Accueil
Voici les derniers messages de ce forum :

Destin d'une courtisane devenue lady...


De DelaNuit, le 27 janvier 2013 à 19:21
Note du film : 6/6

Enfin, nous pouvons revoir ce film en dvd, la vie romanesque d'Emma, Lady Hamilton, l'une des plus belles femmes – et aussi des plus scandaleuses – qui vécut à la charnière du XVIIIème et du XIXème siècle, dans ce très beau film anglais réalisé en 1941 par Alexandre Korda, fleuron du cinéma britannique de la période, réunissant le couple vedette aussi bien à l'écran qu'à la ville, Vivien Leigh et Laurence Olivier.

Alexandre Dumas ne s'y est pas trompé en écrivant l'histoire rocambolesque de cette courtisane devenue une lady, dont la beauté à l'époque proverbiale nous est encore accessible grâce aux nombreux potraits que la postérité nous a laissé.

Par des détails que je ne vous dévoilerai pas afin de conserver le suspense du film, cette belle créature des bas-fonds de Londres s'effeuillant dans des boîtes louches "tomba de plus en plus bas en s'élevant de plus en plus haut", selon la formule de son époux Lord Hamilton, ambassadeur de Grande Bretagne auprès du royaume de Naples, grand amateur d'oeuvres d'art (il est célèbre notamment pour avoir fait réaliser de nombreuses fouilles importantes à Pompei), dont elle devint le fleuron de la collection. Et voici Vivien, superbe en longues robes à ruban traversant les salons de l'ambassade ou du château de Naples avec la même aisance que dans Autant en emporte le vent, pour venir admirer les toîts de la cité et le Vésuve fumant au loin, mais surtout la magnifique baie où se profile la silhouette du vaisseau de Nelson…

Leur première rencontre se déroule auprès d'un célèbre tableau représentant Lady Hamilton en Circé regardant disparaître au loin le navire d'Ulysse… Tel sera le destin d'Emma, enchanteresse amoureuse d'un fameux marin par ailleurs marié dans une double relation adultérine scandaleuse entrecoupée de batailles contre Bonaparte et de jalousies diverses, jusqu'au fameux soir de Trafalgar…

Emma découvre le navire de Nelson en ouvrant les rideaux de sa chambre comme ceux d'un théâtre. En apprenant la mort du héros, il ne lui restera plus qu'à refermer les rideaux avant de tomber – au sens propre et figuré – dans une déchéance à la mesure de sa grandeur passée. "Et après ? Qu'est-il arrivé ensuite ?" lui demande-t-on à la fin du long flash-back que constitue le film, dans la noirceur humide d'une geôle française sinistre. "Il n'y a pas d'ensuite. Il n'y a pas d'après…" répond la vieille femme détruite par la tristesse, la folie et l'alcool, préfigurant le destin tragique de Vivien Leigh après l'échec de son propre mariage avec Laurence Olivier.

Devant le film, le monde anglo-saxon fut ému aux larmes, et on raconte que sa sortie aux Etats-Unis en 1941, accompagnée d'une habile communication associant la mégalomanie belliciste de Napoléon à celle d'Hitler, ne fut pas pour rien dans le changement de point de vue de l'opinion publique qui conduisit finalement les Etats-Unis à entrer en guerre…

Un film à voir donc non seulement pour ses qualités intrinsèques, pour ses interprêtes, pour cette page de l'histoire de l'Europe des XVIIIème et XIXème siècle, mais aussi pour son rôle au XXème… Incontournable donc.

Attention, si le dvd propose bien une VF, celle-ci est de mauvaise qualité et rend notamment pénible car grésillante la très belle musique de Miklos Rozsa. Mieux vaut le voir en anglais sous-titré et bénéficier ainsi des voix émouvantes de Vivien et Laurence…




Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.011 s. - 6 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter