Forum - Le Monde selon Bush - Critique
Accueil
Forum : Le Monde selon Bush

Sujet : Critique


De dumbledore, le 19 juin 2004 à 00:45
Note du film : 2/6

Si le montage est l'âme du cinéma, sa particularité, le ressort absolu pour l'émotion, pour l'action, pour presque tous les affects et les effets du film de fiction, le montage a un tout autre statut dans le documentaire. Osons le dire, il a un statut tout simplement inverse. Il est un danger. Pourquoi? Parce que si la manipulation (au sens large et non moral du terme) est au centre de cinéma (pour une finalité affective), elle est le pire des ennemis du documentaire (qui a une finalité analytique, c'est-à-dire inverse en somme à l'affect). Le documentaire, c'est la réalité. Avec toutes les complexités qui vont avec. Certes, il y a de la mise en scène dans le documentaire, évidemment, mais le documentaire n'est pas, ne doit pas être un travail de montage. Quel est-il ce travail de montage condamnable dans le documentaire? La coupure de la parole, l'organisation d'un dialogue qui n'existe pas entre deux personnages qui n'étaient pas là, l'un face à l'autre à se parler à se répondre et que pourtant le montage va "faire croire". Le travail du documentaire c'est de témoigner d'un discours, d'une personnalité, d'une humanité et sa thèse qui va avec et éventuellement de la confronter avec d'autres visions. Les grands documentaristes, Marcel Ophüls, Frederick Wiseman, ou bien Mosco Boucault ont cette particularité de laisser la place, de laisser la parole à l'interviewé, de lui offrir ce respect de le laisser parler, quitte ensuite de le mettre dans ses contradictions, contradictions qui sont d'abord et avant tout humaines. Proches de tout le monde.

Non, le montage est un danger pour le documentariste. Si la pensée excessive, très ancrée dans les années 70, de Metz and co, qui a voulu rapprocher le montage de la castration, a un sens, ce n'est pas dans le domaine de la fiction, mais dans le documentaire. Le montage peut être castrateur d'un témoignage, d'une dialectique. D'un personnage et de son discours.

Osons aussi le dire, le métier de documentariste est un métier qui devrait être réservé à des personnes morales. Pas une moralité crédule, asujettie à quelques credo quelconque, mais à une morale dans sa plus belle et plus grande conception, éthique, humaniste, intellectuelle.

Autrement dit, la première règle, le premier commandement du documentaire devrait être celui-ci : Tu respecteras la parole de ton prochain. Respecter veut dire quoi? Lui offrir le champ (et donc le temps) de la rhétorique. Il faut aller au fond du discours de ses intervenants. Leur laisser cette liberté de parole.

Cette liberté là, les intervenants de William Karel en ont été privés.

Pas question de revenir sur les vérités dites dans le film. Oui, Bush est un cul béni. Oui, il n'y a pas de lien entre Ben Ladden et Saddam Hussein. Oui, l'Irak a servi à cacher l'Arabie Saoudite, etc, etc.

Non, le goût amer qui peut rester dans la gorge (et dans les yeux d'un analyste) vient d'ailleurs, c'est de remarquer et de devoir affirmer que pour mener une démonstration, il faut que les arguments soient irréfutables, purs, objectifs. Ce film de 90 mn est une continuité de manipulations. Chaque parole de Perle par exemple, le conseiller secret mégalomaniaque et pervers des Bush, a lieu uniquement entouré de paroles de types sympas qui disent le contraire de lui pour la seule nécessité de le discréditer et de réduire à néant son propos. Il n'a pas la place (encore moins que les autres) d'expliquer sa vision des choses, son explication des choses. L'utilisation de phrases lapidaires du genre "ce type avait raison" qui coupent le discours de "ce type" est une pure manipulation pour nous dire "celui-là croyez le parce que je vous le dis" ! Beurk !

La manipulation est totale, abjecte, d'autant plus abjecte qu'un tel sujet aurait pu laisser à la parole le champ de son expression. Les contradictions auraient été la plus grande force de la démonstration. Monsieur Karel, revoyez Le Chagrin et la Pitié par pitié !

Le monde selon Bush, sujet même pas traité. Qu'en est-il de la politique intérieure ? Aussi passionnante mais moins connue que ce défonçage de portes ouvertes…

Sans l'avoir vu on pouvait craindre du manque de mesure du film de Michael Moore. On pouvait espérer une plus grande analyse de la part d'un Européen. Il n'en est rien. William Karel a signé le vrai film de propagande. On le reconnaît à ça : il est grossier, porte de bruyants sabots et manque en plus de l'humour. Au moins Michael Moore saura nous faire sourire.


Répondre

De marot, le 20 juin 2004 à 14:52

Le monde selon bush

he bien cette critique du film de karel est peu impartiale selon toute vraisemblance :

qui manipule qui …???

Bush, cela parait certain, au moins. Karel ? surement un peu.

N oubliez pas que communiquer c est manipuler

cdlnt


Répondre

De Mike, le 20 juin 2004 à 21:52
Note du film : 5/6

C'est un peu court, ou peut-être un peu long pour être aussi négatif. Moi qui suis pro-américain et qui ai soutenu le comportement de Bush après le 11 septembre et le début de la guerre en Irak, j'ai été fort remué par le film de William Karel. Il nous montre à voir des "faits" qui sont loin d'être des évidences. Si ce film a pu être tourné et monté, c'est que l'Amérique est encore une démocratie, avec ou malgré Bush.

Je ne crois plus, comme je l'ai cru, que Bush Jr. puisse faire un bon Président. Je n'ai qu'un regret, c'est que les démocrates n'aient rien de valable à lui opposer.

Je redoute comme la peste les "a priori", et l'anti-américanisme affiché par beaucoup de Français en est un. Mais je ne considère aucunement que le film de Karel soit marqué par cette tare. Il a fait un travail objectif, sur un partie, sans doute, de la nébuleuse présidentielle américaine. Mais cette partie me paraît essentielle pour éclairer le pourquoi et le comment des décisions qui affectent le monde entier.

Peut-être le document eut-il pu monter un cran plus haut, s'il avait apporté une conclusion objective sur le bien ou le mal fondé de la guerre en Irak, sans laisser tirer celle-ci par deux ou trois anciens de la CIA.


Répondre

De dumbledore, le 21 juin 2004 à 01:45
Note du film : 2/6

En somme, nous devrions créer une nouvelle rubrique autre que documentaire, celui de "pamphlet".

Dans ce cas, le film de Karel y aurait sa place.


Répondre

De s@tch, le 3 août 2004 à 14:51

Si vous n'êtes pas des Pro-Ricains pour énoncer de telles critiques alors vous êtes juste de sinistres idiots, excusez moi du peu !

Ce film dénonce tout un système américain, et ce non pas depuis le gouvernement Bush, il faut être naïf pour tout mettre sur le dos d'un même homme, il a hérité du pouvoir et a ensuite fait n'importe quoi. C'est l'héritage de on père, c'est l'héritage d'Eisenhower après la deuxième guerre mondiale ! Voir aussi Henry Kissinger qui a commis des crimes de guerre et qui a été récompensé d'un prix Nobel de la Paix, ça c'est l'Amérique, quelle connerie !

Enfin bref, je vous propose d'aller voir Fahrenheit 9/11 si vous pensez que c'est mieux dans le genre et que ce film vous apprend quelque chose, ou encore d'aller voir Kill Bill, ou le dernier Will Smith, ah le cinéma américan, quel talent, quelle créativité, vive l'Amérique, un pays sans identité propre, sans culture qui aura fait couler le sang pendant plus d'un siècle avec 100 interventions militaires de par le monde… etc. etc.


Répondre

De pastec, le 9 août 2004 à 00:51

Le monde selon Bush, un documentaire qui manipule ?

Alors que peut-on dire du film de Michael Moore ?

Une critique de ce film totalement injustifiée, car au contraire, à quasiment chaque propos affirmé par un intervenant, il y avait le contrepoids de l'équipe Bush et je n'y vois aucunement de la manipulation, plutôt une tentative d'objectivité…


Répondre

De CJAB, le 30 août 2004 à 01:56

En vacances aux USA, je m'apprete a aller voir 'Fahrenheit 9/11' mais ai deja vu le documentaire 'Le Monde selon Bush'.

En ce qui concerne ce dernier, je ne vois pas ou est le probleme.

On a donne la parole a des gens qui ont cotoye l'homme, qui le connaissent et a d'autres qui sont ses opposants depuis toujours, en passant par des universitaires specialistes des USA et de surcroit Americains.

Quand je vois des 2/6, je me dis qu'il y a de la mauvaise foi.

Faut-il etre plus pro-americain que les américains eux-memes pour etre considéré comme étant objectif ?

Je connais bien ce pays (c'est mon troisieme sejour), je cotoie des Américains et rien qu'hier soir le debat a viré aux pamphlets anti-Bush. Beaucoup de gens ont honte de cette personne, et ce sont generalement des gens qui ont un certain niveau d'education.


Répondre

De dumbledore, le 30 août 2004 à 11:16
Note du film : 2/6

Je crois qu'il y a deux choses qu'il faut bien dissocier. La qualité du film et l'aspect politique de celui-ci. Si je remets la qualité et la construction du film, je ne remets pas en question ce qui est ici attaqué et montré.

Que Bush soit critiquable, qu'il soit un des pires présidents US, je le reconnais et j'espère – comme beaucoup – sa défaite aux prochaines elections.

Toutefois, cela ne m'aveuglera pas quant au film en lui-même. Je ne trouve pas que "la parole soit donnée" aux intervenants. Voir quelqu'un dire une demi-phrase par là, une demi-phrase par ci n'est pas pour moi preuve d'un grand respect pour ceux qui sont interviewés et me rappelle trop les principes et usages des films de pure propagande… Ce qu'est pour moi le film de Karel…


Répondre

De beuss, le 9 septembre 2004 à 23:43
Note du film : 0/6

Pure propagande stalinienne. A éviter


Répondre

De Sig, le 8 novembre 2004 à 00:11

Je trouve au contraire que ce reportage est une claque, on ouvre les yeux sur la manipulation. Comme d'habitude les gens au pouvoir agissent uniquement pour leurs intérêts, quoi qu'il en coûte à tout le reste.


Répondre

De DiX, le 17 novembre 2004 à 01:01

Mouais… Je rigole un peu en lisant les commentaires, et franchement il y a de quoi.

Pour un film comme pour un livre – ou n'importe quel type de document – ce qui distingue le sérieux de la fiction

ce sont LES SOURCES.

Alors plutôt que de vous branler sur vos claviers à dire des conneries sur des forums, faites des recherches sur les sources

des documents (les films de Karel, ou ceux – ainsi que les bouquins – de Moore).

Vous voulez avoir un sens critique et objectif? Recherchez un peu les différentes sources qui traitent un sujet. Il y a beaucoup

de journalistes indépendants qui traitent de ces sujets graves, et c'est toujours les mêmes constats : les grands puissants de ce

monde s'en tirent toujours en faisant les pires crasses, et il y aura toujours des connards pour discrediter ceux qui auront le

malheur de déviler ces scandales au grand jour.

Pour ceux qui ont défendu ce film ainsi que les autres docs qui montrent la face caché du monde au public (et qui parlent anglais

courement), je vous recommande (si vous ne les avez pas vu) les films de Mike Ruppert (The Truth & Lies behind 9/11), Robert

Greewald (Outfoxed, et la série des un- ), Morgan Spurlock (Super size Me).

Pour ceux qui parlent de propagande : présentez vous un peu mieux, qui etes-vous? Ou vous êtes vraiment boutonneux et fan de Pamela Anderson, ou bien (ce que je pense sans vouloir vous flatter) vous êtes de Stupides Militants Blancs (rire) qui défendent des

connards comme Bush, Ronald McDonald ou Madelin par ambition, militantisme débile, ou simplement parceque vous êtes payés

pour le faire. On sait que la droite conservatrice envahit les forums pour vomir leur propagande et semer le trouble (je l'ai

vérifié). Ceux qui militent pour de vraies causes n'ont pas besoin d'en faire la propagande pour 2 raisons : 1- parce qu'ils

agissent (plutot que de baver sur le web) et 2- parceque les faits sont indéniables. La situation dans laquelle le monde est

plongé est telle que les faits parlent d'eux même : nous sommes gouvernés par des gens qui protègent les intérêts des moins nombreux mais des plus riches.

Faites des recherches (et triez, y a beaucoup de farfelu à éliminer) à Illuminati et Bush. Et Kerry aussi.

Et ne faites confiance à aucun parti politique (mais ça, certains d'entre vous le savent déjà, sinon vous ne seriez pas interessés

par ce genre de documentaires). Je dis juste ça pour que les morveux avec des noms qui font peur (hou!) ne me taxent pas de

communiste. C'est souvent leur dernier retranchement communiste, quand ils savent plus quoi répondre… En plus ca veut rien dire communiste. Pourquoi pas terroriste tant qu'on y est (koike je préfererai) :)


Répondre

De DiX, le 19 novembre 2004 à 00:26

Bien dit… simple et efficace. Des gros con-servateurs!


Répondre

De EL MADI ABDELILAH, le 3 juin 2005 à 05:49

c'est un film documentaire très intéressant et c'est le meileur réalisé judsqu'è maintenant sur l'administration de Bush puisqu'il aborde de différents points intéressants sur cette administration, mais le point à reprocher c'est que ce film ne dévoile pas la réalité surtout au niveau des relatins de haine qui existent entre Al Qaida et la famille de Bush ou son administration .

 D'ailleurs , il ne prend pas en charge les vraises causes qui ont paussées l'administration de Bush à envahir le terretoire irakien .
 IL faut noter également , qu'il n'est pas concentré sur Bush  en tant que dévasteur et ne prend pas en compte les points faibles de Bush ainsi que de son administration qui sougffre secrétement  d'avoir menti au peuple américain .
   Dans le contexte global , ce documentaire mérite d'être vu puisque son rélisateur s'est évertue à nous montrer la réalité telle qu'elle est en Amérique même dissimule celle du monde arabo-muslman envers Bush et ses actes .
                abdelilah@jobevasion.every1.net

Répondre

De paul_mtl, le 7 novembre 2006 à 10:13
Note du film : 6/6

Je sais bien qu'on est sur un forum de cinema (pas de géopolitique) et que certains s'occupent de commenter plus la forme que le contenu mais on parle ici d'un documentaire politique.

Pour son contenu, c'est un excelent Documentaire pour le grand public que j'avais commenté sur plusieurs autres forums.

Un discours d'un vieux senateur republicain m'a particulierement marqué.

il etait en tout point lucide voire prophetique sur les consequences.

Rien que cet orateur vaut largement le coût de voir ou revoir ce documentaire avant la fin de l'ere Bush.

Si vous appreciez la valeur de ce discours alors vous remercierez Karel de l'avoir integré dans son film.


Répondre

De vincentp, le 7 novembre 2006 à 12:40
Note du film : 5/6

C'est un excellent documentaire, sur la forme. Sur le fond, on peut toutefois discuter certains points de vue. Il manque peut-être quelques contre-arguments. Et il n'apprend rien de vraiment nouveau.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.030 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter