Accueil
Voici les derniers messages de ce forum :

Big Lee


De Nadine Mouk, le 11 juin à 17:16
Note du film : 2/6

C'est à se demander si nous avons vu le même film, MonsieurJarriq… Le Dvd me tombe entre les mains et je viens sur notre site pour voir ce qu'en pensent mes p'tits camarades. Au vu de votre critique, je me frotte les mains de façon démoniaque . Ça va saigner ! Je t'en fiche… C'est quoi cette bluette pour jeune fille ? un polar hard incroyablement sauvage et violent, dénué du moindre sentiment humain ? C'est une blague ? Après un générique in-ter-mi-nable, on attend en baillant qu'il se passe quelque chose. Alors, oui : quelques (sages) fusillades, un peu de baston, un petit rien de sanguinolent, mais rien d' incroyablement sauvage et violent ! Et ce n'est pas parce que certains tueurs sont transformés en saucisses de façon longuette (on ne voit que les saucisses!) que j'ai frémi d'horreur. La seule scène vraiment impressionnante est celle de la moissonneuse qui avale carrément la grosse voiture américaine en la déchiquetant goulûment. Ça, ça le fait bien. Pour le reste, c'est du light, du demi-écrémé. Et des discours interminables qui crachent un peu avec le film d'action pure. Des longueurs si longues …

Marvin et Hackman sont parfaits. Quand ne l'ont-ils pas été ? Et ils sont aussi des personnages abjects, c'est vrai. Mais franchement, ils semblent s'emmerder tous les deux comme des rats morts. Ce film m'a laissé comme une odeur de nanar. Je voyais tout dernièrement Virée en enfer 3, là oui, parlez moi d'un Carnage ! Mais voir Gene Hackman se tripoter avec son frère, Marvin recueillir une fille vendue aux enchères dans une grange, et quelques paysans ressortir leurs Winchester pour chasser les dindons (!), ça ne fait pas de ce film une oeuvre incroyablement sauvage et violente . Quant' à Ces bouchers trafiquant la chair humaine…, ils ne trafiquent pas la chair humaine : quand on vient les emmerder, ils rajoutent quelques saucisses de plus, c'est tout ! Et puis le scénario est d'une platitude sans nom. Du déjà vu, rien de bien original. La foire aux bestiaux où les femmes remplacent les boeufs, ça n'a rien de nouveau. C'est le concours Miss France chez les bouseux. J'admets que certains décors sont très beaux. Les champs de blé à perte de vue sous ce ciel orageux sont magnifiques. Mais je me suis ennuyée devant ce film. Ce Carnage là m'a laissée de marbre. Je me suis trop laissée influencée par votre critique. Je me garderai bien de vous en vouloir, vous vous faites si rare. Mais je me répète : avons nous vu le même film ? Je vois que Arca va dans votre sens… Qu'est-ce qui m'a échappé ? Aurais-je l'âme à ce point endurcie ? Serais-je la fille cachée de Hannibal Lecter ? Le mystère reste entier …


Répondre

De PM Jarriq, le 6 juin 2005 à 16:40
Note du film : 5/6

Quel plaisir quand un film ancien ne déçoit pas des décennies après ! "Carnage" est un polar hard boiled incroyablement sauvage et violent, dénué du moindre sentiment humain et décrivant des personnages abjects, violents, terrifiants.

Au milieu de ces bouchers trafiquant la chair humaine, le tueur campé par Lee Marvin semble presque normal et moralement défendable. L'acteur trouve un rôle digne de sa mythologie : le "pro" impassible, efficace, invincible, avec de l'ironie au coin de l'oeil. A ses côtés, la débutante Spacek est ravissante en esclave et Hackman se délecte d'un rôle de brute épaisse ignoble, dans la lignée de celui des Charognards. Le film a étonnamment peu vieilli (il y a beaucoup de caméra à l'épaule et de séquences nocturnes non éclairées) et rappelle "Mr. Majestyk" ou "Tuez Charley Varrick" par son rythme, sa description quasi documentaire de l'Amérique profonde. A noter qu'une séquence montrant Marvin courant dans les blés, poursuivi par une moissoneuse, fait étrangement penser à ce que ce même acteur fera quelques années plus tard dans "Canicule" (clin d'oeil ou plagiat ?). Quoiqu'il en soit, "Carnage" ravira l'amateur de films rapides, sans chichi, taillés dans la masse, un pur produit des seventies et un des derniers bons rôles de Lee Marvin.

Dans cette même lignée, on aimerait bien revoir aussi "Echec à l'organisation", un polar avec Robert Duvall, Karen Black et Joe Don Baker, tout aussi saignant et brutal.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.20 s. - 6 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter