Forum - Gladiator - Roma Victor !...
Accueil
Forum : Gladiator

Sujet : Roma Victor !...


De Patrice Dargenton, le 5 avril 2002 à 17:24

Classique mais épique !Patrice Dargenton (Mon site)


Répondre

De Saburo Ichimonji, le 2 avril 2004 à 22:44
Note du film : 6/6

Un film qui fait partie de mes chefs d'oeuvres du genre tel Braveheart.La première bataille est magnifiquement filmée et la musique du film est tout simplement magistrale.La réalisation de la Rome antique est sidérante(pensée particulière au Colisée qui est somptueux).Sinon l'histoire,bien que classique,est très bien mise en scène.Les acteurs sont tous excellents.Tous ceci mène au fait que l'on se plonge dans la splendide Rome d'autrefois comme jamais.Chef-d'oeuvre!


Répondre

De PM Jarriq, le 22 août 2005 à 09:22
Note du film : 6/6

La version "extanded" n'est pas si différente, mais les scènes en plus sont bienvenues et le rôle de Commode est mieux développé, ses apparitions plus variées donc moins monotones. Dans l'intro, Ridley Scott insiste bien sur le fait qu'il ne s'agit pas d'un director's cut, mais d'une version longue. Nuance…


Répondre

De PM Jarriq, le 22 août 2005 à 14:56
Note du film : 6/6

Disons que dans la (courte) intro, il ne renie pas cette version, concède qu'il était intéressant de montrer ce matériel inédit, mais insiste sur le fait que le "director's cut" est bien la version connue de tous. Vu la froideur avec laquelle Scott récite sa leçon, je pense qu'il n'est pour rien dans ce remontage, mais qu'il le tolère pour des raisons bien compréhensibles, sans vraiment le revendiquer. Le fait qu'il ait tenu à mettre lui-même les choses au point en début de disque, en dit long sur sa position…


Répondre

De paul_mtl, le 15 janvier 2007 à 20:44
Note du film : 3/6

Le film de fiction historique est souvent le relai d'un mythe comme un roman sauf que l'image que nous voyons devant nous est bien réelle.

J'ai vu un documentaire récent interessant sur les jeux du cirque romain avec les gladiateurs. Il faisait un parallele interessant entre ce que l'on a découvert et ce que montre ce film (et d'autres du même genre). Les squelettes des gladiateurs nous révelent qu'ils avaient plusieurs blessures mais que la mise à mort était rare car

  • 1. ces combattants d'élites coutaient cher à former et
  • 2. c'etaient des "stars populaires" comme le sont nos boxeurs actuels.

On comprend que les réalisateurs/scenaristes prennent des libertes avec la réalité historique pour le spectacle mais aussi pour leur discours qu'ils veulent faire passer. Il y a 40-50 ans on attenuait plutôt les choses et actuellement le cinema US les rend parfois plus violentes que dans la réalité.

Ces réalisateurs parlent aussi de leur époque à travers ces mythes/histoires et leurs interpretations mais les gens en sont ils conscients ?

La réalité est souvent plus interessante et riche que la fiction ou le mythe.


Répondre

De droudrou, le 16 janvier 2007 à 09:01

C'est certain mais parfois le mythe ou la fiction permettent de ramener les vues aux réalités dans la mesure où ils suscitent la curiosité.


Répondre

De fastivon, le 4 août 2007 à 05:53
Note du film : 2/6

Tel un coussin qui fait Prrouuut… ou un soufflé qui finit sur un Pschhiiit…, l'enthousiasme de départ s'envole pour laisser place à une frustration sans nom. Pas de la déception, mais une chagrinante désillusion que le genre n'en eût été glorifié par cette tentative de résurrection loupée. Pas complètement nulle, il faut reconnaître la qualité de GLADIATOR de se hisser péniblement à un niveau général supérieur à celui des péplums italiens. On sent présence des techniciens derrière chaque plan, on devine les caméras plantées dans tous les sens et tous les recoins, à aucun instant il n'a été possible d'oublier le monde alentour pour vivre pleinement cette montagne de purée. Les combats dans l'arène ? Une coulée de mélasse. Les duels à l'épée ? Un montage clipesque d'électrocuté. Les chars tirés par les canassons ? Cataclop, cataclop. Un produit vite fait, vite emballé et vendu. Ce qui manque cruellement ? La majesté de ses illustres prédécesseurs ! Non, le réalisateur ne l'a pas eu dans le mille. N'est pas qui veut Cecil B. de Mille, pour faire passer ses oeuvres à la postérité. Et on se surprend à rêver à la poétique naïveté scénaristique, au flamboyant kitsch et aux délires visuels d'antan – tels qu'on se dise d'en avoir eu largement pour son argent.


Répondre

De Gaulhenrix, le 1er septembre 2007 à 12:01
Note du film : 5/6

Doté d'imposants moyens, Ridley Scott propose un film à grand spectacle renouant avec le genre du péplum qui connut son heure de gloire dans les années cinquante et dont il a contribué à relancer la mode (Vercingétorix, Alexandre et Troie réalisés depuis).

Pour autant, si Gladiator respecte le contexte historique et brasse les passions humaines dont il se nourrit, il n'est pas un simple film d'action. Grand spectacle qui nous conduit des forêts sombres de la Germanie aux âpres paysages africains, le film a pour première ambition de ressusciter la Rome impériale à travers ses contradictions : à la fois dans sa magnificence, mais aussi dans ses moeurs décadentes et dissolues, voire incestueuses (Commode et sa sœur Lucilla). Une Rome où le peuple se nourrit de jeux de cirque avilissants abandonnant sa liberté pour la confier à des êtres vils. Une Rome à la fois policée et corrompue où la transmission légale du pouvoir (l'empereur Marc-Aurèle a choisi le général Maximus pour lui succéder) est remplacée par les intrigues sanglantes de palais (Commode tue son père pour récupérer un pouvoir qu'il estime être son dû). Cette jalousie ambitieuse (et les exactions commises alors), qui explique l'usurpation du pouvoir, sécrète à son tour le légitime désir de vengeance, selon un ordre immuable qui donne au film sa structure et sa respiration. Une respiration, un souffle épique qui parcourt le film et lui confère une dimension originale : Gladiator n'est pas un simple film d'action. Il y a, en effet, à côté de scènes ô combien spectaculaires (bataille initiale contre les Germains, combats de gladiateurs, etc.), comme un effet de temps suspendu, de moment de méditation que la réalisation s'attache à exprimer par des mouvements de caméra vers la nature ou vers le ciel magnifiés par une partition musicale aux effets soutenus ; ou encore à l'aide de fréquents gros plans sur le regard lointain, détaché d'un Maximus (magnifiquement interprété par un Russell Crowe inspiré). Comme si la mort de l'empereur – véritable modèle pour lui -, l'assassinat de sa femme et de son fils et sa propre déchéance avaient approfondi une déchirure qu'il porte désormais comme un deuil ; comme s'il était lui-même hanté par la mort.

Et si Gladiator nous touche, c'est précisément par une réalisation qui alterne scènes de tension spectaculaire et purs moments de contemplation et qui donne à voir un héros déterminé et courageux, mais aussi profondément humain. En associant ainsi action et contemplation, force et fragilité, Ridley Scott approfondit le propos de son film et l'enrichit d'un arrière-plan énigmatique qui était déjà l'originalité de son premier film Les Duellistes. Il nous prouve ainsi qu'un auteur véritable est celui qui crée un univers personnel dont il retranscrit les arcanes d'un film à l'autre.

Il est vrai que, depuis, Ridley Scott semble bien peu inspiré…


Répondre

De Legrandschtroumpf, le 4 août 2009 à 09:35

Gladiator Pas commode ce film ! Rien d'humain Même si on comprend le désir de vengeance de Maximus face aux évènements qui le touchent aucun personnage n'est attachant ! Lucius, le fils de Lucilla est même débile dans son rapport avec l'Espagnol ! Ridley Scott nous convie dans son spectacle de façon semblable à la foule qui se pressait sur les gradins du cirque ! On situe mal le discours final de Lucilla qui n'est pas très nette dans ses velléités au pouvoir à aucun moment du film…. Et au regard de la foi des opposants heureusement que l'empire romain n'a pas survécu . Film pervers très loin des qualités de Spartacus où nous pointerions volontiers notre pouce vers le bas sans pour autant vouloir voir survivre Maximus… ce qui me rassure avec Ridley Scott à l'issue de ce film c'est que dans la profondeur de l'espace nul ne pourra nous entendre crier "alien !" pardon ! "AMEN !" Droudrou


Répondre

De DelaNuit, le 4 août 2009 à 13:25

Je trouve en effet que bien que Gladiator soit très beau visuellement parlant, et également bien interprété, il n'a pas la même portée de fond que le film dont il s'inspire (du moins dans l'argument de départ, concernant le meurtre de Marc-Aurèle, l'avènement de Commode et son conflit avec le général que son père lui préférait), à savoir La chute de l'empire romain.

Ce dernier posait, outre les questions de vengeance et de lutte de pouvoir, la question de l'intégration des étrangers dans l'empire et nous renvoyait en miroir certains interrogations de notre société actuelle.

On peut toutefois dire aussi que Gladiator nous renvoie un autre aspect de notre société, celui du divertissement de masse pour occuper les foules. "Panem et Circenses" disaient les romains : "du pain et des jeux"…


Répondre

De Steve Mcqueen, le 6 avril 2010 à 16:10
Note du film : 4/6

Note ajustée : 3.5/6 Que reste-il de Gladiator 10 ans après sa sortie ? Pas grand chose… Le corps musculeux de Crowe, les narines frémissante de Phoenis, la grâce de Connie Nielsen, Harris impérial, Hounsou et sa poignée de sable… Une somptueuse bataille inaugurale, où le sang pourpre vient souiller la neije immaculée, les visions oniriques, Oliver Reed : "Sang et Poussière"…

Mais Scott abuse des ralentis, surdécoupes les combats et élude les séquences de voyage. Heureusement il effacera ces scories dans le beau Kingdom of Heaven


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.0065 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter