Forum - Lucia et les gouapes - Pourquoi pas un coffret Mafia ?
Accueil
Forum : Lucia et les gouapes

Sujet : Pourquoi pas un coffret Mafia ?


De Arca1943, le 4 janvier 2006 à 05:01
Note du film : 5/6

Pour commencer à vendre de vieux films italiens dans le monde francophone, je rêve d'un « coffret Mafia ». Un coffret plus gros que celui du Parrain ! On y mettrait Lucia et les gouapes, L'Affaire Mori, Lucky Luciano, Le Jour de la Chouette, À Chacun son dû, Un Juge en danger, La Scorta, Le Long silence, Témoin en danger… enfin, on peut discuter sur tel ou tel titre, mais l'idée générale, c'est un coffret « Mafia made in Italy ».


Répondre

De Arca1943, le 4 janvier 2006 à 05:08
Note du film : 5/6

Un an et demi plus tard, je l'attends toujours, mon gros coffret mafia. Du point de vue de l'archéo-marketing (i.e. l'art de vendre des vieux films) je persiste à croire à cette idée.


Répondre

De Sandokan, le 2 mars 2006 à 12:50
Note du film : 4/6

Bon film avec Claudia Cardinale. La reconstitution historique est super. Ça permet aussi de comprendre que la mafia était à l'origine une sorte d'association d'entraide paysanne qui a dérivé de ses fonctions.


Répondre

De Arca1943, le 6 octobre 2007 à 23:58
Note du film : 5/6

Et encore une autre année et demie plus tard, toujours pas de super coffret «Mafia Italiana» ! Peut-être que les éditeurs voulaient en sortir un, mais qu'ils ont subi des pressions ? Quoi qu'il en soit, disons-le : les bons Squittieri sont rares et celui-ci en est un. Allez, quoi !


Répondre

De PM Jarriq, le 7 juin 2008 à 09:25
Note du film : 5/6

Un film bien meilleur qu'il n'en a l'air. Une découverte…


Répondre

De Arca1943, le 7 juin 2008 à 13:23
Note du film : 5/6

Dites voir, Jarriq, c'est pas que je sois vert d'envie ou que j'étouffe de jalousie ou quoi que ce soit, mais comment avez-vous mis la main sur I guappi, exactement ? Je croyais que L'Affaire Mori était le seul film de Squittieri en DVD (non que beaucoup d'autres le méritent, d'ailleurs : dans mon grand livre, il n'est crédité que de deux bons films)…

Pour le reste, ce film dont je garde un très bon et très lointain souvenir était un bon exemple du know-how de l'industrie italienne du cinéma en matière de reconstitution historique : terriblement vivant, on s'y croirait. Et le scénariste Ugo Pirro est une pointure, particulièrement en matière de mafia.


Répondre

De PM Jarriq, le 7 juin 2008 à 14:42
Note du film : 5/6

Jalousie ? Qui oserait vous soupçonner de telles pensées, Arca ?

En fait I guappi vient de sortir en France, groupé justement avec L'affaire Mori, dans un "coffret mafia", ne comportant hélas, que ces deux titres. Pour info, l'image est bonne, mais le son en v.o. pas terrible du tout. D'ailleurs l'éditeur prend la peine de prévenir, dans un carton. Je n'ai pas essayé la v.f. (manquerait plus que ça !).

Quoiqu'il en soit, peu à peu, petit à petit, le cinéma italien commence à reprendre des couleurs en DVD.

PS : Au moment où j'écris ces lignes, j'apprends la mort de Dino Risi !


Répondre

De Arca1943, le 9 juillet 2008 à 01:58
Note du film : 5/6

Une fois de plus, je dois faire passer ma note de 4 à 5 !

C'est un sacré film, sur un sujet passionnant : la Camorra en 1891. Le scénario, signé notamment par Ugo Pirro, un spécialiste de la mafia au cinéma, réussit à faire passer au spectateur une matière très riche, sans jamais être didactique. Et je dirais même que les quelques passages emphatiques – les plaidoiries de l'avocat Bellizzi joué par Franco Nero – devaient l'être, car cette emphase est elle aussi d'époque : c'est vraisemblable qu'une plaidoirie d'avocat, dans le Sud de l'Italie, en 1890, sonne comme ça, avec des envolées dramatiques et de grandes phrases à périodes.

Les deux personnages principaux sont prisonniers des codes de leur milieu et de leur époque. En plus de l'aspect proprement physique de la reconstitution historique, qui est, je dirais, typique du know-how de Cinecittà Inc., voilà qui contribue à rendre le film très convaincant et voilà aussi, bien sûr, où le drame se noue. En fin de compte, l'avocat Bellizzi a beau savoir tout ça, il a beau l'avoir analysé et l'avoir dit à haute et intelligible voix devant la Cour, ça ne veut pas dire qu'il peut s'en arracher, qu'il peut y échapper. Alors ce finale terrible, qui est le seul moment du film dont je me souvenais avec clarté – ça passait à Radio-Canada, il y a des lunes – "cueille" de façon vraiment extraordinaire, mais mieux encore que dans mon souvenir.

Le meurtre du crieur, qui est une des grandes scènes du film, c'est le meurtre de Naples : parce que ce personnage est une figure courante de la napolitanità (Voir par exemple une des affiches de L'Or de Naples) aujourd'hui sans doute folklorisée, mais qui en 1891 n'avait rien de folklorique. Et je dois à nouveau, c'est sûr, ressortir mon couplet admiratif : repérages ! Comme Naples est vivante dans ce film ! Les rues, les bâtiments, les places, les enfants misérables de 1891 dont on se demande si ce ne sont pas des enfants misérables de 1973 dans leur propre rôle. Et la scène où les enfants apprennent à s'entretuer au couteau, qui va trop loin même pour le camorriste endurci qu'est don Gaetano dit Coeur-de-Fer… Tous les rôles secondaires, enfants comme adultes, méritent en tout cas un grand coup de chapeau.

Et les principaux aussi, du reste ! C'est bien vrai que Fabio Testi et Franco Nero ne sont pas les plus grands acteurs du siècle, mais dans ce film, ils sont tout à fait à leur place, vraiment excellents, pleins d'énergie et portés par leur personnage. Claudia Cardinale est pleine d'aplomb et on la voit à son meilleur notamment dans la scène de tribunal où elle doit tout déballer en sachant – ou en croyant savoir – que ça va être son arrêt de mort.

Reste le mystère Squittieri. La scène du meurtre du crieur est digne d'un grand réalisateur, écrit Jarriq; c'est vrai, mais j'ai envie de répondre que l'important, c'est surtout qu'elle soit digne d'un grand film. Car le culte des grands réalisateurs est parfois trompeur, notamment parce qu'aucun art n'est plus collectif, plus "d'équipe" – ni plus inégal – que le cinéma. Et si on s'en tenait bêtement à la seule filière "grands réalisateurs" pour aller chercher tous les bons films qui valent la peine d'être vus dans cette très riche période du cinéma italien, ces deux excellents films de Pasquale Squittieri n'auraient jamais refait surface. Je veux dire que dans le cas de ce réalisateur, les mauvais films sont bien plus nombreux que les bons. Atto di dolore, croyez-moi, faut se le faire ! Et l'infecte série Z Affaire Russicom aussi, et plusieurs autres encore. Mais il y a l'époque à considérer, il y a le producteur, il y a le scénariste, tous ces experts en reconstitution d'époque – décorateurs, costumiers de toute première force – et il y a fort probablement aussi l'état de grâce dans lequel se trouvait monsieur Squittieri à ce moment-là. Celui qui a dit que l'inspiration n'existait pas est un fieffé imbécile.

Il faudrait encore parler du dossier cinéma italien contre mafia italienne, parce que bon, pour reprendre l'astucieux après-finale en forme de voyage dans le temps, si je repars de 1973 à nos jours, évidemment à Naples aujourd'hui sévit toujours la Camorra, si je pense à Naples aujourd'hui qui est la risée de l'Europe avec ses montagnes de déchets qui sont la conséquence on ne peut plus directe de l'emprise de la Camorra sur cette cité, un autre fieffé imbécile – ou peut-être le même que tantôt – pourrait dire que tous ces bons films n'ont servi à rien. Mais c'est faux, parce que la plus belle femme du monde ne peut donner que ce qu'elle a. Le cinéma ne sert pas à changer les choses, il sert à les montrer, à les dépeindre, à les décrire, à les rendre sensibles, et à cet égard I guappi est une évidente réussite.


Répondre

De Arca1943, le 18 mai 2009 à 06:02
Note du film : 5/6

Au fait, Jarriq, j'ai toujours pensé qu'il y avait en tout et pour tout deux bon films de Squittieri : les deux qui sont dans le coffret Mafia sorti récemment. Je me demandais si vous connaissiez celui-ci ? Camorra, en français Les Tueurs à gages, avec Fabio Testi. Sur le site film.tv.it, ils ont bien aimé ça. Juste avant I guappi, alors qui sait. Après tout, c'est du 1972. Et puis elle est si rare, Jean Seberg… Et puis il y aussi Charles Vanel, Raymond Pellegrin


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.016 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter