Forum - Guerre des gangs à Okinawa - Polar musclé, doublé d'une fine étude sociale
Accueil
Forum : Guerre des gangs à Okinawa

Sujet : Polar musclé, doublé d'une fine étude sociale


De vincentp, le 12 mai 2013 à 09:18
Note du film : 4/6


Guerre des gangs à Okinawa réalisé en 1971 par Kinji Fukasaku est plutôt une belle surprise. Il obéit aux règles du polar musclé typique des conflits entre yakusas, que l'on retrouve fréquemment dans le cinéma japonais contemporain. Des séquences semblent avoir inspiré Quentin Tarantino (Reservoir dogs) ou Takeshi Kitano (Sonatine). La réalisation de Fukasaku (employant images figées au sein de séquences déroulées à toute vitesse) est de qualité, dynamique et moderne. A noter l'emploi soutenu d'une musique de jazz.

Mais ce film contient également en arrière-plan une analyse sociale intéressante et bien faite. Des images, des personnages, permettent par exemple d'appréhender la réalité de la présence américaine sur l’île de Okinawa au début des années 1970. On comprend que le Japon de cette époque est à la recherche de son identité. On remarque collée sur un mur de la ville l'affiche du film Okinawa réalisé par Samuel Fuller en 1950 et qui véhicule une représentation du conflit de la second guerre mondiale entre américains et japonais favorable aux premiers.

La guerre des gangs est montrée par Fukasaku comme une fièvre maladive et récurrente du corps social japonais, les institutions du pays se contentant d'arbitrer les conflits entre gangs (lesquels se partagent le contrôle des docks et des lieux interlopes), envoyant de temps à autres les malfrats en prisons quand les désordres qu'ils génèrent deviennent trop visibles aux yeux de la société.

Guerre des gangs à Okinawa peut intéresser outre les amateurs du cinéma japonais contemporain, un public un peu plus vaste, désireux d'en savoir un peu plus sur la face cachée de la société japonaise.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.017 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter