Forum - Antarctica - Hymne ultra-réussi à la vie et à la liberté
Accueil
Forum : Antarctica

Sujet : Hymne ultra-réussi à la vie et à la liberté


De spontex, le 8 février 2015 à 22:03
Note du film : Chef-d'Oeuvre

Antarctica et ses huskys. Peut-être l'un des plus grands films sur le chien et sa relation avec l'homme. Koreyoshi Kurahara a magistralement adapté cet événement réel de 1958, l'abandon forcé par un groupe de scientifiques de quinze chiens de traîneaux sur une base en Antarctique. L'opinion publique japonaise n'avait pas compris cet abandon. Les chiens avaient eu droit à un hommage national.

Dans cette base isolée rappelant The Thing, on se dit que les conditions de tournage ont dû être extrêmement éprouvantes, à la manière d'un Aguirre ou d'un Apocalypse Now. Je lis ainsi que le tournage a duré 3 ans et que l'équipe a parcouru plus de 180 000 km. Les plans qui pourraient passer pour de grossiers défauts de mise en scène (du genre "j'ai des images d'aurore boréale … je les case là et je dis que les chiens voient une aurore boréale") n'en sont finalement pas et contribuent au ton volontairement réaliste, limite documentaire animalier, de ce film pourtant largement romancé. Les émotions et sensations passent bien ; on a presque froid en regardant ce film !

Ken Takakura est superbe, en scientifique rongé par le remords, l'un de ses plus grands rôles. La narration est relativement imprévisible : quand commence le film, on peut penser qu'il tournera autour de l'expédition vers le mont. Il n'en est rien, celle-ci n'occupant qu'une grosse demi-heure sur les 2 h 23 de film. La bande originale de Vangelis colle bien à l'ambiance et, bien qu'ancrée dans son époque, reste tout à fait appréciable aujourd'hui.

Vu avec mes deux plus grands enfants, qui ont 9 ans. C'est adapté à partir de cet âge uniquement, Antarctica étant à bien distinguer de son remake édulcoré Disney – avec un c en moins, on comprend pourquoi certains l'oublient à Antarctique ! – Antartica, prisonniers du froid (2006) avec Paul Walker.

Cela a été leur première expérience de VO sous-titrée. En effet, le film est ici présenté en version longue (2 h 23) et l'éditeur Carlotta n'a pas jugé utile d'inclure la version courte (1 h 45) en VF, pourtant narrée par Robert Hossein. Cela ne les a pas empêchés d'apprécier ce film à sa juste valeur, sur ce Blu-ray à l'image et au son superbes – le film n'a pas pris une ride malgré ses plus de 30 ans au compteur ! À côté de cela, l'édition est minimaliste. Je ne sais pas s'il existe des images d'archive du tournage, mais un documentaire sur le film, son accueil à sa sortie et les faits réels dont il s'inspire aurait été le bienvenu. Ne boudons pas notre plaisir : c'est déjà un bonheur de voir ce film édité pour la première fois en DVD et en Blu-ray.


Répondre

De vincentp, le 21 août 2015 à 23:48
Note du film : Chef-d'Oeuvre


"La vie est sacrée"

Antarctica est une très belle réussite, à vrai dire une incroyable réussite, possédant de nombreux atouts :

  • la musique de Vangelis, superbe, très élaborée et parfaitement intégrée au récit; le générique final (assemblage de sons et d'images) est une pure merveille de création artistique, et un hymne à la vie et à la liberté, qui à lui seul mérite que l'on regarde ce film.
  • atout d'être un film complètement hors-norme du début à la fin et imprévisible ; la naïveté ou la mièvrerie que l'on perçoit ci et là (la petite fille qui donne des coups de pieds à Ken Takakura lequel a commis le crime pardonnable d'avoir abandonné son chien sur la banquise) donnent paradoxalement un cachet d’authenticité à cette oeuvre
  • d'aborder sous un angle original et spontané certains traits de la culture japonaise : on se rend compte de l'éloignement de celle-ci par rapport à la notre. On ne discute pas les ordres du chef, la-bas !
  • et bien sûr, une réalisation solide de Koreyoshi Kurahara (en état de grâce)… Des trouvailles de mise en scène (jouer sur le contraste des couleurs du Japon et de l'antarctique)… Un des co-scénaristes, Toshirô Ishido a travaillé avec N. Oshima : le scénario sur un sujet pas évident, est excellent, professe de grande vérités au bon moment, et tient surtout parfaitement le spectateur en éveil durant deux heures quinze minutes.

Au final, on a le sentiment d'un film d'auteur magnifique, d'une oeuvre artistique de très grande qualité et très originale. Un grand bravo à l'éditeur Carlotta pour cette réédition.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.0069 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter