Accueil
Voici les derniers messages de ce forum :

Avis


De Steve Mcqueen, le 20 novembre 2007 à 07:49

Pour son troisième film seulement, Roger Donaldson signe une étonnante réussite. Donaldson, né en Australie, fait partie de ces réalisateurs étrangers récupérés par Hollywood pour faire un peu tout et n'importe quoi. Il met sa technique irréprochable au service de tous les sujets, et la qualité du résultat dépend du script et des interprètes. Le résultat est mauvais quand il sert la soupe à Tom Cruise ("Cocktail") ou Pierce Brosnan ("Le pic de Dante"). A l'inverse il peut signer un remake honorable de "Guet Apens" ou un bon thriller ( "Sens Unique").

"Le Bounty" est un des plus beaux films maritimes que j'ai vu. Tout d'abord le film s'inspire du roman de Richard Hough, là où les films de Lloyd et Milestone s'inspiraient du – remarquable- roman de Nordhoff et Hall. Résultat, à l'inverse de Laughton et Trevor Howard, le capitaine Bligh (un peu ridicule à mon avis dans le film de Lloyd) n'est plus un pantin tyrannique, mais un homme inflexible qui se laisse dépasser par la situation qu'il a lui même mis en place. Fletcher Christian n'est plus un philanthrope idéaliste, mais avant tout un individualiste qui cherche à rejoindre le paradis auquel il a brièvement goûté. Le conflit Bligh/ Christian devient alors passionnant, dans le sens où il confronte deux conceptions de l'autorité.

Le film bénéficie de l'incroyable photogénie de la marine à voile de l'époque. Donaldson enchaîne les plans absolument magnifiques : le Bounty qui aborde Tahiti, la séquence remarquable de la tempête, le départ du Bounty filmé comme un déchirement pour Christian… Dans la séquence de la mutinerie, la violence est avant tout psychologique avant d'être physique. La séquence est filmée de façon quasimment feutrée, parcourue d'une grande tension.

La dernière partie suit en parallèle l'épopée dérisoire de Bligh et de ses hommes abandonnés dans une chaloupe ( passage remarquable par son réalisme) et les désillusions des mutins, rejetés par les habitants de Tahiti (qui ne comprennent pas le geste de Christian), déchirés par des contradictions internes. La fin est superbe : tandis que Bligh retrouve son honneur, on voit les mutins brûler volontairement leur navire, pour s'interdire tout retour chez eux.

Sinon on aperçoit un tout jeune Liam Neeson dans le rôle d'une forte tête, et Daniel Day Lewis en lieutenant fidèle de Bligh . Si "Le Bounty" est pour certains un "long spot publicitaire", je le considère comme un très beau film, qui laisse dans la bouche le goût amer d'un Paradis perdu.

5/6


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version haut débit

Page générée en 0.022 s. - 6 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter