Accueil
Voici les derniers messages de ce forum :

Critique


De dumbledore, le 29 décembre 2003 à 15:43
Note du film : 4/6

De Palma pose (ou plutôt bouge) sa caméra dans une exposition d’art moderne à New York. L’exposition n’est pas innocente puisqu’elle concerne des œuvres jouant sur les déformations optiques, œuvres qui laissent voir d'autres choses que ce qu’elles sont.

Ce jeu réalité/imaginaire a de quoi séduire De Palma qui s’en amuse au point de le réinjecter, certes, dans les images qu’il filme, mais surtout dans les interviews qu’il mène.

Interviews de simple spectateur, de « specialiste » ou bien des artistes eux-mêmes. Tous ont une vision particulière de l’œuvre d’art, mais là n’est pas ce qui intéresse fondamentalement De Palma qui préfère montrer que derrière chaque discours qui se veut objectif se cache une réelle individualité.

Tous jouent un rôle différent de ce qu’ils se disent être, tous sont en décalage, coincés entre les œuvres accrochés aux murs et la caméra qui les filme.

L’illusion d’optique est au centre du film et permet à De Palma de présenter avec un réel humour et une distance certaine le monde de l’art moderne, à la fois passionnant mais totalement incompris. Incompris par tous…


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.022 s. - 6 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter