Accueil
Voici les derniers messages de ce forum :

Les choses de la vie..


De Tamatoa, le 8 février 2013 à 16:15
Note du film : 3/6

Pas grand chose à retenir de ce film pourtant sympathique. Philippe Le Guay, sur le thème séquentiel de la valeur des choses, fait s'entrecroiser plusieurs histoires assez banales mais bien portées par des acteurs confirmés. Il ne se passe rien de vraiment passionnant ou d'inédit mais le tout se laisse regarder plaisamment. L'argent est le propos sous-jacent et la cheville ouvrière de mésaventures douloureuses. Côté intrigues, pendant la projection, il nous revient souvent en mémoire le très bon Fauteuils d'orchestre de Danièle Thompson. Beaucoup plus fouillé. Beaucoup plus "riche", au sens propre et figuré. Entre la comédie pure et le film d'auteur, l'oeuvre semble se chercher sans jamais réellement trouver un créneau.

Outre l'argent, le dominant de cette oeuvre reste quand même Claude Rich dans le rôle d'un homme richissime, revenu de tout, et qui décide de partir finir ses jours sur une île déserte. Et il nous gratifie d'une scène qui, à elle tout seule, vaut le film tout entier. D'un age avancé (dirons-nous) il propose timidement et fort chastement à une pas grand chose de l'emmener avec lui. Elle refusera, prétextant qu'elle a trente ans de moins que lui et qu'elle attend mieux de la vie que de vivre au soleil sur une île avec un milliardaire ! Le visage de Claude Rich est alors grandiose de consternation ! En revanche, le très accessoire du film revêt l'apparence de Lorànt Deutsch dont je me demande toujours ce qu'il apporte au cinéma et lycée de Versailles. Dans ce film, il est d'autant moins bon que le scénario n'a prévu pour lui qu'un amour ostentatoire pour les saucisses…Il faut être un très grand comédien pour tenir sa place en l'espèce. Le coût de la vie ce n'est pas La grande bouffe. Vincent Lindon reste immuablement Vincent Lindon. Et le peu de direction d'acteurs, très visible dans ce film, ne manque pas de nous le rappeller.

On ne parle pas assez de Camille Japy. Une comédienne à tout faire, à la singulière beauté, mais qui est capable de grandes choses. Je suis certain qu'un jour, un rôle marquant viendra nous secouer. Elle fend les flôts du cinéma et de la télé avec une belle aisance et depuis pas mal de temps. Elle finira par accoster et on en reparlera. Fabrice Luchini, pour sa part, fait dans un sobre inhabituel. Même devant la très belle Géraldine Pailhas . Mais il faut avouer qu'il ne semble guère inspiré par son état de radin, toujours constipé au sens propre du terme, et que ses ennuis intestinaux finiront par faire sortir de son état premier devant une machine à café. Oû celà va t-il se nicher…Et d'ailleurs, est ce que Philippe Le Guay, dans les méandres de ces vies variées et discordantes, a voulu nous faire rire ? Rien n'est moins sur. En fin de compte, on ne sait pas trop quel a été le but du réalisateur. La vie, l'argent, les sentiments, le rire, les emmerdes. Les choses de la vie…Mais il n'est pas Claude sautet qui, lui, faisait d'un patchwork de vies, une histoire solide et consistante.

Le coût de la vie est une auberge espagnole. Et, en général, il fait beau en Espagne..


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.037 s. - 6 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter