Accueil
Voici les derniers messages de ce forum :

Un grand Rossellini


De vincentp, le 26 septembre 2010 à 23:55
Note du film : Chef-d'Oeuvre

Un chef d'oeuvre absolu de Roberto Rossellini, selon l'expression consacrée. Beaucoup de thèmes -universels et intemporels- brassés de façon magistrale (les relations humaines, les classes sociales, les rapports entre la vérité et le mensonge,…). Le portrait tout en nuances du colonel Muller constitue un point fort du film. Il adopte la psychologie de son alter-égo face à la comtesse dela Rovere, alors que Bardone fait le chemin inverse et obéit à la doctrine de son groupe.

Très belle édition blu-ray (son, image) de Gaumont pour un film indispensable dans toute médiathèque digne de ce nom.


Répondre

De Impétueux, le 9 août 2010 à 14:52
Note du film : 6/6

Le film est d'autant plus profond et puissant que le récit de Roberto Rossellini est tout en retenue. L'abjection de la fripouille Bardone (Vittorio De Sica) et ses trafics crapoteux, la lourdeur de l'oppression, les exécutions sommaires, cette période de 1944 où tout graduellement s'effondre autour de la République de Salo, où personne ne se fait d'illusions sur l'issue finale de la guerre, mais qui n'est pas encore la débâcle, qui conserve encore les apparences d'une structure, les ruines et les restrictions, tout cela pouvait aller vers le romanesque, presque le mélodramatique et, la force du souffle et de l'époque aidant, on s'y serait laissé prendre.

Mais dans Le général della Rovere, il n'y a rien de spectaculaire ni de brutal, à l'exception – qui n'est pas complaisante – du pauvre visage torturé de Banchelli (Vittorio Caprioli), le résistant qui se suicide de peur de parler et dont le sacrifice achève d'ouvrir les yeux du petit escroc minable et de le faire entrer dans son destin. Il y a, dans des images d'une sobriété extrême, l'histoire d'une vie qui a mal tourné, et qui pourrait aller, par la force des choses, encore davantage vers le pire mais qui, dans une sorte d'évidence, sort par le haut, dans la lumière.

Rien d'héroïque, d'héroïciste, plutôt : la mort de Bardone, ni même la mort du général della Rovere, dont il a revêtu l'habit, ne changeront pas le défilement de la guerre ; mais cette fausse élégance que Bardone a endossée toute sa vie et qui lui a servi à gruger, à rouler, à escroquer ceux qui l'ont approché, cette élégance d'arsouille séduisante, il va enfin la transformer en valeur, en griffonnant, pour la veuve du général, ces quelques mots d'adieu qui, on peut le gager, scelleront à jamais la figure éclatante de patriote et de héros du soldat.

Pouvait-on, d'ailleurs, pour incarner Bardone, alias colonel Grimaldi, crapule au bout du rouleau, à peu près lâché par tout le monde, canaille cauteleuse et inventive qui essaye pathétiquement de refiler un faux saphir, faire meilleur choix que celui de Vittorio De Sica, à la beauté régulière un peu veule qui a si souvent incarné les fripons faciles en délicatesse avec les lois et le cœur des femmes (en vrac Dommage que tu sois une canaille, Le signe de Vénus, Casino de Paris ou Du sang pour Dracula !).

L'intéressant supplément de l'édition DVD en tous points excellente, composé de plusieurs témoignages de collaborateurs de Rossellini sur le film précise que De Sica, flambeur comme l'est Bardone, ne refusait jamais de tourner un film, fût-ce une daube ; quel talent dilapidé, dans trop de trucs insignifiants (ce que j'ai cité ci-dessus n'entre pas forcément dans la catégorie !) ; ledit supplément présente aussi comme premier assistant au réalisateur… notre vieille connaissance Tinto Brass, qui s'égaya ensuite dans le film hot (Miranda, Paprika, Caligula et tutti quanti) et comme assistant tout court Ruggero Deodato, qui est le papa cinématographique de mon cher Cannibal holocaust… Bizarre, non ?


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.030 s. - 6 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter