Forum - Intouchables - Mystère...
Accueil
Forum : Intouchables

Sujet : Mystère...


De Tamatoa, le 8 février 2012 à 23:38
Note du film : 3/6

Je peux vous assurer que ce site est bien le seul à ne pas encore avoir traité de ce film de long en large ! Pour ma part, je vous en parlerai….en travers, avec la moue qui va avec.

Il faut aimer Intouchables, sous peine d'aller en enfer avec les indifférents ! pouvait' on lire en substance dans les différents médias. Est ce un mauvais film ? Certes non ! Est ce qu'il vaut tout le ramdam, l'engouement, l'abattage fait autour de lui ? Certes non !
Voilà que tout à coup, Bernadette Soubirous réapparait sous les traits d'Omar Sy (il a VU un handicapé !) et les gens se précipitent comme en plein mois d'Aout, en procession devant la grotte miraculeuse qui officie dans leurs villes. Je me demande ce qui a poussé la foule vers ce film. La comédie sympathique, qui se veut légère derrière le carcan du handicap, alimentant notre bonne conscience ? Sûrement. D'autant qu'elle est mise en scène par le tandem Nakache/Tolédano qui nous avait offert le délicieux et très drôle Nos jours heureux. Un goût du voyeurisme cher à notre peuple ? Il est à parier que oui, également. La délicieuse sensation de se sentir en très bonne santé devant ce corps, formidable Cluzet, a qui ne reste rien que ce brin d'humour que nous n'aurons jamais ? Bien possible aussi. Ou peut-être une tendresse pour Omar SY qui cabotine sur Canal+ dans son SAV ? Pourquoi pas.

Parce qu'autrement, et sans vouloir jouer les Cassandre, ce film reste tout le long au raz de ces paquerettes ennuyeuses et terriblement basses. Quel est le message ? Aimons nous les uns les autres ! La panacée du politiquement correct !! La description méticuleuse d'un monde qui, lorsqu'il existera, verra les banques vendrent des frites et les marchands de frites proposer des crédits à taux miraculeux ! Une bluette rose bonbon, sucrée à outrance. Tout sonne faux dans ce film ! C'est du cinéma, tout ça ! L'attitude de ce banlieusard, Omar Sy, trop à l'aise partout. Et surtout la gentillesse mielleuse de cet handicapé tellement souriant, qui dégouline de bons sentiments. Il en devient agaçant ! Pensez vous que tous les auxilliaires de vie ont à faire à ce genre de bonhomme ? Que tous les handicapés sont de bonne humeur, jamais aigris ? J'en connais de violents, en permanence . Et puis Omar Sy n'est pas un acteur. Je veux dire qu'il fait son numéro de black sympa, et pas davantage. Il gesticule, éclate de son grand rire qui a fait sa réputation mais c'est tout ! De plus il est très mal élévé, incorrect comme pas deux. Perso, étant moi-même handicapé, je n'en voudrais pas comme soutien ! On crie au génie devant sa prestation : Qu'aurait'on dit si Dustin Hoffman avait hérité du rôle… De plus, "on" a voulu des gags. Ils sont dignes d'une cour de récréation. Quelques jolis moments, peut-être. De jolies prises de vues bienvenues. Mais pas assez pour applaudir à la fin de la représentation comme je l'ai entendu de mes oreilles fatiguées par un piètre résultat. Parce que je n'évoque même pas les dialogues.

Intouchables n'est pas un navet. C'est même un film assez "honnête". Mais surement pas le miracle du siècle que décrivent les journaux. La béatification de cette oeuvre me parait outrancière. Beaucoup de tapage pour ce qui aurait pu être un bon téléfilm pour M6 ou TF1. Et je me demande encore pourquoi cette ruée vers un Or qui a peut-être permit de mettre en lumière (pour un temps !) la vie des handicapés, mais qui ne révolutionne en rien le cinéma . "-Allez y, pleurez ! Stop ! Maintenant riez ! Stop !-" Intouchables, c'est un mystère…ou un film pour les moutons.


Répondre

De Impétueux, le 9 février 2012 à 22:34

Tout sonne faux dans ce film ! C'est du cinéma, tout ça !… écrivez-vous…. C'est précisément parce que c'est tout, sauf du cinéma, celui qu'on aime et ont on parle, que je me suis soigneusement gardé d'aller voir ce téléfilm humaniste.

Téléfilm, c'est bien là le problème. C'est une mouture, un avatar, une transposition de Joséphine, ange gardien ; c'est un opium du peuple comme un autre…


Répondre

De Torgnole, le 10 février 2012 à 08:29
Note du film : 4/6

Intouchables a bénéficié d'une excellente promotion et le "basé sur une histoire vraie" est souvent un bon argument de vente.

Ce film est avant tout un beau coup commercial qui applique la recette classique : deux acteurs à la mode interprétant deux individus de classe sociale différente qui vont enrichir leur univers respectif pour combler leurs lacunes en apprenant l'un de l'autre.

Le duo Omar Sy/François Cluzet fonctionne, les confrontations culturelles sont amusantes, je pense à la scène de l'opéra, mais aussi quand Philippe tente de faire apprécier la musique classique à Driss, les auteurs ne semblent pas avoir l'intention de hiérarchiser les cultures musicales, dans cette scène, Driss est hermétique à la culture dite "supérieure" et c'est plutôt appréciable que cette culture soit parfois remise en question dans le film, quand Philippe arrive à vendre une peinture de Driss à un de ses amis par exemple.

D'accord, ça dégobille de bons sentiments, c'est pré-mâché et finalement assez démago sous couvert d'un labourage du politiquement correct via quelque vannes du genre "pas de bras pas de chocolat", mais on passe un bon moment, on est ému, on rit et on en demande pas plus un dimanche après-midi pour se détendre après un déjeuner chez mémé.

Et pour répondre à Tamatoa, je ne vois rien de bien mystérieux dans cette comédie plaisante et simplette, sauf peut-être quand le New-York Times la qualifie de "raciste et choquante", là j'avoue avoir du mal à saisir…


Répondre

De Tamatoa, le 10 février 2012 à 23:45
Note du film : 3/6

Quand je parle de "mystère", Torgnole, je veux dire qu'il est étrange que la foule se rue en masse pour voir un film qui leur a été imposé, d'une part par la promotion outrancière que vous évoquez (vous me direz que depuis nous avons eu droit à La Vérité si je mens ! 3 ) , et par une démarche insolite qui consiste à aller au zoo voir comment se démerde un légume. Il n'y a rien de péjoratif ou de méprisant dans mes propos, étant moi-même dans un fauteuil roulant. Mais l'engouement pour cette oeuvre, qui reste d'assez bonne facture, a comme un relent malsain. Parce que justement, le cinéma n'y gagne rien, on n'y apprend rien, et la ruée dans les salles ne changera rien à la vie des handicapés. Car on pourrait espérer qu'après cet enthousiasme débordant pour ce film, le regard des gens change. On voudrait croire que les servitudes des handicapés prendront une plus douce tournure. Hélas, il n'en sera rien ! Devine qui vient dîner ? n'a rien changé au problème du racisme et Rain Man n'a pas accelléré la construction de maisons spécialisées. Seulement, ces deux films là étaient des oeuvres majeures à des années lumière de nos Intouchables . Et pourtant, je reste persuadé que le premier rôle du cinéma est, au delà de l'oeuvre, de faire bouger les choses dans bien des domaines. Intouchables est un mensonge, uniquement destiné au voyeurisme ambiant et inavoué et donc la seule gagnante reste la démagogie qui ne vous a pas échappée.

Pour autant, peut on reprendre les propos de Mathieu Kassovitz, très aigri depuis l'échec de son film L'ordre et la morale qui clame (je cite) : "-J'encule le cinéma Français et ses films de merde, qui n'est une partouze artistico-commerciale !-" Malgré le fait qu'il devrait mesurer ses propos, je pense quand même qu'il évoque un malaise profond que l'on peut nommer "mystère" ou "Buziness"..


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.020 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter