Forum - Diane de Poitiers - Rivalité de la Lune et du Soleil
Accueil
Forum : Diane de Poitiers

Sujet : Rivalité de la Lune et du Soleil


De DelaNuit, le 14 mars 2008 à 02:30
Note du film : 5/6

C'est à une rivalité entre la Lune et le Soleil que nous convie le film Diane de Poitiers.

Alors que le public américain, qui s'obstinait à prononcer le titre original « Daïane » au lieu de « Diane » (la VO prononçant pourtant ce nom à la française) attendait un mélo contemporain agrémenté d'une chanson jazzy dans le genre de Laura, il découvrit déconcerté une reconstitution historique de la Renaissance française (extérieurs tournés à Chantilly) avec Pedro Armandariz en François 1er.

Diane, c'est Lana Turner, comtesse de Brézé reniée par son époux pour lui avoir sauvé la vie au prix de son honneur, puis devenant la préceptrice du fils de François 1er, le jeune Henri alias Roger Moore en collants, prêt à jouer les Ivanhoé pour la télévision.

Et voir la blonde platine Lana Turner en robe de la Renaissance enseigner à Roger Moore l'art de danser le menuet ou de manier le fleuret vaut le déplacement ! Qui aurait pu penser que c'était Lana Turner qui avait enseigné à James Bond l'art de combattre ?

Evidemment, malgré la différence d'âge, une idylle se noue entre la belle préceptrice et son élève… contrecarrée par le mariage du prince avec une Demoiselle Médicis (Marisa Pavan), fraîchement débarquée de Florence avec sa cour d'espions, spadassins, empoisonneurs et astrologue…

Lorsque Roger Moore, sous le nom d'Henri II, succède à son père sur le trône de France et conserve Diane comme maîtresse au su de tous, son épouse officielle ronge son frein et la rivalité entre les deux femmes ne fait que s'accroître. Diane, courtisane de l'ombre portant le prénom de la déesse chasseresse et lunaire, prend pour symbole la Lune et revêt des atours noir et argent, tandis que la reine, toute d'or et de rouge vêtue, incarne un triste Soleil…

Lana Turner était alors une des grandes stars de la MGM, bien plus connue et mieux payée que sa copine Ava Gardner aujourd'hui moins oubliée. Pourtant soyons francs, elle n'est pas toujours excellente actrice, surtout à ses débuts, et doit être bien dirigée (ce qui arrive parfois : Le facteur sonne toujours deux fois de Tay Garnett, Les ensorcelés de Vincente Minnelli, Mirage de la vie de Douglas Sirk).

Toutefois, dans les années 50, elle commence à avoir du métier, et les rôles de séductrices ou courtisanes trop lisses, dont l'apprêt du maquillage et des toilettes forment une armure propre à masquer des fêlures intérieures profondes, lui vont comme un gant et constituent ses meilleures prestations.

Alors, quand on aime les mélos historiques flamboyants et le savoir faire de la MGM d'alors, il serait dommage de bouder son plaisir… ce dimanche soir sur Arté !

… en attendant de revoir Lana vamper le médecin hindou Richard Burton sur fond de cataclysme dans La Mousson de Jean Negulesco ou, prêtresse païenne du plaisir, se jeter dans les flammes du sacrifice du dieu Baal dans « Le fils prodigue » de Richard Thorpe


Répondre

De clarabra, le 14 janvier 2016 à 18:27

Je recherche la cassette ou le dvd diane de poitiers en version française ou vostfr, car ce film m'a marqué lors de sa sortie et je voudrais bien le revoir, donc je vote pour sa réédition, c'est un film formidable.


Répondre

De DelaNuit, le 28 août 2018 à 23:17
Note du film : 5/6

Toujours pas de dvd pour Diane de Poitiers ? Diantre ! On pourrait pourtant penser que cette histoire d'amour entre un chef d'Etat et sa préceptrice de vingt ans son ainée serait en phase avec notre vie politique actuelle ?

On pourra aussi noter les rapprochements entre l'histoire racontée dans le film et ce que vivait au même moment son interprète la sulfureuse Lana Turner, qui lui ressemble d'ailleurs avec avantage : dans le film, Diane enseigne "les choses de la vie" au prince Henri… Sur le plateau Lana conseille de près le jeune Roger Moore et lui apprend notamment à l'enlacer et l'embrasser comme il faut et non comme une brute qui lui écrase la poitrine… Diane quitte à la fin la cour de France, tournant le dos à son passé… Lana quitte avec ce film et avec cette scène la MGM qui a fait d'elle une star…

On craint que l'Histoire revue par Hollywwod ne soit trop loin de la réalité ? Elle en est toujours plus proche qu'une série à succès actuellement en vogue sur Netflix n'ayant pas peur de transformer l'Histoire de France en resucée de Game of thrones, dans laquelle Diane de Poitiers finit assassinée à coups de candélabre par une de ses rivales !

Les éditeurs de dvd craindraient-ils que cette romance historique "vintage" ne trouve pas son public dans les rayons ? Il leur suffirait de distribuer ce film sur un des personnages les plus marquants de notre histoire dans les boutiques des nombreux châteaux de la Loire (Chenonceau, Chaumont…) ou d'ailleurs (Anet) où elle est passée et où son souvenir attire toujours des milliers de visiteurs chaque année…


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.030 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter