Forum - Fortapàsc - Il sort !
Accueil
Forum : Fortapàsc

Sujet : Il sort !


De Arca1943, le 2 janvier 2011 à 07:05

Il y a vingt ans, en 1990, le percutant et prenant drame social Mery pour toujours (Mery per sempre) centré sur une maison de redressement pour jeunes délinquants siciliens, avait fait partie de ces signaux de redressement – pardon pour le jeu de mots – du cinéma italien après une décennie de descente aux enfers, avec d'autres comme Les Enfants volés et Le Porteur de serviette, eux aussi scénarisés, tiens tiens, par Rulli & Petraglia.

Sans être un chef-d'œuvre, c'était un sacré film ; et aussi – ce qui n'est pas sans importance quand ton industrie du cinéma est en crise – fort vendable. Le film avait suffisamment bien marché en France pour sortir au Québec dans des conditions normales – c'est-à-dire en VF et dans des cinémas ordinaires plutôt qu'en sous-titres dans le ghetto des salles parallèles. C'était du cinéma populaire efficace et vigoureux, et le réalisateur "fils de", Marco Risi, semblait un cinéaste à suivre. Pourtant, malgré ce succès, la suite Ragazzi fuori, tourné l'année suivante, n'était pas sortie sur les marchés francophones.

Vingt ans plus tard, voilà qu'un autre film de Marco Risi sort en France (le 5 janvier). Ah, ben tout de même !

Si je pense, donc, au seul autre film de Marco Risi que j'ai pu voir, le sujet de Fortapàsc me semble ô combien dans ses cordes. C'est l'histoire de Giancarlo Siani, un jeune journaliste du quotidien napolitain Il Mattino qui faisait correctement son boulot, comme on le lui avait appris à l'école de journalisme, ce qui lui attira de très graves ennuis et l'attention de certaines personnes par lesquelles on préfère ne pas être remarqué.

J'espère que cette sortie en salle en France en est une vraie, dans plein de salles et pas dans une seule, et bien entendu en version française vu que cet autre Risi est lui aussi enraciné dans une tradition de cinéma destiné au plus vaste public. (Cela dit il est essentiel d'avoir aussi une version sous-titrée à jeter aux puristes, tel un os que l'on jette à un gros chien). Allons Arca, me direz-vous, tu vas pas recommencer avec ton histoire de doublage ! Qui d'autre est pour le doublage, franchement ?

Qui d'autre, hum ? Eh, eh, eh. Question quizz : devinez de qui est la citation suivante :

« En Amérique, personne ne connaît les films italiens, à part les cinéphiles. Ceci est dû à une raison très simple: la langue. Pensez-vous que les films français soient connus en Amérique? Ils ne le sont pas. À Denver, personne ne connaît le cinéma français. À New York, Los Angeles, il y a une salle de cinéma français. Les Américains refusant les films doublés, on ne peut pas exploiter les films français ou italiens là-bas. Et pourtant, les films américains sont doublés, et vus partout, en Italie comme ailleurs. Nous importons des films. Mais si les films américains ou français venaient en Italie sous-titrés, personne ne les verrait, sauf à Rome, à Milan, dans les ciné-clubs. »

Il s'agit, bien entendu, du regretté Mario Monicelli, en entrevue à la revue québécoise 24 Images (no 33, 1987).


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.010 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter