s'était trompé sur les choix de Claude Autant-Lara que l'adaptation de Jean Aurenche et Pierre Bost prenait de grandes libertés avec la nouvelle qu'il avait écrite et qui figure dans le recueil Le vin de Paris. Dans le texte d'Aymé, Grandgil – qui n'est pas un grand peintre reconnu, mais un barbouilleur de gravures érotiques, mais qui, en même temps, sous le pseudonyme (ou son vrai nom) de Gilouin, est un artiste exigeant – est tué par Martin. Celui-ci n'a pas supporté que Grandgil ait accompli l'épopée de la traversée pour s'amuser et se confirmer qu'il est un individu supérieur. Et ça ne réussira pas à Martin, arrêté par la police et confondu par un croquis que Grandgil avait fait quelques instants auparavant, alors qu'il était endormi dans son atelier…

Finalement, souvent, les meilleures adaptations sont d'apparentes trahisons…


Répondre

De Nadine Mouk, le 23 juillet 2017 à 00:36
Note du film : Chef-d'Oeuvre

Par ailleurs, le tandem Bourvil-Gabin fonctionne à merveille. (Vincentp)

C'est tout à fait vrai . Pourtant, Marcel Aymé avait refusé de voir Bourvil dans le rôle de Martin. Il le jugeait alors "tout juste digne de monter sur les tréteaux d’une salle de patronage de Normandie…". En 1951, il avait même exigé que l'on retire son nom du générique du Passe muraille parce que Bourvil avait été choisi contre sa volonté. Pour la Traversée de Paris Marcel Aymé avait demandé Bernard Blier qu'il admirait. Mais Autant Lara tenu tête à l'auteur d'Uranus et menaça de ne pas faire le film. Gabin insista lourdement lui aussi pour avoir Bourvil auprès de lui. Les deux hommes eurent gain de cause sous la colère de Marcel Aymé qui ne mit jamais un pied sur le tournage et qu'il fallu supplier pour qu'il assiste à la première du film. Première après laquelle Marcel Aymé reconnut son erreur devant la performance de Bourvil. Il écrivit alors une longue lettre à Autant-Lara : "-Cher ami, j’espérais vous voir à la présentation du film, et j’ai regretté que vous n’y soyez pas. Je vous aurais dit de vive voix combien j’étais content du film qui est une vraie réussite. Je vous aurais dit aussi que j’avais trouvé Bourvil tout à fait remarquable, et j’aurais hautement confessé mon erreur-". Puis il demanda à rencontrer Bourvil et s'excusa de nouveau publiquement …

Citations : Biographie de Bourvil de Christian Plume et Xavier Pasquini


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.023 s. - 6 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter