Forum - Restons groupés - Voyages, voyages...
Accueil
Forum : Restons groupés

Sujet : Voyages, voyages...


De Tamatoa, le 28 juin 2012 à 22:43
Note du film : 4/6

je préfère quand Jean-Paul Salomé ne fait pas dans l'alambiqué et le très recherché. Parce que celà donne des films très indigestes comme l'inénarrable Belphégor, le fantôme du Louvre ou encore le vertigineux et tarabiscoté Arsène Lupin.

Ici, on est dans le léger. Et pour qui ce serait risqué à entreprendre un voyage organisé ( ce fut mon cas il y a quelques années ) on retrouve tous les délices et les finesses d'une odyssée que l'on croyait millimétrée pour le bonheur de tous. Bon, disons le tout net, Jean-Paul Salomé en rajoute un peu. Il a eu raison et c'est excellent. Mais on n'est quand même pas très loin des surprises constatées quand on a pas pris le temps de bien se renseigner à l'Agence de Tourisme qui vantait les merveilles d'une tel voyage. Les hôtesses y étaient fort jolies et on en oublie l'essentiel. Elles vous vendraient un séjour dans une mare à crocodiles !

Une pléiade d'acteurs, que je qualifierais de seconds plans mais loin d'être mauvais, s'en donne à coeur joie dans la traversée d'une Amérique qui n'était pas censée leur réserver tant d'imprévus. Et puis les personnages sont bien épinglés. A peine caricaturés. Un Patchwork rutillant de l'humanité voyageuse nous est servi bien chaud et tellement bien vu. Du dernier communiste de la terre, adorable et tendre Michel Robin, en passant par le beauf bien bien C… qui ne sait regarder les paysages qu'à travers son camescope, le très bien cadré Bernard Le Coq, la délicieuse brune de service Judith Henry qui voyage avec un immense black pour faire oublier qu'elle est lesbienne, la mutine journaliste Emma de Caunes qui est là "incognito" afin de mieux faire son reportage sur les voyages organisés, jusqu'au guide, beau mec, Samuel Le Bihan qui n'a trouvé que ça à faire en sortant de taule, tout ce petit monde apprend à se connaitre entre deux pannes de bus, trois hôtels sans clims et des opiniions politiques que, même en vacances, on oublie pas d'étaler histoire de foutre le feu. Juste avant celui du Bus qui n'en peu plus.

C'est non seulement bien vu, excellemment joué, mais c'est empreint d'une vraie tendresse et, mais si, d'une certaine émotion. Les rapports humains sont à la fois si compliqués et merveilleux. Et au milieu de nulle part, tous unis dans une mouise inattendue, la véritable aventure est là. L'Amérique, le rêve Américain si tant est qu'il soit encore de mise, c'est bien joli. Mais le sourire d'une femme, un souvenir qui se pointe au bon moment, une phrase bien sentie, des jambes qui n'en finissent pas et qui font disparaitre le grand Canyon, ça, c'est l'Aventure. Sans carte routière. Perso, je me souviens de ce très vieux, devant les chutes du Niagara. Devant celle qu'on surnomme "Le voile de la mariée". En s'essuyant le front avec son grand mouchoir à carreaux, il dit à sa femme qui l'accompagnait : "-Bah, bah, bah….le tien était beaucoup plus beau…-" . Je suis resté un vieux con romantique et il m'avait bien plombé la journée, lui !

Et bien Jean-Paul Salomé, au-delà de l'anecdote, a bien su donner à ce film ce côté humain. On y sourit beaucoup mais on y réfléchi un peu aussi. En tous cas, on passe un bon moment. C'est sans prétention, ça mange pas de pain et on voyage gratis.

Alors ?


Répondre

De Impétueux, le 30 juin 2012 à 10:10
Note du film : 3/6

Si vous ne l'aviez rappelé, Tamatoa, je n'aurais sûrement pas fait le rapport entre Belphégor et Arsène Lupin, nourris d'effets spéciaux fatigants, et l'excellente comédie dont vous dites du bien à juste titre…

J'ai dû voir deux ou trois fois Restons groupés, qui passe souvent à la télévision. Genre de films qu'on peut voir en bribes, mais qu'on retrouve avec plaisir et sympathie. Excellente distribution, personnages caricaturaux, certes, mais typés avec esprit, scénario efficace…

Bien dommage que Jean-Paul Salomé, manifestement plus compétent dans la comédie de mœurs que dans la réécriture (!!!) de mythes (!!!) se pousse du col dans des films aussi chichiteux, prétentieux et ridicules…


Répondre

De Arca1943, le 30 juin 2012 à 22:42

Pour ma part, je me promets de voir ce Restons groupés, ne serait-ce que par curiosité de voir enfin quelque chose de réussi (apparemment…) par l'auteur du peu engageant Belphégor et surtout, de la TRÈS, TRÈS décevante adaptation d'Arsène Lupin à l'écran.


Répondre

De Impétueux, le 23 octobre 2019 à 11:44
Note du film : 3/6

C'est vraiment un petit film sympathique, qui se laisse toujours regarder sans désagrément à la troisième ou quatrième vision paresseuse sur une chaîne de télévision secondaire. Un film qui, malgré plusieurs concessions à l'esprit du temps et au goût de l'époque n'est pas si mal fichu que ça, comporte bon nombre de scènes amusantes et met en scène des situations sans doute outrées mais plutôt habilement présentées.

De quoi s'agit-il ? D'un groupe de touristes plon-plon, réunis comme on l'est par le hasard et les vicissitudes du tourisme de masse, un groupe composé de gens d'une grande diversité, d'âge, de profil, de caractère. Qui, effectuant un voyage organisé, n'a pas connu ça ? Au fil des jours, la promiscuité des longues heures passées ensemble faisant son office, on se découvre, on sympathise, on s'exaspère, on se déteste, on s'accorde, on se confie, on se déguise, on s'invente des histoires, on se joue des rôles et tout le tremblement.

On a connu le réalisateur, Jean-Paul Salomé moins inspiré dans de grands bafouillis trop ambitieux fabriqués grâce aux ressources des trucages numériques, Belphégor, le fantôme du Louvre, absurde et inutile remake du grand feuilleton télévisé de Claude Barma ou dans un ridicule Arsène Lupin qui n'avait aucun rapport avec les jolis bijoux de Jacques Becker et d'Yves Robert. Dans Restons groupés, il parvient à un assez bon équilibre en filmant cette troupe disparate dans les grandes étendues de l'Ouest étasunien, du côté du Nouveau-Mexique ou du Colorado conduite par un brave garçon (Samuel Le Bihan) qui a malheureusement perdu tout contact avec l'agence de voyages en faillite et doit se débrouiller, sans un sou, pour faire avancer sa troupe en ne lui révélant que le plus tard possible la vérité : ils sont tous en capilotade, en naufrage sur le même bateau.

Bien entendu, pour donner du piment à son film, Salomé ne mégote pas sur les situations de ses personnages et leur trop grande caractérisation manque tout de même pas mal de finesse ; personnages tranchés davantage encore à la hache qu'à la serpe, dont on voit bien d'emblée les trajectoires : vieux couple de paléo-communistes bons comme le pain, généreux, chaleureux, affectueux, amoureux, Raymond (Michel Robin) et Lyliane (!) (Antoinette Moya), jeune couple attachant qui rêve de quitter le bassin minier des alentours de Lens pour le rêve américain, Jeff (Bruno Solo) et Suzy (Estelle Larrivaz), couple middle class moyennement ranci, plutôt puant et dont le mari, Jean-Michel (Bernard Le Coq) est une caricature exceptionnelle de beauf, mais dont la femme Nicole (Claire Nadeau) se trouvera rédimée en engageant une idylle avec un beau Noir, Aimé (Hubert Koundé).

Au demeurant, celui-ci est l'accompagnant d'Elvira (Judith Henry), lesbienne qui vient de se faire plaquer par sa chérie. On voit par là que le réalisateur n'a pas fait dans la dentelle. Et qu'il a ajouté à cette palette disparate Gwenaël, un mystérieux clampin grognon, irritable, mystérieux, mais finalement pas plus mauvais qu'un autre, (Bruno Lochet) et surtout une jeune fille ravissante, Claire (Emma de Caunes – tiens au fait, qu'est-elle devenue celle-là, si pimpante, si piquante, si séduisante ? Disparue corps et bien dans l'entropie du cinéma…).

Donc vous mixez la situation financière désespérée des voyageurs, les beaux paysages du Far-West et les sinuosités des caractères et personnalités, vous agitez longuement le shaker et ça vous donne un assez agréable cocktail. Un peu trop sucré, certes, avec bien trop de notes doucereuses et nunuches et pas grand chose de piquant ou d'acéré. Mais enfin dans le paysage assez triste du cinéma français de divertissement, ça surnage…


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.0043 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter