Forum - Beau fixe sur New York - Réussite du genre !
Accueil
Forum : Beau fixe sur New York

Sujet : Réussite du genre !


De vincentp, le 25 juillet 2008 à 23:34
Note du film : Chef-d'Oeuvre

Oh, personne ne s'est encore exprimé sur cette comédie musicale qui est un classique du genre, et qui contient la célèbre séquence des patins à roulette de Gene Kelly, incroyablement bien chorégraphiée. Pour la petite histoire (je l'ai certes déjà raconté sur ce site), c'est en regardant cette séquence que j'ai pris conscience que le cinéma était un art (après avoir avalé préalablement plusieurs milliers de long-métrage). Je ne m'en étais jamais rendu compte avant, ce qui est franchement nigaud… Quant à notre ami Gene Kelly, il montre ce que peut signifier le charisme au cinéma. Un sommet en la matière !


Répondre

De DelaNuit, le 27 juillet 2008 à 18:37

Je m'interroge, craignant de confondre : s'agit-il du film dans lequel Gene Kelly et deux camarades soldats dansent dans la rue en utilisant des couvercles de poubelles comme accessoire ?

Cyd Charisse danse sur et autour d'un ring de boxe ?

Dolores Gray sur une scène de music-hall refuse par un systématique "Thank you but no thanks" les avances d'un groupe de prétendants en costumes cravate avec bouquets de fleurs et, tirant sur une manette, les fait disparaître dans une trappe ?


Répondre

De vincentp, le 27 juillet 2008 à 21:01
Note du film : Chef-d'Oeuvre

C'est possible mais je ne m'en rappelle plus, les numéros pouvant être interchangés avec ceux de Un jour à New York. Cyd Charisse : oui.


Répondre

De verdun, le 3 mai 2020 à 18:36
Note du film : 6/6

Une grande réussite du duo Kelly-Donen injustement négligée par rapport à Chantons sous la pluie et Un jour à New York.

La mise en scène est éblouissante et bénéficie, contrairement aux titres précédents, du cinémascope et de ses possibilités. Notre tandem de cinéastes fait preuve de créativité, utilisant le split-screen de façon judicieuse, pour exprimer les chemins divergents des trois personnages principaux.

Les chansons "Blue danube", où les ex-amis se rendent compte qu'il ne se supportent plus et "Thanks a Lot, but No, Thanks", bien décrite par Delanuit, sont excellentes et inventives.

Et il y a quelques numéros de danse formidables, parfaitement décrits par les précédents contributeurs. La séquence des patins à roulette de Gene Kelly, la danse de Cyd Charisse parmi les boxeurs, ou la chorégraphie qui voit les trois amis utiliser des couverts de poubelles méritent effectivement de figurer dans les anthologies du "musical".

Malgré ces séquences étourdissantes, le reste du film est très loin de "pétiller" comme ses prédécesseurs. Il se dégage en effet de l'ensemble un sentiment de spleen tant la vision de l'amitié est mélancolique, les trois amis ne se supportant plus après dix années sans se voir. Il y a de l'amertume dans Beau fixe sur New-York mais aussi de l'acidité tant la critique des médias et de la société de consommation est virulente. Dans les Etats-unis de 1956, la télévision vend déjà du "temps de cerveau humain disponible" aux publicitaires…

Est-ce cette tonalité désenchantée qui explique le manque de popularité de It's always fair weather ? En tous cas il serait temps de redonner une chance à ce film remarquable, qui n'est jamais sorti en DVD en France.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.0028 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter