Forum - Saint-Jacques... La Mecque - Laborieux !
Accueil
Forum : Saint-Jacques... La Mecque

Sujet : Laborieux !


De fretyl, le 4 mai 2015 à 16:00
Note du film : 1/6

Vu sur le pass vidéo un soir de déprime. Tout est attendu à l'avance dans cette comédie mal jouée, mal écrite, mal réalisée..
Pourquoi cette note de 1/6 ? Pour les paysages !


Répondre

De Nadine Mouk, le 22 avril 2017 à 18:47
Note du film : 4/6

Oh ! la la ! Comme vous y allez, cher Frétyl ! Et qué laborieux ? J'aurais compris votre critique si elle avait été écrite aujourd'hui, dans l'état de fébrilité avancée dans lequel vous devez vous trouver. Mais pourquoi bouder son plaisir à voir un film agréable, drôle tout en restant délicat ? Si le ton reste léger, le film réserve de jolis moments d'émotion et les performances d'acteurs, tous très naturels, sont bien réelles. Il n'est pas indispensable de tout vouloir intellectualiser à outrance pour passer un excellent moment. Saint Jacques…La Mecque c'est un bon film, avec un ton juste et bien représentatif de notre société. J'ai fait moi-même ce pèlerinage accompagnée de quelques amis. Non pas par une quelconque croyance, mais en bonne crapahuteuse que je suis, j'ai voulu connaitre un (car il en existe à foison) de ces chemins qui nous rendent, sinon meilleures, du moins les mollets plus présentables. Et en voyant ce film, je me suis vraiment retrouvée dans le jus. Coline Serreau a su mener son petit monde et leurs valises de conscience bien plus lourdes que leurs sacs à dos . C'est formidablement bien vu. De non-dits en mystères et de pétages de plombs en réconciliation, ce voyage forcé (voir scénario) est plein de bonnes surprises, de moments de grâce, disons le.

Alors bien sûr, tout n'y est pas parfait. En particulier ce besoin de mettre en scène les rêves grandiloquents de chacun. Accompagnés par la chorale des bourdons, je me serais bien passée de voir d'énormes lettres courir dans les prés ou de voir cette femme se noyer dans une espèce de château d'eau plein d'alcool. Là, j'avoue n'avoir pas vraiment saisi le message. Coline Serreau a-t-elle voulu donner une originalité à ce film, arrivant à le rendre aussi tranchant par instants que touchant à d'autres ? Je ne sais trop. Mais c'était même perturbant. En passant, même vite, Coline Serreau en profite pour égratigner l'Église qui est loin d'être parfaite et aurait besoin de se remettre en cause, même pour les plus puritains qui ont du mal à accepter l'imperfection des prêtres et leur hypocrisie ! Peut-on regretter quelques clichés sur le racisme ? Peut-être… Mais le tout se digère, à mon humble avis, fort bien. Mais, pour en revenir aux prés traversés, les décors sont d'une beauté hallucinante. Je ne sais pas très exactement où le film fut tourné, (dans la province de La Corogne ?) mais c'est splendide ! Un grand coup de chapeau au directeur de la photographie Jean-François Robin qui a fait un merveilleux travail. Il s'était occupé des marécages brumeux de IP5: l'île aux pachyderme de Beineix. Ces décors qui nous remettent le cœur à l'heure comme le chantait Férré

Pas de surprises pour les acteurs : Muriel Robin domine le groupe sans problèmes. Elle en fait un peu trop au début, mais freine en cours de route . A l'inverse de Jean-Pierre Darroussin, affublé d'un rôle en or et si mal exploité. Et tous les autres sont bien à leurs places. Dont la très prometteuse Marie Kremer qui se fit connaitre ici et que l'on remarquera encore bien plus tard dans nombre de fictions. Elle passa même du côté de Chez Maupassant : histoire d'une fille de ferme ou elle se montra impeccable. Pascal Légitimus reste Pascal Légitimus. Un inconnu qui nous est toujours aussi familier. En fin de film, Saint-Jacques-de-Compostelle est magnifiquement, même si hâtivement filmée. Nous ressentons avec les acteurs, comme une espèce de délivrance physique que connaissent tous les gens qui pratiquent la marche et pas la ballade. Nous avons cheminé avec eux, leurs espoirs et leurs regrets, leurs vies de rien et leurs rêves bizarres. Le voyage a duré une heure trente et fut beaucoup moins fatiguant que dans la réalité. Du bon cinéma. Et un Frétyl trop déprimé…


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.0030 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter