Forum - Casque bleu - Les bons soldats ..
Accueil
Forum : Casque bleu

Sujet : Les bons soldats ..


De Tamatoa, le 26 juin 2013 à 01:09
Note du film : 3/6

Sous le prétexte de nous emmener au beau milieu d'une guerre civile sous le ciel des Balkans, Jugnot, encore auréolé de son succès Une Époque formidable… nous offre une galerie de portraits assez touchants. Chaque personnage est profondément fouillé et le film se laisse voir sans déplaisir. Nous sommes bien loin de voir la production du siècle, d'autant que la mise en scène n'est pas des plus nettes, mais ces introspections chez madame et monsieur tout le monde sont très réussies. Pas de quoi non plus crier au génie. Mais les acteurs sont aux taquets avec une belle dévotion pour les rôles qu'ils endossent. Un très bon point pour l'excellent Claude Piéplu, d'une maturité écrasante. Le couple de vieux qu'il forme avec Micheline Presle fera d'ailleurs des petits dans plusieurs autres films de l'époque. Jean-Pierre Cassel est épatant dans le rôle d'un gérant d'hôtel homosexuel complètement perdu devant les problèmes qu'engendre une guerre éclair et un compagnon jaloux comme un tigre. Valérie Lemercier est aussi émouvante que Victoria Abril est insupportable. Découverte du jeune Jean-Noël Brouté que l'on ne reverra que très rapidement au cinéma et optera pour la télévision . Les Balkans sont filmés au rabais. Et je doute que Jugnot ait fait le déplacement. Rien ne ressemble plus à la Yougoslavie (puisque sans jamais être cité, il est bien question de ce pays) que n'importe quel endroit du monde.

Cela étant, les situations sont quand même un peu improbables. Et il nous faut pas mal de compréhension et de patience pour passer outre. Les horreurs de la guerre alternent un peu trop vite avec les galéjades que n'auraient pas reniées Les bronzés et on ne sait plus vraiment où le réalisateur veut en venir . Même si certaines scènes d'action sont bien emmenées, je crois qu'il a du hésité longuement avant d'opter pour un genre très défini. Et au final, ça n'est pas très clair. La guerre, oui, mais vue par qui ? Pierre Schœndœrffer ou Groucho Marx ? Bien que, je le redis, tout l'intérêt du film repose sur la personnalité approfondie des protagonistes.

Les dialogues sont assez ciselés pour retenir notre attention alors que quelques longueurs nous donneraient à douter. C'est pourtant un film assez intelligent, qui souffre peut-être d'un manque de direction. Pourtant Jugnot, toujours parfait, lui, s'est donné les moyens. La scène finale assez prenante le prouve. Il a fait appel à l'Armée pour donner un vent de grandiloquence à son film. Mais il n'a peut-être pas su garder le cap tout du long. Disons que le résultat reste mitigé dans notre appréciation. Et si on ne dénigre pas l'ensemble, c'est que ce dernier est nettement récupéré par des acteurs très brillants, capables de redresser le navire, en bons petits soldats de leur art.

Pas la palme. Pas la honte. Du cinéma qui passe..


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.0079 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter